Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/Magie enfantine 4
Informations :
Auteur : DarkAthena et EnfantTV
: 03/02/2006
Note : 9
Nombre de votes : 1


Histoire :
Chapitre 3

***

5 jours plus tard

Il resta sur le pas de la porte à l'observer. Il pensait avoir réussit et pourtant elle était à nouveau dans ce bureau. Il sourit. Mais c'était l'Elizabeth qu'il connaissait et qu'il appréciait. Il croisa les bras et continua de la fixer. Il était certain qu'elle allait s'en rendre compte comme à chaque fois qu'il posait les yeux sur elle.

Elle était concentrée sur son écran et avait posé la main sur sa nuque. Il était presque sûr que cela faisait des heures qu'elle se trouvait ici, à travailler sur on ne sait quoi. Il croisa les bras. Cet à instant, elle leva les yeux et vit John dans l'encadrement de la porte. Il lui sourit.

John : Pourquoi cela ne m'étonne pas ?!

Elizabeth lui sourit et baissa un instant les yeux vers son écran. John entra un peu plus dans le bureau et vint se placer devant Elizabeth.

Elizabeth : J'ai réussit à traduire une partie de l'inscription. Le grand homme est ..... son cœur... et je n'arrive pas à traduire la suite. Cela fait plusieurs jours que je bloque là-dessus. J'aimerai beaucoup savoir pourquoi cette boule a été fabriqué... connaître son secret et...
John : Et bien pour le moment, moi, la seule chose que je souhaite c'est de vous voir ailleurs que dans votre bureau.

Elizabeth le regarda et lui sourit.

John : Et si vous laissiez cette traduction pour aujourd'hui et que vous vous joigniez à nous pour aller rejoindre Teyla et son peuple, sur le continent. Nous sommes invités à leur... " Irlatin "... enfin je crois.
Elizabeth : C'est gentil d'avoir pensé à moi... je me suis excusée auprès de Teyla mais je ne me joindrais pas à vous pour la soirée.
John : Abandonnez donc votre travail !
Elizabeth : John je ne peux pas...
John : J'étais sûre que vous diriez cela !
Elizabeth : John je suis sérieuse !

Il la fixa un moment. Il forçait un peu trop les choses.

John : Très bien... mais vous ne savez pas ce que vous manquez !

Elle lui sourit.

Elizabeth : Je l'imagine très bien.

John regarda une dernière fois Elizabeth. Ce n'était que parti remise. Il fit quelques pas vers la sortie mais se ravisa. Il fit demi-tour et se dirigea d'un pas décidé vers Elizabeth qui avait replongé le nez sur son ordinateur. Lorsqu'il arriva près d'elle, elle le regarda, étonnée. Elle ne réagit pas lorsqu'il passa un de ses bras sous ses genoux et un autre dans son dos Elle comprit à peine ce qu'il était entrain de faire. Il la souleva dans ses bras et se dirigea vers la sortie.

Elizabeth : JOHN !! Que faites-vous ?!
John : Je vous kidnappe ! Vu que c'est la seule manière que j'ai de vous fait sortir de ce bureau !
Elizabeth : Reposez-moi !
John : Hors de question !

Il ne la regarda même pas et continua son chemin. Ils passèrent dans la salle de contrôle. Elizabeth avait instinctivement passé un des ses bras derrière la tête de John et s'accrochait à sa nuque et l'autre était posée sur le torse de son kidnappeur.

Elle ne savait pas si elle devait se mettre en colère ou éclater de rire. La situation était... particulière. En fait, elle n'avait aucune envie de se mettre en colère. Mais se promener dans tout Atlantis dans les bras de John, n'allait pas simplifier les choses. Et les rumeurs allaient aller bon train.

Elizabeth : John, reposez-moi !
John : Non.

En passant dans la salle, il s'arrêta rapidement vers Samuel. Elizabeth fixa John étonné. Qu'allait-il faire ? Elle s'attendait au pire. Comment pourrait-elle être prise au sérieux après tout cela ?

John : Sergent Samuel, le Dr Weir s'absente pour la soirée !

Sans attendre la réponse du sergent, John repris son chemin avec les yeux d'Elizabeth fixée sur lui. C'était définitif. Sa réputation allait en prendre un coup. Mais elle s'en fichait. Elle sourit légèrement.

Samuel regarda John s'éloigner avec Elizabeth dans les bras. Il sourit. Ces deux là ne cesseraient jamais de l'étonner. Ils les respectaient énormément. Ils étaient de formidables leaders mais ils avaient aussi une simplicité qui les faisait être aimer et respecter par toutes les personnes de ce programme.

Il sourit de plus belle en pensant aux rumeurs et aux paris qui avaient été lancé. Après ce qui venait de se passer, il allait avoir du changement. Il reprit son travail.

John n'avait toujours pas lâché Elizabeth malgré les protestations de la jeune femme. Après une dernière tentative, Elizabeth commença à éclater de rire. La situation l'amusait mais il avait aussi la nervosité et la fatigue de ces derniers jours qui s'évacuaient.

John s'arrêta et la regarda. Leurs regards se croisèrent. Un sourire naquit sur les lèvres du kidnappeur.

John : Content de voir que la situation vous amuse !

Il était heureux de voir cet amusement dans le regard d'Elizabeth. Il aimait ce regard. Elle se calma petit à petit. John continuait de la fixer.

Elizabeth : Désolé... Ai-je le droit de descendre maintenant ?

John parut réfléchir.

John : Vous ne tenterez pas de vous échapper ?

Elle lui sourit.

Elizabeth : Promis.

Il la fixa un moment pour savoir si elle disait la vérité.

Elizabeth : Vous doutez de moi ?
John : Je sais à quel point l'appel du travail peut être fort chez vous.

Elle sourit encore plus à la remarque de John.

John : Mais je vous préviens... si vous tentez de vous enfuir, je me verrais dans l'obligation d'utiliser la manière forte.

Il dit cela en la laissant doucement glisser à terre. Elizabeth ne remarqua pas qu'elle laissait sa main sur la nuque de John et sur son torse. Elle était bien trop captivée par le regard de John. Celui-ci avait laissé ses mains reposées sur la taille de la jeune femme.

Elizabeth : Et qu'envisagez-vous de me faire ?

Elle le regarda avec un air amusé. Il plissa les yeux et sourit légèrement.

John : Ne jouer pas à ce petit jeu avec ma moi Elizabeth, vous perdriez !
Elizabeth : Vous avez l'air bien sûr de vous ?!

Un certain jeu de séduction s'était installé et aucun des deux ne semblaient vouloir céder le premier. Leurs regards étaient accrochés et le reste du monde venait de disparaître.

IL était le seul à pouvoir la faire se détendre de cette manière. Elle devait avouer qu'elle se sentait bien en sa compagnie et elle adorait ce petit jeu qu'ils avaient instauré depuis un moment. Ils étaient devenus plus proches depuis quelques temps et cela lui faisait énormément de bien. Elle avait besoin de cet homme dans sa vie. C'était évident, elle le savait. Mais jusqu'où était-elle prête à aller ?

Le souvenir de leur baiser à bord du jumper était toujours présent dans leur esprit... et une envie que cela se reproduise fit son apparition. Ils ne s'étaient toujours pas séparés et la distance entre eux se réduisait dangereusement.

Elle n'avait aucune envie de s'échapper et surtout pas des bras de John. Et lorsqu'elle sentit son souffle sur son visage, elle ferma les yeux pour apprécier ce qui allait se passer. Elle n'avait pas besoin d'ouvrir les yeux pour savoir que le visage de John n'était plus qu'à quelques centimètres du sien.

Il se sentait bien avec elle. Elle avait une présence qui le rendait heureux. Il caressa légèrement son visage du revers de sa main. Il connaissait ce visage par cœur. Il était gravé dans sa mémoire. Il connaissait chaque contour, chaque trait... Il savait lorsqu'elle rougissait ou lorsqu'elle était en colère.

Il n'avait qu'une envie à cet instant, retrouver la douceur de ses lèvres. Il la vit fermer les yeux et attendre ce qu'il lui promettait du regard. Il savait très bien que cela allait avoir des conséquences mais il s'en fichait. Tout ce qui comptait pour le moment, c'était Elizabeth et lui.

Rodney : Surtout prenez votre temps ! Je vous signale que nous sommes déjà en retard !

Le scientifique venait de les rejoindre dans le couloir menant au hangar à Jumper. Elizabeth sursauta légèrement et s'écarta quelques peu de John. Celui-ci ferma les yeux pour prendre conscience de la situation. C'était ça, où il s'en prenait directement à McKay. Puis il se tourna vers le nouveau venu.

John : Il ne fallait pas nous attendre !
Rodney : Ecoutez Colonel, c'est vous-même qui avez insisté pour que je vienne, alors maintenant, si vous préférez, je peux retourner à mon laboratoire et vous laissez faire la fête tout seul ?

Elizabeth se tourna vers lui. Non. Elle n'avait pas envie qu'il passe la soirée tout seul. Mais si elle devait avouer que Rodney avait son caractère, il ne méritait pas de se retrouver seul. Et puis, ils aimaient tous leur Rodney.

Elizabeth : Non Rodney... nous serions heureux de vous avoir parmi nous ce soir !

John sourit. Elle avait dit " nous ", c'est qu'elle avait décidé de venir. Et de toute manière, il ne lui laissait pas le choix. Rodney les regarda et sembla hésiter un instant.

Rodney : Mouais... J'espère qu'ils auront de quoi manger !

Elizabeth sourit à la remarque de son ami.

Elizabeth : J'en suis certaine !

Rodney le regarda une dernière fois puis se rendit dans le hangar. Un silence fit son apparition. John se tourna vers Elizabeth et elle évita son regard puis suivit Rodney. John était en colère contre Rodney. Toujours à arriver quand il ne le faut pas. Maintenant ce qui avait failli se passer, était entre eux et avait l'air de gêner Elizabeth. Cela n'allait pas arranger ses affaires. Mais il comptait bien en parler avec elle.

Il rejoignit Elizabeth et Rodney. Ils s'étaient tout les deux installés dans le Jumper. Lorsqu'il monta à bord, John lança un regard à Elizabeth. Cette fois-ci, elle ne l'évita pas mais son regard avait changé et il en était désolé. La petite fille et la femme qu'il avait vu quelques minutes plutôt venait de disparaître à nouveau.

Il s'assit aux commandes du Jumper.

John : Bonsoir. Le commandant et son équipage vous souhaite la bienvenue à bord de Jumper Air Lines. Nous vous demandons de bien vouloir attacher vos ceintures et garder vos tablettes relevées. Je vous souhaite un bon vol !

Rodney fit sa tête des mauvais jours. Combien de fois l'avait-il fait celle-là ? Une bonne dizaine de fois. Elizabeth sourit et regarda John puis Rodney.

Rodney : Je commence à regretter d'être venu !

***

La soirée battait de son plein et Elizabeth devait avouer qu'elle appréciait d'être venue. Carson lui avait apporté un verre de cet alcool que faisaient les Athosiens puis était reparti danser avec une scientifique. Elle avait chaud et se sentait légèrement " ivre ". Cet alcool était très fort.

Elle regarda ses amis, collègues, athosiens s'amuser, rire et danser. La fête était réussit. Tout le monde était heureux. Son regard s'arrêta sur John qui se trouvait parmi les musiciens. Il tenait un instrument. Cela ressemblait à une de leur guitare. Il paraissait " gratter " une ou deux petites choses dessus. Elle ne savait pas qu'il jouait de la guitare. Elle ne connaissait que très peu de choses sur John Sheppard, l'homme. Et pourtant, elle l'appréciait déjà beaucoup.

Elle fut tirée de ses rêveries par Shorine, une athosienne qui vint s'asseoir près d'elle. Lorsqu'elle se tourna vers elle, elle vit que la jeune femme avait son bébé dans les bras. Il ne devait pas avoir plus de 5 mois. Elle sourit en voyant le petit visage tout rond dans la couverture.

Shorine : Docteur Weir, je tenais à vous présenter mon fils, Lagan.

La jeune femme souleva légèrement la tête de son bébé pour qu'Elizabeth puisse mieux le voir.

Elizabeth : Il est magnifique ! Toutes mes félicitations !
Shorine : Lagan... dans notre langue signifie " Espoir "... il est le premier né sur cette planète et sur Atlantis...

Elizabeth sourit. Cela paraissait incroyable. Ils étaient encore en guerre contre les Wraiths et pourtant la vie avait vu le jour parmi eux. Shorine tendit l'enfant à Elizabeth. Celle-ci leva les yeux étonnés vers la maman.

Shorine : Vous me feriez un grand honneur si vous acceptiez de le prendre dans vos bras.
Elizabeth : Je ne suis pas très douée...
Teyla : Chez nous, lorsqu'un chef de clan prend un enfant dans ses bras, cela lui assure protection et force...C'est un grand honneur que vous lui feriez.

Elizabeth regarda de nouveau Shorine. Elle semblait presque l'implorer.

Shorine : Il ne suffit que d'une chose pour tenir un enfant...

Elle lui mit le bébé dans les bras. Elizabeth attendait la solution miracle. Elle ne savait pas comment tenir l'enfant. Elle plaça son bras sous le petit être et avec son coude souleva la tête de l'enfant. Elle le serra contre elle pour ne pas le faire tomber. Elle leva les yeux vers la maman pour qu'elle lui donne des conseils.

Shorine : De l'Amour.

Shorine lui sourit. Elizabeth reporta son attention sur l'enfant dans ses bras. Il avait les yeux ouverts et la contemplait. Il était magnifique et semblait très éveillé.

Teyla : Vous vous en sortez très bien !
John : Je dirais même qu'on dirait que vous avez fait ça toute votre vie !

Elle reconnue cette voix et leva les yeux vers lui. Il venait de les rejoindre et la regardait avec l'enfant dans les bras. Son regard la troubla. Elle n'arriva pas à comprendre ce qu'elle voyait dans ce regard.

Elizabeth : J'ose à peine bouger de peur de le faire tomber !

Elle baissa de nouveau les yeux vers l'enfant et pour on ne sait qu'elle raison lui sourit. L'enfant la regarda puis lui fit un immense sourire.

John assistait à la scène et il la trouvait magnifique. C'était encore une autre Elizabeth qu'il voyait à cet instant. Il voyait la mère avec son enfant. Elle était magnifique. Et en une fraction de seconde, l'idée que cela pourrait être leur enfant, lui traversa l'esprit.

Il ne détacha pas son regard lorsqu'Elizabeth leva les yeux vers lui. Elle fut plus gênée que lui qu'il la regarde de cette manière. Et ce qu'elle lu dans son regard la troubla encore plus. Il avait un regard qu'elle ne lui connaissait pas encore. Elle n'arrivait pas à le définir. Elle se contenta de baisser son regard à nouveau sur l'enfant.

Il la regardait d'une manière... était-ce à cause de l'enfant ? A cet instant, son côté maternelle prit le dessus et l'idée d'avoir un enfant fit son apparition... et cela allait même plus loin car à cette idée d'enfant était associé John Sheppard. Elle essaya de chasser cette idée de son esprit mais le bébé qu'elle tenait dans ses bras ne facilitait pas les choses.

Shorine : Est-ce que vous accepteriez d'être sa shrilira ?

Elizabeth regarda la jeune femme ne comprenant pas vraiment ce qu'elle venait de lui demander. Teyla vint à son aide.

Teyla : Une Shrilira pour mon peuple... est la protectrice de l'enfant. Elle aide à son éducation...
John : C'est ce que l'on appelle une Marraine sur Terre.

Elle...Marraine de cet enfant. Elle regarda Shorine. Elle avait l'air très sérieuse.

Elizabeth : Je suis très touchée que vous ayez pensé à moi... mais je crois que Teyla sera une meilleure shrilira.
Teyla : Je ne suis pas d'accord avec vous. Vous ferez une très bonne shrilira. Vous lui apporterez des connaissances différentes des nôtres. Si nous voulons vivre ensemble, il faut que nous apprenions les uns des autres.
Shorine : Je veux que mon enfant grandisse dans un monde nouveau et je veux lui donner toutes les chances.

Elle avait l'air si sincère. Mais Elizabeth savait qu'elle engagement cela représentait. Elle ne savait pas si elle était réellement prête. Mais Shorine avait raison. Elle lui sourit timidement.

Elizabeth : J'espère être à la hauteur de la tâche.
Shorine : Vous acceptez ?

Elizabeth hocha doucement la tête et lui sourit. Elle comprit qu'elle avait pris la bonne décision. Son attention fut attirée par le bébé qui commençait doucement à s'agiter. Elle le regarda lorsqu'il commença à pleurer. Elle fut prise d'une légère panique. Qu'avait-elle fait ? Elle leva des yeux inquiets vers Shorine. La jeune femme la rassura par un regard et prit l'enfant.

Shorine : Il commence à avoir faim et le fait savoir.

Elle se leva en serrant l'enfant contre elle.

Shorine : Excusez-moi !

Elle s'éloigna pour aller allaiter son bébé. Teyla sourit en voyant Elizabeth regarder s'éloigner la jeune maman. Elizabeth pouvait être une grande dirigeante quand elle le voulait, mais quelques fois, ses doutes surprenaient Teyla.

Elizabeth leva les yeux vers elle. Teyla lui sourit pour essayer de la rassurer.

Teyla : Vous apprendrez vite !
Elizabeth : Je l'espère.

Teyla s'approcha d'elle.

Teyla : Vous n'êtes pas seule, nous sommes tous là pour vous aider et puis... il y a le Shrilin... ou comme vous l'appeler le parrain.

Teyla sourit de plus belle.

Teyla : Le Colonel et vous ferez de très bon parrain et marraine.

Elizabeth porta son attention sur John qui se tenait toujours debout face à elle. Il affichait un léger sourire ravi par l'effet produit par la nouvelle. Teyla regarda ses deux amis une dernière fois avant de les laisser en tête à tête.

Elizabeth : Vous étiez au courant ?
John : Moi ? Non !
Elizabeth : Je suis sûre que oui ! C'est pour cela que vous avez tant insisté pour que je vienne.

John s'approcha lentement d'elle.

John : Si je vous ai emmené ici, c'est pour que vous abandonniez un peu votre travail, pour vous détendre et vous amuser ! C'est tout ! D'ailleurs...

Il se pencha vers elle et lui prit la main en la tirant vers lui.

John : M'accorderiez-vous cette danse ?

Elizabeth fut surprise et ne put résister. Elle se leva et se retrouva à quelques centimètres de John. Cette proximité devenait une habitude en ce moment.

John la tira doucement sur la piste. Elizabeth était réticente.

Elizabeth : Ce n'est pas une bonne idée !
John : Depuis quand n'ai-je pas de bonnes idées ?!

Elle le regarda et ne put s'empêcher de sourire. Il avait une moue si... lui. Elle se laissa faire.

Elizabeth : Je vous aurais prévenu !
John : J'adore prendre des risques.

Ils se retrouvèrent tout les deux sur la piste de danse. D'autres couples s'étaient formés pour danser. La musique était beaucoup plus calme et douce que les précédentes.

John prit la main d'Elizabeth et la déposa sur son épaule, puis il prit son autre main dans la sienne.

John : Vous voyez ce n'est pas si compliquée.

Elle le regarda, légèrement outrée.

Elizabeth : Je n'ai pas dit que je ne savais comment on faisait... simplement que je n'étais pas doué.
John : Il suffit d'avoir le bon cavalier...

Il commença légèrement à bouger en gardant Elizabeth près de lui. Il avait glissé sa main dans son dos et c'était légèrement rapproché d'elle. C'est là qu'elle avait su qu'il venait à nouveau de gagner cette partie. Mais elle n'abandonnerait pas aussi facilement.

Ils ne pouvaient détacher leur regard de l'autre. Et une nouvelle fois, le monde, la musique et le lieu disparut pour les laisser seul au monde. Il n'y avait que cet endroit pour tout lui faire oublier. Sans qu'elle s'en rende vraiment compte, elle avait glissé sa main sur la nuque de John. Et comme deux aimants, leurs corps se rapprochaient pour finir par s'épouser merveilleusement, comme si ils avaient été faits l'un pour l'autre.

Ils bougeaient lentement en rythme avec la musique, comme bercé par celle-ci. Leurs visages étaient côte à côte. Ils étaient attentifs au moindre mouvement de l'autre. John avait posé sa main tenant celle d'Elizabeth sur son torse pour être encore plus proche.

Elle était bien dans ses bras. Elle ferma les yeux pour apprécier encore plus le moment présent. Elle colla sa tête sur la joue de John. Elle ne se reconnaissait plus... mais pour une fois, elle avait envie de se laisser aller. Elle sentit l'étreinte de John se resserrer.

Ce parfum... il le connaissait. Il pourrait le reconnaitre entre mille. Il lui ressemblait tellement. Doux, léger et pourtant si enivrant. Il ne put s'empêcher de passer légèrement son visage dans les cheveux de la jeune femme pour respirer son parfum.

La musique se termina mais aucun des deux ne fit un mouvement pour se séparer. Tout le monde avait les yeux fixés sur eux et affichaient un léger sourire. Tout le monde s'attendait à cela. Et même si certains prétendaient le contraire, les voir tout les deux ensemble faisait du bien à la cité. Ils avaient besoin de voir que la vie ne s'était pas arrêtée lorsqu'ils avaient quitté la Terre.

Au bout de quelques minutes, John et Elizabeth remarquèrent que la musique n'était plus la même. Ils se détachèrent légèrement et virent tous les regards braqués sur eux. Elizabeth eut un mouvement de recul tandis que John se contenta de la regarder.

Cet homme avait un regard qui la troublait énormément. Elle brisa le dernier contact qui leur restait en enlevant sa main de celle de John.

Elizabeth : Merci... pour... cette danse !

Ils se fixèrent un long moment avant qu'elle ne se retourne et s'éloigne.

***

Rodney semblait ne plus vouloir s'arrêter de parler. A y regarder de plus près, il ne semblait plus dans son état normal. Un verre à la main, il débitait un langage incompréhensible pour tous ceux qui n'étaient pas scientifiques, mimant ses explications avec de grands gestes, faisant éclater de rire les petits Athosiens qui s'étaient regroupés autour de lui.

D'abord mal à l'aise lors de son arrivée à la soirée, il avait finit par se détendre dès son deuxième verre d'alcool ingurgité. En plein débat scientifique avec Beckett et Zelenka, il tenait tellement à avoir raison sur tout ce qu'il disait, que ses mimiques avaient intrigués les enfants qui s'étaient approchés de lui. Dés lors, il était devenu intarissable sur les missions off-world qu'il racontait aux enfants, expliquant comment il avait sauvé la vie à plusieurs reprises aux membres de son équipe et du manque de reconnaissance de ceux-ci.

Beckett, d'abord blasé du comportement de McKay, commençait à s'inquiéter de la quantité d'alcool que ce dernier buvait. Il décida donc de le stopper avant qu'il ne tombe dans un coma éthylique, en lui retirant le verre des mains.

Rodney : Hey ! Mais qu'est ce qui vous prend ?
Beckett : Je crois que vous avez suffisamment bu ce soir Rodney ! Vous allez finir par vous rendre malade !
Rodney : Rendez-moi ça tout de suite Doc !
Beckett : Arrêtez un peu de faire l'enfant Rodney ! Vous vous donnez en spectacle !
Rodney : Ben voyons ! Et pourquoi devrais-je arrêter de m'amuser, hein ? On est bien entre amis ici non ? Si on peut dire que j'ai des amis !!!!
Beckett : Mais qu'est ce que vous racontez ?!!!! Bien sûr que vous avez des amis Rodney ! Je suis votre ami, John est votre ami, Elisabeth et Teyla aussi !!!
Rodney : Non je n'ai pas d'amis ! Je n'ai jamais eu d'amis !!! Le petit génie n'a pas d'amis !

McKay essayait de reprendre son verre des mains de Beckett, mais ses gestes devenus maladroits par l'alcool, il semblait plus brasser de l'air qu'autre chose, ce qui fit rire les enfants qui assistaient au spectacle. Soudain, Rodney se prit les pieds dans la table et il s'effondra sur le sol de tout son long. Abruti par les effets de l'alcool, il commençait peu à peu à s'endormir en gémissant. Beckett s'était penché sur lui, vérifiant s'il ne s'était pas blessé, mais ne put que constater l'état d'ivresse avancé de son ami.

Beckett : Et bien mon vieux, il est l'heure de rentrer à la maison. (S'adressant à un petit garçon) Tu veux bien aller chercher le colonel Sheppard ? Je crois que le Docteur McKay a besoin d'un taxi pour rentrer !

***

Elle fixa un long moment le ciel étoilé. L'air était frais mais c'était agréable. Elle avait eu le besoin de prendre l'air. L'alcool et ce qui venait de se passer lui avait donné très chaud. Elle croisa les bras. Que lui avait-il prit de se laisser aller devant toutes ces personnes ? Elle n'aurait jamais du venir.

Teyla : La fête ne vous plaît pas ?

Elizabeth se retourna rapidement et vit l'athosienne se diriger vers elle.

Elizabeth : Non, la fête est très réussit Teyla.

Teyla vint se placer aux côtés d'Elizabeth.

Teyla : Quelque chose ne va pas ?

Elizabeth détourna le regard.

Elizabeth : Non, pourquoi me demandez-vous ça ?
Teyla : Vous avez quitté la soirée sans ne rien dire à personne...
Elisabeth : J'avais besoin de prendre l'air. Je dois dire que l'alcool que vous produisez est...très fort !

Teyla sourit.

Teyla : Je pensais que c'était à cause de cette danse ?!

Elizabeth se tourna vers elle. Que pouvait-elle répondre à cela ? C'était effectivement à cause de cette danse qu'elle avait eu besoin de sortir. Elle baissa les yeux puis regarda de nouveau le ciel.

Elizabeth : J'ai eu tord d'accepter !

Teyla fut surprise de sa réponse.

Teyla : Tord ? Et pourquoi cela ?
Elizabeth : Je suis le " leader " de cette cité, et je ne peux pas me permettre de tels écarts...
Teyla : Je ne vous comprends pas. En quoi est-ce mal ?

Elizabeth regarda de nouveau la femme à ses côtés. Elle semblait réellement étonnée.

Elizabeth : Je suis celle sur qui tout le monde compte et je dois donc assumer ce rôle qui est le mien
Teyla : Ce n'est pas parce que vous êtes le leader que vous n'en êtes moins femme et que vous n'avez pas de sentiments.... Et ceux que vous avez pour John sont tout à fait naturels et forts.

Elizabeth regarda un long moment Teyla. Elle avait su dire ce qu'elle avait tant de mal à admettre. Et pourtant elle le savait. Elle savait que John était bien plus qu'un simple ami. Elle le savait à chaque fois qu'il posait les yeux sur elle ou lorsqu'il lui souriait. Il arrivait à faire ressortir une femme chez elle, qu'elle connaissait très peu mais qui pourtant était présente. Et quoi qu'elle en dise, le fait qu'il veuille lui faire partager la magie de Noël, l'avait vraiment touché et les moments passés ensembles les avaient rapprochés.

Teyla : Ne laissez pas le leader prendre le dessus sur la femme. Si j'ai retenue une chose de mes aînés, c'est que lorsque l'on oubli ce que l'on est et ce que l'on ressent, on ne peut pas diriger correctement un peuple.
Elizabeth : Pourtant certaines personnes prétendent le contraire. Et ils ont peut-être raison... mes sentiments pour John m'empêchent quelques fois de prendre les bonnes décisions.
Teyla : Ah oui et quand est-ce que cela s'est produit ?

Elizabeth la fixa une nouvelle fois.

Teyla : La seule chose que j'ai vu depuis mon arrivée sur Atlantis, c'est une femme qui s'est se faire aimé de son peuple et écouté de ses guerriers. Ecouter son cœur n'est pas forcément un mal. C'est ne plus l'écouter qui le serait.

Elizabeth baissa les yeux.

Teyla : J'ai confiance en vous et si cela n'avait pas été le cas, je ne vous aurais jamais confié mon peuple. Vous savez faire la part des choses... et vous savez vous entourez des personnes qu'il faut pour vous aider dans votre tâche.

Elizabeth ne savait pas trop quoi répondre à cela. Teyla avait raison mais cela lui faisait peur. Peur de ne plus être à la hauteur.

Elizabeth : Vous avez peut-être raison. Mais que se passera-t-il si cela ne se passe pas bien ? Si nous n'arrivons pas à gérer la situation.
Teyla : John est un homme intelligent... et il tient trop à vous pour gâcher quoi que ce soit...
Elizabeth : Je ne pensais pas à John... mais à moi ! J'ai toujours eu beaucoup mal à avoir une relation durable avec un homme. J'ai tendance à compliquée les choses.

Teyla sourit.

Teyla : Faites lui confiance. Jusqu'à présent il a toujours été là pour vous.
Elizabeth : Beaucoup plus que je ne l'ai été pour lui... et ma réaction de ce soir en est la preuve.
Teyla : Connaissant John, vous n'avez pas de souci à vous faire. Il n'abandonnera pas aussi facilement.

Elizabeth sourit légèrement. Parler avec Teyla lui avait fait du bien. Surtout aussi ouvertement.

Elizabeth : Merci.

Teyla sourit.

Teyla : Je suis contente d'avoir pu être là quand vous en aviez besoin.
Elizabeth : Vous aviez raison.... Je suis très bien entourée... je suis heureuse d'avoir une amie telle que vous.

Le regard d'Elizabeth semblait lui demander si ses dires étaient exacts. Si elles étaient réellement amies.

Teyla : Je suis heureuse moi aussi de compter parmi vos amies.

Elle inclina la tête. Les deux femmes se sourirent.

Elizabeth : Je crois que je vais rentrer... enfin si mes pilotes sont en état de voler !
John : Je vous ai amené et je vous ramènerai !

Les deux jeunes femmes se tournèrent vers cette voix qu'elles connaissaient. Elles virent John arriver dans leur direction en portant McKay sur ses épaules. Celui-ci semblait inconscient. Il devait sûrement avoir trop bu.

Elizabeth regarda rapidement John pour savoir s'il avait oui ou non leur conversation... mais il ne laissait rien paraître. Et se contentait de soutenir McKay.

John : McKay veut lui aussi rentrer !

Rodney était complètement affalé sur John et sa tête tombait en avant. Teyla sourit.

Teyla : Les humains tiennent beaucoup moins bien l'alcool que je ne le pensais !
John : Non Teyla... ce que vous appeler de l'alcool n'est pas de l'alcool... c'est 100 fois pire !

Elizabeth sourit légèrement à la remarque de John. Elle espérait qu'il n'ait pas entendu sa conversation avec Teyla. Elle avait presque admis que... que quoi ? Qu'elle aimait cet homme ? Elle baissa pour éviter que John ou Teyla voient son malaise.

John : Votre pilote est prêt Madame !

Elizabeth n'avait pas entendu John, trop perdu dans ses pensées. Teyla et John la regardèrent.

John : Elizabeth ?!

Elle leva les yeux vers lui.

Elizabeth : Oui ?!

Il plissa les yeux tout en la regardant et un léger sourire apparut sur son visage.

John : Est-ce que Rodney n'aurait pas été le seul à abuser de cet alcool ?

Elizabeth ne put se retenir de sourire à cette remarque là. Elle n'avait bu qu'un seul verre et déjà elle se sentait légèrement ivre alors si elle avait bu autant que Rodney, elle imaginait tout à fait dans quel état, elle serait.

John : Ne me dites pas que je vais être obligé de vous porter vous aussi !
Elizabeth : Non. Je peux encore marché. Je vais vous éviter cette corvée !
John : Qui vous parle de corvée ?!

Il planta son regard dans celui d'Elizabeth. Teyla sentit qu'elle était de trop à cet instant. Elle commença à s'éloigner tout doucement.

Teyla : Je vais rejoindre nos invités. J'espère que votre retour se passera bien. Bonne nuit.

Elle inclina la tête pour les saluer. Ils se tournèrent vers elle pour la saluer à leur tout.

Elizabeth : Bonsoir Teyla.

Teyla s'éloigna et Elizabeth hésita à tourner de nouveau les yeux vers John. Elle avait peur de se retrouver seule avec lui après ce qui venait de se passer. Surtout s'il avait entendu sa conversation. Elle fut coupée dans ses pensées par John vociférant contre Rodney.

John : Rodney, mon vieux, il va falloir penser à perdre du poids !

Il prit correctement Rodney par les épaules pour pouvoir aller jusqu'au jumper.

John : Loin de moi l'idée de vous presser mais Rodney n'est pas ce que l'on peut appeler léger !

Elizabeth s'approcha de deux hommes, prit le bras pendant de McKay et le passa par-dessus elle, pour pouvoir aider John à le porter. Puis elle passa son bras autour de la taille de McKay pour avoir prise mais en faisant ça, elle frôla le bras de John et cela lui fit comme une légère sensation de petite décharge électrique. Elle frissonna.

Elle regarda John. Celui-ci ne l'avait pas quitté des yeux. Elle lui sourit pour essayer de cacher sa gêne. Puis ils avancèrent tout les trois vers le Jumper. Ni John, ni Elizabeth ne brisa le silence qui s'était installé. Ils entendaient les bruits des animaux de la nuit et le léger vent qui venait de se lever. Le bruit de leurs pas dans la neige rythmait leur marche.

Il avait la sensation qu'elle l'évitait. Il avait peut-être été trop loin ce soir ? Et pourtant il ne regrettait rien. Il avait simplement peur qu'elle ne partage pas les mêmes sentiments. Il se sourit à lui-même. Il l'avait su dès qu'il l'avait entendu rentrer dans la salle d'embarquement au SGC. Il avait su que cette femme allait être spéciale.

Pourquoi n'arrêtait-elle pas de penser à cette danse ? Ce n'était qu'une simple danse !! Non, elle savait que cela avait été bien plus. Elle avait énormément apprécié. Elle se sentait si bien dans ses bras.... Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressentit ça.

Le jumper ne se trouvait plus très loin. C'est vrai que Rodney pesait son poids mais elle ne voulait pas s'arrêter. Elle n'avait qu'une envie, rentrer et se retrouver seule pour pouvoir remettre ses idées en place.

***

Il lâcha Rodney sur son lit ce qui le réveilla.

Rodney : Moi aussi...

John le regarda étonné. Il ne préférait pas savoir à quoi il pensait à cet instant. Rodney se tourna sur lui-même et ouvrit légèrement les yeux.

Rodney : Hey... John, mon pote !... c'est sympa d'être passé !

Il voulut se lever mais tomba au sol. John hésita à le remettre sur le lit, puis levant les yeux au ciel, il se pencha vers Rodney. Il le souleva mais son ami ne l'aidait pas vraiment.

John : Rodney, faites un effort !

Il réussit à le soulever quelque peu. Rodney passa le bras autour du cou de son ami et lui donna des petites tapes sur sa joue.

Rodney : C'est vrai ce qu'a dit Carson, vous êtes mon ami hein John ?

John était surpris de la soudaine panique qu'il sentit dans la voix de McKay. Ses yeux mêmes reflétaient une détresse que le colonel n'avait jamais vue chez le scientifique, même dans les pires moments.

L'incertitude dont Rodney faisait preuve alors que John tentait de le relever, le faisait ressemblait à un petit garçon plutôt qu'au brillant scientifique qu'il était. Quelles blessures cachait-il derrière son caractère exaspérant ?

John dévisagea, quelques secondes, son ami, semblant le découvrir pour la première fois. Mais Rodney semblait maintenant avoir repris un semblant de lucidité dans son ivresse, et se mit à rire.

Rodney : Je suis sûr que vous préféreriez être autre part...

Il rigola tandis que John ne prêtait pas trop attention à ce qu'il disait.

Rodney : Je vous ai vu danser avec Elizabeth !

Par contre, cette remarque attira son attention.

Rodney : Vous êtes très mignon tous les deux...

Rodney était accroché à John et son visage était proche du sien. John essayait tant bien que mal de garder une distance. Rodney empestait l'alcool.

John : Oui Rodney !

Rodney s'approcha encore plus.

Rodney : Qu'est-ce que vous attendez ?

John le regarda.

Rodney : Elizabeth est canon !

John faillit presque éclater de rire en entendant Rodney.

Rodney : Et j'ai vu comment vous la regardiez ! Votre Elizabeth !

John déposa enfin Rodney sur son lit. 2 secondes plus tard, il entendait à nouveau Rodney ronfler. Il sourit. Rodney pouvait être bizarre quelque fois et l'alcool n'arrangeait pas les choses.

Son Elizabeth. Ses mots résonnèrent dans sa tête. Rodney avait raison. Il aurait aimé être autre part que dans ses quartiers. Mais Elisabeth semblait distante. Quelque fois, elle avait un voile de tristesse qui troublait son regard et il aurait aimé savoir pourquoi. Ce soir, cela avait été différent. Il avait la sensation d'avoir été trop loin. De lui avoir fait peur.

En essayant de lui montrer que Noël pouvait être encore magique, il s'était retrouvé et il adorait les moments qu'ils passaient ensemble. Il retrouvait aussi cette magie dont il parlait tant. Il avait lui aussi commencé à l'oublier. Mais lorsque Beckett lui avait parlé de célébrer Noël, il avait tout de suite pensé à Elizabeth. Peut-être parce qu'à cette période de l'année, on pense d'abord à ceux que l'on aime.

Il sortit et referma la porte derrière lui. Il n'aimait pas laisser les choses en suspens. Il voulait savoir ce qui c'était passé. Il devait demander à Elizabeth et s'excuser s'il le devait. Car la dernière chose qu'il veuille faire, c'est la faire souffrir.

***

Teyla vint rejoindre Ronon et Beckett qui s'était installé à une table.

Teyla : Alors comment trouvez-vous la soirée Messieurs ?

Beckett regarda la jeune femme qui vint s'asseoir à ses côtés tandis que Ronon regardait la foule s'amusée.

Beckett : C'est parfait !
Ronon : Un peu trop calme à mon goût !

Teyla sourit à la remarque. Elle imaginait très bien le genre de fête que Ronon appréciait. Elle en avait déjà eu un rapide aperçu.

Beckett : Tout le monde à l'air de bien s'amuser... et je dois avouer que l'atmosphère est très détendue. Ca fait énormément de bien !

Il bu une gorgée de son verre.

Beckett : Et je dois dire que cet alcool y est pour beaucoup !

Teyla sourit. Ces humains ne tenaient décidément pas bien l'alcool.

Beckett : Vous avez vu l'état de Rodney ! Complètement cuit !

Il dit cela avec un air tout fier.

Teyla : Il n'aurait peut-être pas du boire autant ?!
Beckett : C'est ce que j'ai essayé de lui faire comprendre... mais aller parler à une tête de mule vous !!
Teyla : Le pauvre ne tenait plus debout ! Le Colonel Sheppard devait le porter pour retourner au Jumper.

Beckett sembla regarder la foule.

Beckett : Ah oui...?
Teyla : Oui ainsi que le Dr Weir.
Beckett : Elizabeth est rentrée ?
Teyla : Oui.

Beckett parut déçu. Il avait assisté à la scène de la danse entre John et Elizabeth et il n'avait pas pu détacher ses yeux du couple tellement ils étaient mignons.

Teyla : Vous avez l'air déçu ?
Beckett : C'est juste qu'ils étaient tellement mignons tout à l'heure quand ils dansaient ensemble.

Beckett avait un regard rêveur.

Beckett : Vous croyez que ces deux là vont enfin se décider ?

Un moment de silence s'installa. Ils semblaient réfléchir.

Beckett : Oui... je vois... soyons patient !
Ronon : Par moment, j'ai du mal à cerner la mentalité humaine...
Beckett : Seulement à certains moments ?!

Ronon regarda le médecin puis continua.

Ronon : Une femme telle que le Dr Weir mérite que l'on se promette à elle... à la place du Colonel Sheppard, je lui aurais déjà fait savoir !

Teyla et Beckett furent très surpris de la réaction de Ronon. Serait-il un sentimental ?

Beckett : Alors là Ronon, je dois dire que vous m'étonnez !

Il se tourna vers lui.

Ronon : Ne me dites pas que vous n'avez pas remarqué leur petit jeu ?
Beckett : Bien sûr que si. Qui ne l'a pas remarqué à part eux ?!

Teyla sourit.

Teyla : Messieurs, vous me paraissez bien sûr de vous et pourtant je ne vois aucune femme dans votre vie !
Ronon : Cela ne serait tardé !

Le regard qu'ils échangèrent à ce moment mit mal à l'aise Beckett. Elizabeth et John, et maintenant eux... il se sentait vraiment de trop quelques fois. Il fit semblant que son verre fut vide.

Beckett : Je vais... (Montrant le bar du doigt)... servir !

Puis il les laissa tout les deux. Aucun des deux ne baissa le regard, bien trop fier pour cela. Ils se ressemblaient beaucoup tout en étant différent sur certains points et c'est ce qu'ils faisaient qu'ils s'entendaient si bien.

Teyla leva son verre pour porter un toast avec Ronon. Celui la regarda avec un léger sourire puis porta le toast.


A suivre ....
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong