Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/Hey Kitty ! - Partie 2
Informations :
Auteur : Rieval
: 06/10/2005
Note : 9
Nombre de votes : 1


Histoire :
Quelque chose de râpeux lui léchait le visage. De râpeux et de mouillé.

Salieri (14).

Ce chat n'avait aucun respect pour son sommeil. S'il avait faim à 4 heure du matin, il le léchouillait jusqu'à ce que mort s'ensuive. Enfin, plutôt jusqu'à ce qu'il se lève et se dirige, au radar, vers le placard où il gardait les boites. Le chat sautait alors sur la table, passant sa queue sous son nez et son menton, miaulant comme s'il n'avait pas mangé depuis des siècles. D'ailleurs, il avait prévenu sa voisine lorsqu'il lui avait confié avant de partir pour ...

Atlantis !

La réalisation que ce ne pouvait absolument pas être Salieri qui lui lavait méthodiquement la joue droite, finit de le réveiller totalement. Il se trouvait allongé sur le dos et ouvrit les yeux sur un ciel de feuilles, d'arbres et de terre.

Il se souvenait de la poursuite et de la chute qui l'avait suivie. Il avait mal absolument partout. Sa tête lui donnait l'impression qu'elle allait exploser. Il porta sa main à son visage pour déloger la bestiole qui devait s'y trouver.

Ses mains rencontrèrent de la fourrure. Il pinça la créature qui poussa un petit couinement, puis entrepris de lui lécher les doigts. Il leva lentement, très lentement, la tête et ce qu'il découvrit lui fit écarquiller les yeux et ouvrir en grand la bouche.

Cela ne devait pas faire plus d'un ou deux kilos pour environ une petite cinquantaine de centimètres. Une petite tête ronde de chat, des petites pattes de chat, des moustaches de chat. Mais ce n'était pas un chat. A moins d'oublier les deux ailes qui se trouvaient repliées sur son dos et la queue pointue et raide. La chose poussa un autre couinement avant d'entreprendre de monter sur sa poitrine. Elle fit plusieurs tours sur elle-même, comme l'aurait fait un chat, avant de s'installer en rond et de s'endormir.

Rodney n'en revenait pas. C'était l'animal le plus extraordinaire qui lui avait été donné de voir. Bien sur il y avait bien eu l'affreux insecte suceur de vie (15), mais ça c'était vraiment autre chose !

Il effleura les petites ailes. Elles étaient douces au toucher, comme du duvet. Il caressa l'ensemble du petit corps qui se détendit et se mit à ronronner. Au bout d'un moment, il arrêta. Il fallait qu'il se bouge, qu'il fasse quelque chose pour se sortir de là et prévenir les autres. Et ce n'était sûrement pas en faisant ami/ami avec la faune locale qu'il y parviendrait.

Il porta la main à sa radio, mais elle avait du être réduite en bouillie dans la chute car il ne parvint pas à en faire émaner le moindre son. Sa main retomba lourdement sur le sol.

Okay, premièrement, se lever.

Il tenta doucement de déloger la petite créature qui poussa un couinement d'insatisfaction et se fraya un chemin sous sa veste. Elle eu un peu de mal, mais les lacets de la veste en partie déchirés lors de la chute, lui permirent de se glisser en dessous, bien au chaud. McKay la laissa faire. De tout manière, il était si mal en point qu'il n'était même pas sûr de pouvoir se lever.

Il commença par se rouler sur le côté, en prenant soin de ne pas écraser son petit locataire. Puis il se mit à genoux. Mais il retomba avec un cri, serrant son poignet contre lui. Il serra les dents. La douleur avait été lancinante. Cassé ou fracturé. Génial. Après un moment il se remit à nouveau à genoux, ne s'aidant que d'une main cette fois. Sa vision était un peu brouillée. Il cligna plusieurs fois des yeux et il jeta un coup d'oeil autour de lui.

Il se trouvait sur une sorte de corniche, et à vue de nez, il avait dévalé une bonne quinzaine de mètres. Il s'étonnait d'être encore en vie. En toute logique, il aurait du se briser le cou. Le tapis de feuilles qui recouvrait les pentes et la corniche avait du amortir sa chute.

La question était comment descendre ?

~oOo~

" Elisabeth ! " Sheppard se précipita dans le bureau du docteur Weir. Elisabeth n'eut qu'à jeter un coup d'oeil au Major pour comprendre que quelque chose de grave était arrivé. Elle congédia - gentiment - Peter Grodin, puis se tourna vers son officier supérieur.

" John que s'est-il passé ? " L'homme posa ses deux mains sur son bureau et se pencha en avant. " J'ai besoin d'une équipe immédiatement. Et ... Et Beckett, j'ai aussi besoin de lui, avec une petite équipe médicale. "

" Mais enfin que s'est-il passé ? "

" Bon sang, je n'ai pas de temps à perdre en explications, nous devons repartir maintenant ! "

Elisabeth se leva et jeta un rapide coup d'oeil à la porte des Etoiles. Le jumper se trouvait encore devant et elle pouvait distinguer le Lieutenant Ford et Teyla dans le cockpit. Aucune trace de McKay. Elle ferma les yeux un moment avant de se retourner vers le Major qui la fixait intensément, les mains toujours sur son bureau.

" Je dois le récupérer et pour ça, j'ai besoin d'une équipe supplémentaire. Il faut faire vite." Il était déterminé, mais ses yeux trahissaient son angoisse. Elisabeth ne posa pas de questions.

" Prenez Stackhouse et Dunney. Mais le docteur Beckett se trouve sur le continent. Il y a eu une naissance un peu difficile. Retournez à la plateforme, je m'occupe de prévenir l'infirmerie, et John ... "

Le Major qui se trouvait déjà presque dehors se retourna. Elle ajouta " ... ramenez le vivant. "

Il lui sourit. " J'y compte bien. J'ai deux petites choses à lui dire avant de le tuer moi-même. " Il arriva près du jumper en même temps que Stackhouse et Dunney. Après l'avoir salué, les deux hommes montèrent dans le jumper.

Mais que faisait l'équipe médicale ! Elle arriva enfin. Deux ... femmes. Le Major ne pu s'empêcher de tiquer.

Son visage devait avoir laissé transparaître ses doutes, car l'une d'elle lui dit gentiment, tout en souriant. " Oui, Major j'ai bien obtenu mon diplôme de médecine et Célia ici présente est une excellente infirmière. Nous pouvons y allez ? " John resta un moment à les regarder la bouche ouverte, puis les laissa passer avec leur équipement. Il jeta un dernier coup d'oeil à Elisabeth qui les observait du balcon et lui adressa un signe de tête, avant de rejoindre son poste aux commandes du Jumper.

~oOo~

Rodney examina la ravine avec attention.

Il se trouvait à 5 ou 7 mètres du sol. En bas, il y avait un petit torrent. S'il pouvait descendre et marcher en direction de l'est, il tomberait sûrement sur la Porte des Etoiles. Avec sa bonne main, il farfouilla dans sa veste et en sorti son GDO. Il poussa un soupir de soulagement en constatant qu'il fonctionnait toujours. La petite créature en profita pour sortir la tête de sa cachette. Rodney lui adressa un petit sourire et lui caressa le museau. Elle lui léchouilla immédiatement les doigts en ronronnant.

" Okay, aurais-tu une idée de la manière dont je pourrais descendre, hein ? " Le ronronnement s'accentua comme pour lui répondre. " Non, bien sûr. Si seulement j'avais des ailes moi aussi. " Il se demanda comment la petite bête avait pu se retrouver là ? Avait-elle voleté jusqu'à cette corniche ? Mais alors pourquoi y était-elle restée ?

Il se rassit prudemment, notant que ses côtes lui faisaient elles aussi, un mal de chien. Il prit son sac à dos sur ses genoux et vida son contenu sur le sol : trois barres vitaminées, un ordinateur - il le secoua et le bruit des composants électroniques s'entrechoquant, lui indiqua clairement que Zelenka ne serait pas du tout, du tout content avec lui lorsqu'il le ramènerait à la base - le détecteur de vie, - en parfait état de marche lui - un petit kit médical et une gourde à moitié vide.

Il entreprit aussi de vider les multiples poches de son gilet : un miroir, un peigne, des mouchoirs, de la crème solaire, des lunettes de soleil. Et tout un tas d'autres choses dont il n'avait pas davantage l'utilité. Il n'irait pas bien loin avec ça. Il avait aussi un couteau de chasse et son Beretta. Il porta sa main à sa cuisse et poussa un juron. L'étui était vide. Il avait du perdre l'arme dans sa chute. Il prit le couteau dans ses mains et l'examina. Il savait qu'il serait incapable de se défendre avec une arme blanche. Il soupira.

Il fallait qu'il trouve une idée.

Il examina une fois de plus les différents items éparpillés par terre devant lui. Puis il regarda autour de lui. De longues lianes se balançaient un peu partout. Il se leva et en testa une. Comme un sonneur de cloche, il s'agrippa à l'une des lianes et tira de toutes ses forces. Solide. Il coinça son pied dans la liane et s'y accrocha de sa bonne main. La liane supporta son poids sans broncher. Super. Le problème, c'était qu'il ne pourrait pas descendre avec son poignet.

Il se rassit. Il regarda son poignet. Il avait doublé de volume et était bleu/violet. Impressionnant. Il n'osait pas trop y toucher mais il savait qu'il n'avait pas le choix. Il sortit une bande velcro et entrepris de le bander. Il se mordit les lèvres pour se retenir de crier. Une petite douleur remplaçant une plus importante. Lorsqu'il eu fini, il pouvait sentir du sang sur ses lèvres et il était en sueur. Il se serait bien injecté un peu de morphine, mais cela le rendrait nauséeux et vaguement endormi. Et il avait besoin d'avoir l'esprit clair et de rester alerte.

Il en profita pour inspecter le reste des dégâts.

Il se tata un peu partout et resta bouche béé lorsque sa main revint de son inspection pleine de sang. Il saignait ? Mais d'où ? Il avait mal partout de toute manière. Il souleva du mieux qu'il pu le gilet et son tee-shirt. Une longue estafilade décorait son flanc gauche. Il nettoya la plaie avec un peu d'antiseptique, en poussant de petits cris étouffés. Il posa, tant bien que mal, un pansement sur la plaie.

Il prit une des seringues pré remplies d'antibiotiques. Il fallait qu'il évite l'infection, surtout dans ce type d'environnement. Seulement, il ne s'agissait pas de piqûre sous cutanée. Il lui fallait trouver une veine. Comme il ne pouvait pas se l'injecter dans le bras seul, il opta pour les veines de sa cheville (16). Il hésita. Il détestait les piqûres. Qui aimait ça d'ailleurs ? A part peut-être ceux qui les délivraient. Oui, il fallait certainement détenir une certaine dose de perversité pour devenir infirmière (17). S'amuser à piquer pour prendre du sang ou à piquer pour injecter différents produits synthétiques dans un corps déjà affaibli par la maladie.

Il désinfecta le site puis piqua un peu à l'aveuglette. Il injecta le produit doucement. Une fois fini, il tremblait de partout et la tête lui tournait. Il s'allongea un moment et ferma les yeux. Il avait juste besoin de quelques minutes de repos. Juste quelques minutes et après il réfléchirait aux moyens de descendre de cette fichue corniche.

La petite créature, toujours logée dans sa veste, fit une petite apparition. Elle regarda longuement son nouveau protecteur, lui lécha un peu le nez, puis, n'obtenant aucune réaction, retourna se coucher bien au chaud.

~oOo~

Cette fois, le Major posa le jumper non loin de l'entrée du village. Il voulait perdre le moins de temps possible. Il abaissa la barrière qui rendait le vaisseau invisible et ils prirent tous les sept le chemin de Bleunwen.

Lirdi Tewlen les attendait, entouré de sa cours habituelle. Sheppard ne se sentait franchement pas d'humeur à entamer une conversation mondaine.

" Tewlen, nus avons besoin de savoir où vous avez trouvé les reste de votre homme. "

" Major Sheppard, je ne crois pas que ... ".

" MAINTENANT, Tewlen, j'ai besoin de cette info, maintenant. " Sa voix était dure et autoritaire.

Lirdi Tewlen poussa un soupir et se tourna vers l'un de ses hommes. " Lirdi Crean vas vous accompagner, mais je ne crois pas que cela soit une bonne idée, Major Shepaprd les Gréar ... "

" Ne nous font pas peur, Tewlen, nous avons affronté pire croyez moi. "

Dès que la petite troupe, se fut éloignée. Tewlen appela Gerdt. " Prenez cinq hommes avec vous et retournez au Liewand. Ramenez moi le corps de leur compagnon, et faites vite ! " Il était inquiet. Cette affaire prenait une tournure qui ne lui plaisait pas.

Le Major se trouvait en tête avec Lirdi Crean et deux de ses hommes. L'un d'eux arborait une magnifique ecchymose qui lui remontait de la base du cou jusqu'à la tempe droite. Sandra - la charmante doctoresse diplômée (18) - proposa de l'examiner mais il refusa d'un ton sec. Ils étaient tous les deux armés de pistolets qui ressemblaient comme deux gouttes d'eau à ceux des genii.

Il posa la question le plus innocemment possible. " Alors, Crean, vous avez souvent des échanges avec d'autres planètes, hum ? " Ridicule. Evidemment qu'ils en avaient ils étaient négociants : c'était leur gagne pain.

Lirdi Cran le regarda l'air un peu surpris. " Oui, en effet major Sheppard nous avons des échanges permanents avec plus d'une vingtaine de planètes. " Il y avait de la fierté dans sa voix.

Le Lieutenant Ford poussa un petit sifflement d'exclamation. Teyla aussi avait l'air surpris.

Sheppard repris " Et parmi vos, partenaires, il n'y aurait pas les genii, par hasard. "

" Si, bien sûr, nous connaissons les genii depuis plusieurs générations. Il s'agit d'une grande civilisation. "

Ouais, tu parles ! " Et, qu'est-ce que vous échangez avec eux. " Crean le regarda d'un air suspect. " Je veux dire, nous pourrions peut-être nous entendre à trois. Nous avons nous aussi beaucoup entendu parler d'eux. " Sheppard souriait de toutes ses dents, en espérant que cela n'ait pas l'air trop forcé.

" Et bien, nous sommes essentiellement des négociants de biens agro-alimentaires, mais il nous arrive de traiter pour l'acquisition de produits disons un peu plus exotiques. "

" Exotiques ? " Teyla venait de se mêler à la conversation. Sheppard compris à sa mine qu'elle avait elle aussi des doutes.

" Oui. Des produits qui ne proviennent pas d'Arbold ou bien encore des commandes spéciales. "

Curieusement, Sheppard ne souhaitait pas vraiment savoir ce que pouvait être une " commande spéciale ". Peut-être son esprit masculin était-il mal placé, mais ce qu'il imaginait était, disons, pas très politiquement correct.

Teyla continua sur sa lancée. " Et avec les génii, il vous arrive d'organiser des échanges de ce type, je veux dire pour des " produits exotiques ". "

Crean se rembrunit un peu, comprenant qu'il avait peut être été un peu trop loin en donnant ce type d'information à des inconnus. " Les génii sont un peuple très avancé, plus avancé que les arboldiens. Ils ont des besoins différents de la plupart des peuples avec lesquels nous traitons. " Sur cette dernière phrase elliptique, il se rapprocha de l'un de ses hommes, laissant Teyla et Sheppard seuls.

Ils échangèrent tous les deux un regard entendu : ils devraient se méfier de ces gens. S'ils étaient des alliés des génii comme les Ménarians (19) que pouvaient-ils leur fournir qui ait de la valeur ? Des informations bien sûr, mais quoi d'autres, qu'entendaient-ils par " produits exotiques ".

Sheppard aimait à considérer les genii comme des pilleurs. Des sortes de pirates interplanétaires. Ils allaient de planètes en planètes pour en découvrir le niveau technologique et tenter de s'en approprier les bénéfices.

Et si ces gens leur avaient vendus McKay ?

Okay l'idée pouvait paraître absurde au premier abord - surtout quand on connaissait le spécimen en question - mais elle se tenait en fin de compte. Kolya avait cherché à emmener Elisabeth et Rodney sur leur planète lorsqu'il avait compris qu'Atlantis était perdue. Il aurait certainement utilisé Elisabeth comme moyen de pression contre McKay pour l'obliger à finir leur bombe nucléaire. Qu'avez dit McKay ce jour là dans le laboratoire des génii : " nous avons près de 60 ans d'avance sur vous. " (20) Oui, McKay leur serait d'une aide inestimable.

Teyla avait rejoint Lirdi Crean et l'entrepris sur la question des Gréar. Ravi de changer de sujet, celui-ci lui décrivit, avec moult détails, les parties de chasse organisées contre l'incroyable créature.

Sheppard en profita pour s'entretenir brièvement avec le Lieutenant Ford. Il le mit au courant de ces doutes à propos de l'honnêteté des arboldiens et le sort funeste de McKay. L'échange fut rapide. Ford était habitué à ce type de rapport bref et synthétique et savait très bien comment y réagir. Il opina rapidement et rejoignit Stackhouse et Dunney.

Sheppard repris sa place à l'avant et se retrouva aux côtés de l'homme balafré. La marque était fraîche et laisserait en effet une magnifique cicatrice. Sheppard se demanda ce qui avait pu lui arriver. Un entraînement un peu musclé peut-être.

" Nous sommes encore loin ? "

L'homme le dévisagea un moment avant de lui répondre " Non. "

Okayyyyy. Pas un bavard. Il n'insista pas. Teyla finit par le rejoindre.

" Alors qu'avez-vous appris ? "

Elle lui sourit. " Major, votre question laisse sous-entendre que j'aurais cherché à soutirer des informations à Lirdi Crean. "

" Et alors, ce n'est pas le cas ? " Il lui rendit son sourire.

" Non Major. Je me suis juste enquis de la nature exacte des risques que nous encourrons à donner la chasse au Gréar. "

" Oh, alors pas d'informations soutirées malicieusement ? "

Teyla fronça les sourcils. " Et bien je sais que pour tuer un Gréar il faut beaucoup de chance et un peu d'adresse. "

" Un peu d'adresse ? "

" Oui, de l'adresse dans le maniement des fusils génii, ceux que les arboldiens échangent contre des " produits exotiques ". "

Le sourire de Sheppard s'élargi. Cette fille était redoutable. Elle aurait été capable de faire parler une planche à pain. Il allait lui demander si elle avait appris autre chose quand, le balafré s'exclama.

" Nous y sommes. "

~oOo~

Ouillouilllouillle. Ne jamais s'endormir après avoir fait une chute de 20 mètres !

Rodney avait l'impression d'être encore plus mal en point qu'avant sa petite sieste improvisée. Il examina sa montre. Deux heures. Il avait dormi deux petites heures. Et dieu seul sait ce qui avait pu arriver aux autres pendant ce temps !

Il fallait qu'il quitte la corniche et retourne à la porte le plus rapidement possible.

Il examina ce qu'il avait sous la main et se mit au travail. Il commença par enlever les attaches en métal des lanières de son sac à dos. Avec le couteau, il écarta les attaches et les glissa dans deux lianes qu'il attacha ensemble. Il espérait ainsi obtenir l'équivalent d'une corde de rappel (21). Bien sûr il n'avait ni mousqueton ni autobloquant, mais avec son couteau il espérait pourvoir y parvenir. Il découpa plusieurs lianes d'une longueur qu'il jugea satisfaisante. Après avoir fiché son couteau, il testa l'ensemble. Cela paraissait assez solide. Il rangea tout son barda et commença la descente.

Le premier mètre ne fut pas trop difficile. La petite créature cachée dans sa veste sortie son museau pour voir de quoi il retournait et émis ce petit couinement que Rodney identifiait désormais comme une espèce de miaulement - version extraterrestre bien sûr.

" Oui ... Je sais ... ce n'est pas très ... confortable mais ... Non de .... !!! "

Il avait voulu aller un peu trop vite et il venait de débouler trois mètres d'un coup. Le couteau avait lâché. Les " miaulements " redoublèrent en signe de contestation. Rodney s'agrippa à la liane, respirant bruyamment. Il jeta un coup d'oeil en bas. Hum, encore deux ou trois mètres. Il récupéra le couteau qui se balançait au bout d'une liane devant ses yeux et reprit la descente.

Contre toute attente, les derniers mètres ne posèrent pas de problème.

Arrivé en bas son premier réflexe fut de lever les yeux vers la corniche. Bon sang, d'en bas la hauteur paraissait encore plus impressionnante. Il se pencha ensuite vers son compagnon d'infortune.

" Moi Tarzan et toi Jane, hein. Jane, oui je vais t'appeler comme ça, Jane. Je me demande si Elisabeth m'autoriserait à te garder. " Il lui caressa la tête, puis commença sa marche vers la porte.

Il n'avait pas fait plus de 200 mètres lorsque son nez fut assailli par une terrible odeur. Il continua et ce qu'il découvrit le rendit positivement malade. Après avoir vomi et s'être muni d'un mouchoir, il s'approcha de la source de l'odeur.

Près de la berge se trouvaient trois cadavres. Une version visiblement adulte de Jane et deux petits. Son mouchoir sur le nez Rodney s'approcha un peu. Il n'était pas un spécialiste des morts par balles mais il semblait clair que ces animaux avaient été criblés de balles. Rodney ne voyait pas comment les arboldiens auraient pu venir jusque là. L'adulte avait du être abattu en plein vol entraînant ces petits avec lui vers la mort.

Il plongea la main dans sa veste et caressa les petites ailes duveteuses. Jane était un bébé. Une fois adulte, et s'il en croyait la cadavre devant lui, elle ferait au moins deux mètres de haut !

" Hum, je doute qu'Elisabeth soit d'accord pour que je te garde. Ou alors, il faudra que je te trouve une cachette quelque part sur Atlantis. Ce n'est pas la place qui manque. " Il sourit. " Oui quelque par pas trop loin de l'infirmerie. Tu pourrais te balader et ma foi, si par inadvertance Carson t'apercevait ... " Le bon docteur aurait certainement une attaque. Vengeance plus efficace qu'une leçon de jumper !

Il reprit sa route, laissant derrière lui sa macabre découverte.

~oOo~

Ils étaient arrivés près d'une petite clairière. Pregeld indiqua un arbre du doigt à Sheppard. Du sang se trouvait répandu sur au moins un mètre de diamètre. Sheppard s'agenouilla un moment et examina le site du soi disant carnage.

Il doutait que quoi que ce soit ait eu lieu à cet endroit. L'herbe n'était même pas foulée autour de l'arbre. S'il y avait eu lutte cela aurait du être le cas. Et le sang était parfaitement circonscrit. Si Le Gréar avait - comme l'affirmait Lirdi Tewlen - emmené McKay avec lui, il y aurait du y avoir des traces de sang un peu partout autour du site. C'était une bien maladroite mise en scène. Il se leva et rejoignit son équipe, soulagé.

McKay devait être en vie.

" Lirdi Crean merci de nous avoir accompagné jusqu'ici, mes compagnons et moi-même aimerions nous recueillir quelques instants, en mémoire de notre ami disparu. "

" Oui, bien sûr. "

Une fois qu'ils furent seuls, Teyla l'interrogea. " Alors qu'en pensez vous ? " " Je ne crois pas qu'un animal, Gréar ou autre, soit à l'origine de cette flaque. Ils nous jouent la comédie. J'aimerais bien savoir pourquoi, mais le plus important c'est de retrouver McKay et pour ça, nous avons besoin de retourner au jumper. "

Ils retournèrent auprès des trois arboldiens. " Nous vous remercions une fois encore de nous avoir permis de venir jusqu'ici. Nous devons rentrer et faire notre rapport à notre leader. "

A cette annonce Lirdi Crean avait du mal à cacher sa joie. Tout allait pour le mieux. Lirdi Tewlen serait content.

Le chemin du retour ne leur pris pas plus d'une heure. Ils repassèrent par Bleunwen pour présenter leur respect à Lirdi Tewlen.

" Je suis vraiment désolé de ce qui est arrivé à votre compagnon. J'espère que cet accident n'entachera pas nos futures relations ? "

" Non, bien sûr que non, ne vous en faites pas. "

" Peut-être souhaitez vous emmené avec vous une partie de ce que vous souhaitez nous acheter, en signe de notre " Il chercha un moment ces mots " pardon, pour ce qui est arrivé au docteur McKay. "

Sheppard voulait en finir au plus vite et retournez au jumper. " Oui, si vous voulez, pas de problème, mais vite alors ! "

" Bien, je vais faire préparer votre commande. Et pour le traité ? " Il agitait un petit cahier noir et rouge. Sheppard lui pris des mains.

" Tewlen, je vous assure que mon leader sera ravi de signer avec vous, maintenant si nous pouvions un peu activer les choses, huhu ? "

Lirdi Tewlen était un homme heureux. Cela avait fonctionné. Il avait eu des doutes. Ces gens semblaient de redoutables guerriers, mais souvent les guerriers manquent en clairvoyance ce qu'ils ont en force.

Devait-il rappeler les hommes qu'ils avaient envoyés à la recherche du docteur McKay ?

Il en était à ce point de ces pensées lorsque justement ces hommes entrèrent dans l'enceinte de la bâtisse ; Il les rejoignit. Ils étaient revenus les mains vides.

" Et bien ? Où est le corps ? "

" Lirdi, nous sommes désolés, nous nous sommes rendus à l'endroit indiqué par Lirdi Crean et nous avons cherché, mais nous n'avons rien trouvé. Il y a des traces de sang sur une partie de la descente, ainsi que sur une petite corniche et nous avons trouvé ceci près de la berge. " Il tendit un chiffon blanc à Tewlen.

Ce dernier était livide. McKay était vivant. Si jamais il parvenait à rejoindre le portail, tous ces efforts seraient détruits !

" Pregeld ! "

" Oui, Lirdi. " L'homme à la balafre s'approcha de Tewlen.

Tewlen lui tendit le mouchoir de McKay.

" Retrouvez moi ce terrien et débarrassez vous en. "

~oOo~

Il y avait quelque chose qui clochait.

Rodney s'arrêta pour la quatrième fois en moins de 30 minutes. Il avait du mal à respirer. Il avait tout d'abord mis ça sur le compte du fort taux d'humidité qui régnait dans le marais. Mais maintenant, il avait des doutes. Sa respiration était un peu hachée et s'il prenait une large inspiration, il pouvait " sentir " quelque chose de bizarre dans sa poitrine. C'était plus une sensation qu'une véritable douleur. Une sensation de raclement. Oui, c'était ça. Comme deux feuilles de papier que l'on frotterait l'une contre l'autre. Et cela n'avait certainement rien de naturel. Il s'épongea le front avec sa manche et s'assit sur un rocher.

Okay, il avait du se froisser une côte dans la chute. Une côte froissée. Ou fracturée, ou cassée. De toute manière cela ne changeait pas grand-chose à sa situation n'est-ce pas ? Il était complètement perdu, en pleine nature, sans arme et sans moyen de communication. Hum, disons que cela n'arrangeait pas sa situation. Il allait se lever lorsque Jane passa la tête hors de son gilet.

Rodney tendit la main vers la petite créature. Jane l'encouragea à la caresser, donnant de petits coups de tête à la main tendue. Rodney sourit. C'était étrange comme la simple présence de cet animal qui était sans doute dangereux - en tous les cas sa taille adulte n'en faisait guère le type " gentil toutou de compagnie " - l'apaisait. C'était pareil avec Salieri. Son chat lui apportait un équilibre qu'il ne parvenait jamais tout à fait à atteindre avec ses semblables (22).

Un nuage obscurcit soudain le ciel. Il leva la tête. Le feuillage était moins dense autour de la berge et Rodney pouvait apercevoir le soleil. Il fallait qu'il reparte, il ne restait visiblement pas beaucoup de temps avant que la nuit tombe et il voulait avoir avancé le plus possible.

Il se releva, mais soudain Jane bondit hors de sa cachette pour disparaître derrière un talus. Le recul déséquilibra Rodney qui tomba en arrière avec un petit cri. Il se mit à genoux tant bien que mal en se tenant les côtes. Il jura entre ses dents, les yeux fermés, essayant de reprendre son souffle.

Un petit coup de patte lui fit rouvrir les yeux.

Jane se tenait sur le rocher d'où elle l'avait délogé quelques minutes plus tôt. Elle lui décocha un autre petit coup de patte sur la joue puis sauta à terre. D'accord, qu'est-ce qu'elle voulait ? Rodney prit appui sur le rocher et parvint - après plusieurs contorsions et de nombreuses invectives - à se relever complètement.

Le spectacle aurait pu être comique s'il n'avait pas eu aussi mal. Jane se tenait là, toute fière, une espèce de rongeur dans la gueule. La bête était presque aussi grosse qu'elle. Elle déposa son gibier devant lui en poussant des petits miaulements de satisfaction.

" Oh, je vois que ... tu as pensé à notre repas de ce ... soir, hein ? " Il fallait presque qu'il reprenne son souffle entre chaque mot. Il regarda une fois de plus le soleil et prit une décision. Il allait s'arrêter là pour la nuit. Dans l'état où il se trouvait, il lui faudrait un bon moment pour s'installer et mieux valait être prêt avant qu'il ne fasse nuit noire. De toute manière, il ne se sentait pas suffisamment bien pour faire ne serait-ce qu'un mètre de plus.

Ses pensées revinrent vers son équipe.

Il espérait qu'ils allaient tous bien. Il ne se le pardonnerait pas s'il leur était arrivé quelque chose par sa faute.

~oOo~

Dans la semi obscurité du marais, une paire d'yeux fixait les deux compagnons, épiant les moindres gestes de l'homme qui se tenait là.

Bientôt, les choses rentreraient dans l'ordre.

Bientôt, ils seraient vengés.

~oOo~
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong