Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/Une Femme Libre
Informations :
Auteur : Johnelizabeth
: 05/07/2006
Note : 9
Nombre de votes : 1


Histoire :
Elle l'avait embrassé : Mike Branton, un de ses subordonnés, elle le trouvait plutôt mignon et charmant mais ca n'aurait jamais dut se produire, elle était sa supérieur. Elle se devait de montrer l'exemple, où l'on ne la prendrait plus jamais au sérieux mais en même temps qu'elle mal y avait il à vivre ? C'est vrai, tout le monde partait en mission et elle, elle restait là, à lire des rapports, elle aimait son travail mais elle voulait tellement plus. Elle fut sortit de ses pensées quand elle le croisa dans le couloir. Elle devait l'affronter, mais ne savait quoi lui dire, voulait elle plus, de lui ? Ou de sa vie ? Peut-être que pour avoir plus de la vie, il fallait être avec lui ? Mais il y avait trop de conséquences, elle ne savait pas comment réagir face à lui.

Mike : Salut.
Elizabeth : Salut.
Mike : Alors ?
Elizabeth : Alors.
Mike : Je n'aime pas tourner autour du pot : vous m'avez plus dès que je vous est vu, plus je travaillais avec vous, plus vous m'attiriez et aujourd'hui que l'on s'est embrassé, ca ne fait plus aucun doute : je vous aime.
Elizabeth : ...Je ne sais pas quoi dire, cette situation n'est pas clair dans mon esprit.
Mike : Peut-être le sera t elle plus après ca.

Mike s'approcha d'elle et l'embrassa, d'abord tendrement puis le baiser s'intensifia, elle mit les bras autour de son cou, il avait les mains sur ses hanches, leur baiser était passionné quand le major Lorne intervint en toussant, ils se séparèrent.

Elizabeth : Major, que faites vous là ?
Lorne : Je rejoignais mes quartiers.
Mike : Je vais vous laissez, j'ai beaucoup de travail.

Mike partit, laissant Elizabeth et Lorne seuls dans le couloir, Elizabeth avait l'air très gênée et Lorne plutôt mal à l'aise.

Lorne : Vous et...
Elizabeth : Non, enfin...peut-être.
Lorne : Ho, je vois.
Elizabeth : C'est compliqué, je ne sais pas encore ce que je vais faire.
Lorne ( avec un air de reproche ) : Vous n'aviez pas l'air de vous de posez de questions, y a deux minutes.

Elizabeth fut surprise de la réaction du major, après tout cela ne le regardait pas.

Elizabeth : Il faut...que je me remette au travail.

Elizabeth partit sans demander son reste, elle était morte de honte. Elle avait bien remarqué son expression quand il les avait surpris, il était déçu et en colère. Elle se demandais si son amitié avec le major n'en souffrirais pas où s'il n'allait pas en parler. S'il parlait de cette histoire, c'était évident, elle perdrait toute crédibilité, et ne serait plus apte à diriger la cité. Pourquoi fallait il que tout soit si compliqué ? Ses pensées étaient confuses quand John frappa à la porte de son bureau.

John : Elizabeth, es ce sa va ?
Elizabeth : Oui, pourquoi ?
John : Et bien, vous êtes revenu dans votre bureau il y deux heures et vous n'avez fait que triturer cette pauvre feuille qui devait probablement être un rapport à la base.

En effet, des lambeaux de feuilles se baladaient partout sur son bureau et il lui restait le dernier morceau encore un peu près intact dans la main.

Elizabeth : Oh.
John : Quelque chose vous tracasse ?
Elizabeth : Non, rien, sa va.
John : Elizabeth, vous ne savez pas mentir.
Elizabeth : C'est assez personnel.
John : Vous pouvez tout me dire.

Elizabeth lui sourit, elle ressentait une certaine attirance pour John, même s'il était son ami, elle ne voulait pas ébruiter cette histoire et surtout elle ne voulait pas qu'il soit au courant.

Elizabeth : Je sais. Ne vous inquiétez pas. Sa va.
John : Très bien, je n'insiste pas mais si vous changez d'avis, je suis toujours là.

John sortit de son bureau, laissant Elizabeth seule encore perdue dans ses pensées, elle sentait bien une attirance pour Mike mais ne savait dire s'il y avait plus, le major Lorne était un ami et cela la gênait qu'il avait été témoin de la scène, cela la gênait seulement parce que c'était un de ses amis ou qu'elle éprouvait quelque chose pour lui ? Et John , qui lui promettait d'être toujours là pour elle, un ange, il était gentil, beau garçon et depuis qu'elle avait fait sa connaissance, il lui semblait que ca était plus belle. Pour lequel de ces trois hommes battait son cœur ? Peut-être pour aucun, peut-être qu'elle se berçait d'illusions, peut-être qu'elle avait raison, après tout, pourquoi pas ? Mais ces trois hommes, était tous ses subordonnés, ce qui arrive souvent quand on est le chef, le problème restait toujours le même. Devait elle se laisser aller ? Faire ce qu'elle voulait. Ou continuer à prendre ses responsabilités, elle avait sous ses ordres tout une citée, cette situation pourrait gêner son travail, altérer son jugement, quoique quand il s'agissait de John, son jugement était déjà altéré.
Elle devait parler à Lorne, lui dire de se taire, en attendant qu'elle prenne une décision. Elle se dirigea vers ses quartiers, et le trouva dans le couloir en train d'en sortir. Elle entreprit de parler mais ne savait par où commencer, heureusement le militaire entamât la conversation.

Lorne : Vous venez me demander de me taire, je suppose.
Elizabeth : En effet, ce que vous avez vu, tout à l'heure...
Lorne : Vous n'avez pas d'explication à me donner, je ne suis qu'un de vos subordonnés, si vous voulez que je me taise, je le ferais.

Lorne avait l'air vexé, ce qui toucha Elizabeth, il n'était peut-être pas si indifférent que ca à elle après tout.

Elizabeth : Major, si je vous est blessé, je m'en excuse.
Lorne : Pourquoi m'auriez vous blessé, c'est vrai, vous faites ce que vous voulez et cela ne me regarde pas.
Elizabeth : Alors pourquoi vous réagissez comme ça ?
Lorne : Comme quoi ?
Elizabeth : Ca vous énerve, dites moi la vérité.
Lorne : Je suis énervé parce que la dirigeante de la cité des anciens, se paye du bon temps au lieu de travailler à repousser les wraiths.
Elizabeth ( énervé ) : Major !
Lorne ( baissant la tête ) : Je suis désolé, madame, ce n'est pas ce que je voulais dire.
Elizabeth : Pourtant, moi, j'ai l'impression que vous le pensiez.
Lorne : Toutes mes excuses, je garderais votre secret, c'est promis.

Il entreprit de partir mais Elizabeth le rattrapa, elle l'obligea à se retourner, elle ne comprenait pas ce qu'il se passait et il lui devait la vérité.

Elizabeth : Que ce passe t il ?
Lorne : De vous voir embrasser le Docteur Branton m'a déçu.
Elizabeth : Ce n'est pas tout, hein ?
Lorne : Non, ce n'est pas tout, j'ai des sentiments pour vous, c'est pour ça que je n'est pas aimé vous voir avec lui.
Elizabeth ( surprise ) : Quelle...genre...de...sentiments ?
Lorne : Bien au-delà du simple respect professionnelle ou de l'amitié.

Et voilà, le numéro deux de sa journée venait de se déclarer, elle se sentait encore plus perdue qu'avant. Elle ne pouvait détaché son regard du sien, elle voulait courir se cacher en attendant que les wraiths arrivent pour tous les tuer mais elle décida d'écouter son instinct même si elle savait que les conséquences seraient lourdes à assumer.

Lorne : Vous n'êtes pas obligée de...

Elle se jeta littéralement sur lui, et l'embrassa, elle sentait l'envie monter en lui, il la plaqua contre le mur, d'une main il maintenait son poignet collé au mur tandis que l'autre relevait doucement son tee-shirt. Elizabeth avait la main perdu dans sa nuque, elle savait qu'elle ne devait pas faire ça mais son désir était trop grand et elle aussi, avait le droit au bonheur.





Le docteur Branton voulait que John initialise un objet ancien, ils se dirigeaient tout les deux vers son laboratoire quand ils virent la scène qui s'offrait à eux : Elizabeth et le major Lorne était dans une position plus que compromettante.
Mike était déboussolé, ils s'étaient embrassés, deux fois, et là, elle se jetait sur le major Lorne.
John avait le souffle coupé, celle qu'il aimait était dans les bras d'un autre, ce spectacle lui déchira le cœur.
Le major entraîna Elizabeth dans sa chambre, aucun d'entre eux n'avaient remarqué que le couloir n'était plus désert.
Mike partit précipitamment tandis que John restait sur place, incapable de bouger, il ressentait ça comme une trahison.
Il partit en direction de la salle d'entraînement et se défoula sur un pauvre sac de sable pendant plus d'une heure. Il ne sentait même plus la fatigue mais s'arrêta de frapper quand le sac de sable se fendit en deux.
Voyant l'heure tardive, il partit se coucher, mais le sommeil ne vint pas, cette image le hantait : Elizabeth et Lorne s'embrassant, il savait ce qui se passait en ce moment dans la chambre du major et rien que de le savoir ca le rendait malade. Il se retournait encore et encore dans son lit, regardant son réveil tout les dix secondes. Finalement le matin arriva, sans que John est pu fermer l'œil, il savait que même à cet heure matinal, Elizabeth se trouverait dans son bureau et se prépara à une confrontation. Mais Elizabeth n'était pas seule dans son bureau, le major y était également, ils riaient tout les deux mais ce n'est pas ça qui allait l'arrêter, il entra dans le bureau.

John : Major, laissez nous, il faut que je parle au Docteur Weir.

Lorne fut surpris que le colonel soit aussi froid envers lui mais obtempéra.

Elizabeth : John, que ce passe t il ?

Et voilà, un regard, une question et il était perdu, elle était si belle, il l'a déboussolait, elle n'avait jamais montrer de jalousie envers ses nombreuses conquêtes et quand elle se décidait enfin à vivre, il lui en voulait, c'est probablement parce qu'il aurait voulu que se soit avec lui qu'elle se laisse aller. La scène d'hier lui revint en mémoire et il s'énerva sans le vouloir.

John : Vous savez très bien ce qui ce passe.
Elizabeth : Non, je...
John : Ne faites pas l'innocente, je vous est vu, hier avec le major !
Elizabeth ( perdant son sang froid ) : Ce que je fais de ma vie privée ne vous regarde pas colonel !
John : Vous croyez que c'est un comportement approprié pour un chef ?
Elizabeth : Je m'attendais à des représailles mais j'avoue que j'en attendais pas de votre part, je vous croyais de mon côté !
John : Je suis de votre côté, mais pas du sien !
Elizabeth : Mais de quoi parlez vous ! Vous êtes jaloux ?
John : Ce n'est pas ça ! Ce n'est pas aussi simple que ça !
Elizabeth : Bien sur que si ! Vous êtes jaloux de Martin (1) parce que lui, il a réussit à se déclarer et pas vous !
John : Je suis jaloux parce qu'il a réussit à vous mettre dans son lit !

Elizabeth lui colla une gifle majestueuse, et le regarda avec mépris ce qui lui fendit le cœur encore un peu plus, comment avait il pu lui dire une chose aussi horrible, alors qu'il n'en pensait pas un mot.

Elizabeth ( criant ) : DEHORS !!!!!!

John obéit et sortit de son bureau la tête basse, heureusement il n'y avait que deux personnes dans la salle de contrôle et il savait que Teyla et McKay ne parlerait pas de cette histoire.


(1) On ne connaît pas le prénom du major Lorne et je trouve que Martin, ca lui va bien alors ce sera Martin !!



C'est alors que Mike entra à son tour dans son bureau, apparemment les ennuis ne faisaient que commencer.

Mike : J'étais avec le colonel Sheppard quand on vous a vu avec le major Lorne.
Elizabeth : Je suis désolée Mike.
Mike : Vous êtes désolés ?
Elizabeth : Après avoir réfléchit, je ne vous vois que comme un ami.
Mike : Alors que le major est bien plus pour vous.
Elizabeth : Oui, bien plus.
Mike : J'ai compris, je ne parlerais à personne, ni n'y de nous, ni de ce que j'ai vu mais je crois qu'il serait préférable que l'on ne travail plus ensemble, je n'est pas tellement envie que nous restions amis.
Elizabeth : Je comprend.

Mike partit, ce n'était vraiment pas celui qu'elle voulait, elle ne supportait pas les hommes qui se laissait faire, qui renonçait au premier échec. Elle savait que John n'était pas ce genre d'homme et qu'il se battrait, c'est ça qu'elle aimait le plus chez lui, qu'il se relève toujours quelque soit le problème. Mais ce qu'il lui avait dit, elle ne le pensait pas comme ça, comment pouvait il être aussi méchant, lui qui d'habitude, la soutenait et lui remontait le moral. Elle ne voulait pas penser à lui pour le moment, il lui restait trop de travail et hier, elle n'avait pas fait grand chose.
Elle avait travaillé sans une pose depuis trois bonnes heures quand elle ne put croire ce qu'elle lisait. L'équipe du colonel Sheppard devait aller sur une planète en compagnie du Docteur Branton pour qu'il étudie un objet ancien, le colonel avait demandé du renfort parce que cette planète lui semblait hostile. Elle jura quand elle se rendit compte que la seul équipe disponible était celle du major Lorne, la mission était prévu pour l'après-midi même. Ce qui voulait dire que dans quelques heures, Martin, Mike et John se retrouverait sur la même planète pour une mission périlleuse.



L'équipe du colonel Sheppard était dans la salle d'embarquement avec le Docteur Branton quand ils virent l'équipe de secours arriver, le major Lorne était en compagnie d'Elizabeth ce qui énerva John au plus au point.

John : J'espère que c'est une blague.

Elizabeth décida de ne pas se laisser faire, elle arbora un sourire plein de méchanceté comme si cette mission était son œuvre.

Elizabeth : Voici votre équipe de secours, j'espère qu'elle vous convient.
Teyla ( voulant éviter le massacre ) : C'est parfait.
Elizabeth : Bien.
John : Parfait.
Rodney ( ironique ) : Chouette, on va commencer cette mission dans la joie et la bonne humeur.

Ils passèrent tous la porte, Lorne jeta un dernier regard à Elizabeth et lui fit un sourire promettant que tout allait bien se passer. Une fois arrivé sur la planète, tous partirent en direction de la forêt.

John : Lorne, Simons, sécurisez la porte.
Lorne : Mieux vaut que se soit, Rosenberg et McNill qui sécurise la porte.
John : Vous discutez mes ordres ?
Lorne : Non, je vous fait remarquer qu'il est préférable que deux lieutenants sécurise la porte parce que si vous êtes attaqué vous aurez de besoin de l'aide, d'un major et d'un capitaine comme Simons et moi-même.
Teyla : Il a raison, colonel.
John : Très bien, vous venez avec nous, Rosenberg, McNill, vous sécurisez la porte.

Ils venaient juste d'arriver que déjà le major commençait à lui taper sur les nerfs. Ils avancèrent dans la forêt, un silence de mort s'était installé, la tension entre le colonel et le major se faisait sentir, Mike aussi, n'avait pas l'air très enchanté que Lorne soit venus avec eux.

Rodney : Colonel, on est perdus.
John : On est pas perdus, on est momentanément égarés.
Rodney : En d'autres termes, on est perdus.
Lorne ( montrant une direction du doigt ) : Je crois qu'il faut aller par là.
John : Et qu'est ce que vous en savez ?
Lorne : C'était juste une suggestion.
John : Oui et bien, la prochaine, vos suggestions, vous savez où vous pouvez les mettre.
Teyla : Colonel !
Lorne : Si vous avez quelque chose contre moi, dites le tout de suite.
John : Votre petite amie ne vous a pas mit au courant ?
Lorne : Alors c'est pour ça que vous m'en voulez, parce que j'ai couché avec Elizabeth.

Rodney faillit s'étouffer. Teyla et Ronon restait bouche bée.

Rodney : Que...quoi ? Vous avez...vous avez...avec Elizabeth ?
Lorne : Ca vous dépasse qu'elle m'est choisi plutôt que vous.
John : Mais y avait aucun choix à faire, elle a pris ce qu'elle avait sous la main.
Ronon : Si vous continuez à crier, les ennemis ne vont pas tardez à nous repérer.
Lorne : C'est moi qu'elle voulait et qu'elle ne vous aime pas, vous ne le supportez pas.

Lorne avait touché un point sensible, John ne répondit rien mais Mike s'en mêla :

Mike : Oui, elle vous aime, bien sûr, elle vous a sauter dessus, deux heures après m'avoir embrassé, elle change plutôt vite d'avis comme nana.
John : Vous l'avez embrassée !

Ronon éclata de rire, ce qui lui valut un regard réprobateur de la part de Teyla.

John : D'accord qui, ici, ne c'est pas taper Elizabeth.
Teyla ( s'énervant ) : Colonel ! Ca suffit !

John s'arrêta net, ces paroles dépassaient de loin ses pensées, mais il était tellement en colère. Il ne valait donc rien à ses yeux ?

Ronon : Vous avez entendu ?
Rodney : Quoi ?
Ronon ( après un bruit ) : Ca.

Des hommes sortirent de tous les côtés pointant leur armes sur eux.


To Be Continued...






Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong