Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/Jugement - Partie 1
Informations :
Auteur : Rieval
: 25/11/2005
Note : 8
Nombre de votes : 1


Histoire :
Rating : PG+13. GEN.

Spoiler : saison 2, épilogue pour " Runner ".

Résumé : je n'aime pas trop la manière dont l'équipe (surtout Sheppard et Lorne) traite McKay dans cet épisode, alors j'ai décidé d'y remédier ... avec un peu de Rodneytorture bien sûr, LOL !

Résumé de l'épisode : rendez-vous sur le site Gateship-one.net.

Disclaimer : comme dirait Smeagol, My precious ! SGA c'est un peu ça pour moi : une gentille obsession qui me dévore complètement ... SGA n'est pas à moi, mais l'obsession elle, est complètement rievalienne !

" Exister c'est répondre aux chocs du monde environnant ; c'est, plus d'une fois par jour, et plus d'une fois par heure, oublier ce qu'on a juré d'être ".
Alain, philosophe français, 1868 - 1951

oOo


Ils étaient rentrés depuis moins de deux heures, mais bien entendu le Colonel Caldwell avait " demandé " - plutôt exigé d'ailleurs ! - que soit organisé un débrifieng. Ce qui fait qu'ils se retrouvaient tous dans le bureau d'Elisabeth à expliquer au militaire suspicieux comment Ford s'était échappé.

Rodney se trouvait derrière la table près d'Elisabeth. Il avait juste eu le temps d'ôter la lourde combinaison protectrice. Il était en sueur et se sentait sale. Fatigué et sale. Il avait envie d'une bonne douche chaude et de dormir. Il se demandait combien de kilomètres il avait pu faire aujourd'hui. Mais noooooon il fallait qu'il écoute Caldwell faire des remarques plus que désagréables sur la manière dont ils avaient accompli cette mission. Et bien sûr, c'était Sheppard qui était directement visé, Caldwell rappelant clairement ce qu'il pensait de son subordonné : qu'il n'était qu'un officier incompétent.

Charmant.

Rodney regarda un moment les visages autour de lui.

Ils étaient visiblement encore tous sous le choc de ce qui s'était passé. Ford avait perdu la raison. Il n'y avait guère d'autre explication à ce qu'il avait fait : il s'était volontairement mis sur le chemin du rayon tracteur d'un Dard. Incroyable, absolument impensable.

L'idée faisait froid dans le dos. Elle lui faisait froid dans le dos. Rodney frissonna et se passa la main sur le front. Il tripotait la barre énergétique qu'il avait juste eu le temps de faucher sur le bureau d'un des techniciens dans la salle de contrôle. S'il ne la mangeait pas bientôt, il serait dans de beaux draps. Mais la réunion était finie et il la sortit de sa poche.

" Bien, je crois que ce sera tout pour aujourd'hui, Colonel je voudrais que ... "

" Non ! Bon sang, Elisabeth, nous devons faire quelque chose pour Ford, nous devons l'aider. " Avant qu'Elisabeth n'ait le temps d'ajouter quoique ce soit, Sheppard s'exclama " Les coordonnées de la planète ! Mais oui, nous n'avons qu'à retrouver les coordonnées de l'endroit où ces trois Dards se sont rendus, ensuite nous ... "

" John, vous savez que ce n'est pas possible. "

Il y avait de la tristesse dans sa voix et de la douceur. C'était la voix de quelqu'un qui vient vous apprendre la mort d'un être cher.

" Alors c'est ça, vous aussi vous abandonnez, hein ! "

Rodney avait rarement vu Sheppard aussi furieux. Une rage contenue. Ah, si une fois : lorsqu'il lui avait dit ce qu'il pensait de Chaya.

" Non John, je n'abandonne pas, mais je ne risquerais pas la vie d'une équipe pour une mission suicide. Voyons John, si Aiden est entre les mains des wraith ... "

" Je ne vous demande pas de risquer la vie de qui que ce soit Docteur Weir, juste de localiser l'endroit où ces foutus wraith sont allés. " Sheppard se tourna vers Rodney. " McKay peut bien faire ça, non ? "

Rodney ne réagit pas. En fait, il avait un peu perdu le fil de la conversation. Il avait mal partout, au dos et à la cheville surtout et pour une fois, avait hâte de passer à l'infirmerie. Il grignotait distraitement la barre énergétique, lorsqu'il s'aperçu que tous les regards étaient tournés vers lui. Il avala la bouchée qu'il avait dans la bouche, manquant de s'étrangler.

" McKay ! Ca vous dérangerais de faire ne serait-ce qu'une fois, un petit effort pour penser à autre chose qu'à votre petite personne. " Sheppard était apparemment furieux. Contre lui ?

" Que ... Quoi ? "

Rodney fit le tour des visages. Et ce qu'il y lu le frappa comme un coup de poing en plein estomac : de la déception et du dégoût. Pour lui.

" Mais ... "

Sheppard secoua la tête. " Oh, ça va Rodney, je crois que vous en avez assez fait comme ça pour aujourd'hui. " Il jeta un regard froid et méprisant au scientifique.

" J'en ai fais assez pour aujourd'hui, Colonel ? Et est-ce que je peux savoir ce que vous voulez dire par là. " Cette fois c'était Rodney qui était furieux. Comment Sheppard osait-il le traiter comme s'il était ...

" Ce que vous avez fait ? Vous voulez vraiment que je passe en revue vos exploits de la journée, hein. Bien, alors qu'est-ce que vous dites de passer une combinaison qui doit bien peser 10 kilos et retarder ainsi la progression du Major Lorne, " Rodney essaya d'ouvrir la bouche pour s'expliquer, mais Sheppard le coupa, " ou bien alors, vous mettre à courir à l'aveuglette en hurlant à l'aide et en tirant des coups de feu en l'air, oh, mais bien sûr j'oubliais le principal, vous faire prendre au piège le plus vieux du monde et vous retrouver suspendu en l'air comme un vulgaire animal, prêt à se faire égorger ! Vous voulez que je vous dise McKay, vous n'êtes qu'un boulet. Lorne a raison, je me demande pourquoi je vous garde dans l'équipe, quand je pense que vous êtes là alors que Ford ... "

" COLONEL, ça suffit ! "

Sheppard se tourna vers Elisabeth. Celle-ci était visiblement choquée par ce qu'il venait de dire. En fait, ils étaient tous choqués.

Rodney était pâle et silencieux. Il fixait le Colonel.

" C'est fini. " Sa voix tremblait mais il parvint à rester calme.

Sheppard ne lui répondit pas. Il était facile de voir qu'il était toujours en colère. Sa mâchoire était serrée et ses poings fermés.

Rodney regarda Elisabeth puis Teyla. Cette dernière ne disait rien. Personne pour le défendre ... Il étouffa un petit ricanement : quels amis il avait là, remarquable vraiment !

" Si vous avez besoin de moi, je serais dans mon laboratoire. "

Il allait sortir du bureau lorsque Sheppard l'attrapa par le bras.

" C'est ça allez donc vous cacher dans votre labo, c'est certainement le seul endroit où vous ne ... "

Rodney n'entendit pas la fin de la phrase, non plus que la voix d'Elisabeth rappelant sèchement le Colonel à l'ordre. Il descendit lentement les escaliers de la salle de contrôle, conscient du regard abasourdi des techniciens qui avaient entendu une partie de la conversation. Il n'entendit pas Teyla l'appeler ou bien il décida tout simplement de l'ignorer. Il entra dans le transporteur et hésita un moment avant d'appuyer sur le point qui désignait les quartiers du personnel civil.

oOo


Arrivé dans sa petite chambre, Rodney se laissa tomber lourdement sur son lit. Il resta un moment assis là, les mains posées sur ses genoux puis il s'allongea.

Qu'est-ce qui s'était passé ? Comment Sheppard avait-il pu lui dire ça ? Qu'avait-il fait pour mériter toute cette haine ?

Il repassa en revue les évènements des dernières quarante-huit heures.

Il n'y avait pas pensé sur le moment mais dès son arrivée au débriefing, Sheppard l'avait agressé. Que lui avait-il dit : " gentil à vous ne nous rejoindre ... ", comme s'il ne prenait pas ses fonctions dans l'équipe du Colonel au sérieux. Seulement, Rodney était le chef scientifique de cette mission, il avait des réunions importantes et ne pouvait pas être partout à la fois ! Rodney avait essayé d'accélérer sa réunion dès qu'il avait été contacté par radio par Elisabeth mais ils l'avaient tous accueillis comme s'il était indifférent au sort de Ford. C'était faux, il aimait bien Ford et souhaitait sincèrement que le jeune homme s'en sorte même s'il doutait, après ce qu'il avait vu, que ce soit possible.

Rodney soupira.

Et puis, il y avait les autres militaires. Comme le Major Lorne. Ils ne l'aimaient pas. Bien sûr, c'était le cadet de ses soucis, mais Rodney ne se sentait pas à l'aise avec le nouveau contingent de Marine, ou de Ranger, ou quel que soit leur armes. Ces nouvelles recrues se comportaient comme en terrain conquis : genre, nous sommes vos sauveurs, nous sommes invulnérables ! Aucun d'eux ne l'avaient écouté à propos de la combinaison de protection. Quelle bande d'abrutis !

Et Ford avait tenté de le tuer. Rodney était certain que son ex-coéquipier l'aurait liquidé si ce type chevelu n'était pas intervenu.

Et maintenant ... maintenant, Sheppard lui reprochait, quoi ? D'être un mauvais ami ? Un lâche ? De ne pas mériter d'être dans son équipe ... Pire, de ne pas mériter d'être toujours là ... d'être en vie alors que ... c'était ce qu'il avait laissé entendre, non ? Qu'il était injuste que Rodney soit toujours là, alors que Ford lui était en fuite, malade et seul. Il aurait préféré que ce wraith l'ait à moitié tué lui et non Ford.

Sheppard le détestait. Et cette pensée était insupportable.

Parce que d'aussi loin qu'il se souvienne, le Major Sheppard avait été l'ami le plus proche qu'il ait eu.

Dommage que le Colonel Sheppard ne ressente pas la même chose à son égard.

oOo


La nuit porte conseil. C'était en tout cas, ce que disait le dicton. Et bien, c'était de la foutaise !

John s'était couché furieux et il s'était réveillé furieux.

Il était furieux contre Ford pour avoir décidé de foncer sous ce rayon tracteur plutôt que de rentrer avec lui sur Atlantis, furieux contre Elisabeth qui refusait d'envoyer une autre équipe sur la planète pour tenter de déchiffrer les coordonnées des Dards, furieux contre Teyla qui essayait de rationaliser ce qu'il ressentait. Et surtout, il était furieux contre McKay. Qu'avait-il fait sur cette fichue planète, comment avait-il aidé Ford, hein ? En le poussant à bout, au point que ce dernier cherche à le tuer ? Bon sang, Rodney lui avait tiré dessus, comment dans ces conditions, le jeune homme pouvait-il encore leur faire confiance. Comment Ford aurait-il pu après ça, lui faire confiance ?

Et puis, le rapport du Major Lorne était plus qu'édifiant sur le comportement de McKay pendant cette mission. Il lui avait fait perdre du temps en se reposant sous un arbre ? Tout ça pourquoi ? Parce que Monsieur portait une combinaison de protection aussi lourde qu'une armure du moyen-âge ! Une combinaison orange de surcroît. Entre ça et la crème solaire à base de noix de coco, McKay s'était retrouvé aussi à sa place dans cette forêt qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Sa radio se mit en route, il répondit sèchement.

" Sheppard. "

Une voix à l'accent roucoulant lui répondit.

//Colonel, je vous attends pour votre examen post-mission, maintenant.//

John fronça les sourcils. Il y avait une certaine inquiétude dans la voix du médecin écossais.

" Un problème doc ? "

//Cinq minutes Colonel, c'est le temps que je vous donne pour me rejoindre à l'infirmerie, Beckett, terminé.//

Qu'est-ce qui se passait encore ? John soupira et sortit de son bureau. Arrivé près de l'infirmerie, il croisa Teyla.

" Bonjour Teyla, est-ce que ... " John fit un signe de la tête en direction de la porte de l'infirmerie.

" Oui, je me rend en effet à l'infirmerie à la demande du Docteur Beckett. Il avait l'ait très inquiet."

" Heu, oui, et je me demande bien pourquoi. "

Ils entrèrent tous les deux et se retrouvèrent face à une infirmerie en pleine effervescence. Beckett qui se trouvait en grande discussion avec deux autres blouses blanches, les remarqua. Il avait l'air plus furieux qu'inquiet.

" Ah, vous voilà, bien, Sandra ! Vous vous occupez de Teyla, quant à vous Colonel, vous êtes tout à moi. "

Oho, John n'aimait pas trop le ton du médecin. Il vit Teyla disparaître avec le docteur Téli derrière un lit, la jeune médecin lui adressa un petit sourire avant de tirer le rideau autour du lit.

" Allez venez Colonel. Par ici. "

John s'assit un le lit que lui désignait Beckett.

" Heu, Doc', c'est quoi le problème ? "

Le médecin ne lui répondit pas. Il fouillait sur les étagères devant lui. John se sentait un peu mal à l'aise. Il regarda autour de lui. Il y avait cinq autres occupants. Tous des marines. Lorne se trouvait là lui aussi.

" Votre bras Colonel. "

John tendit le bras sans ronchonner. Lorsque Beckett était dans cette humeur, mieux valait obéir.

Le médecin écossais lui fit une prise de sang puis lui injecta un produit de couleur claire.

" Heu Carson, je peux savoir ce qui se passe ? "

Carson leva les yeux vers lui et croisa les bras sur sa poitrine.

" Ce qui se passe, Colonel, c'est que ces idiots n'ont pas jugé bon de se protéger des radiations alors même que je leur avait fourni des combinaisons de protection. Résultat : le major Lorne souffre de brûlure au second degré sur le cou, idem, pour xxx. Je traite tout le monde avec un xxx, par mesure de précaution. "

" Oh, c'est juste ça, des coups de soleil. "

John était rassuré. Il s'était attendu vu la manière dont Beckett réagissait à apprendre qu'ils avaient tous contacté une affreuse maladie extraterrestre incurable !

Et là, Beckett explosa.

" JUSTE DES COUPS DE SOLEIL ! JUSTE DES ... " Carson porta la main à ses yeux et pris une large inspiration qui le calma. Il reprit, s'adressant au Colonel comme s'il s'agissait d'un enfant. " Non, Colonel, ce ne sont pas juste des coups de soleil. Ce sont les conséquences de radiations. Vous comprenez : RA-DIA-TIONS. On ne plaisante pas avec ça ! Bloody hell, mais est-ce que McKay ne vous a pas averti des dangers que représentait le fait de marcher en plein jour dans cette jungle ? "

John se remémorait parfaitement les remarques de McKay à ce propos. Et il se rappelait aussi de cette ridicule lotion qu'il s'était passé sur le visage. Il faisait nuit et il pleuvait, mais il s'était enduit de crème solaire. John avait trouvé ça du dernier ridicule sur le moment, mais maintenant ...

" Et d'ailleurs, où se trouve ce canadien de malheur, hein ? Pourquoi n'est-il pas avec vous ? "

" Heu ... "

Beckett le fit taire d'un geste de la main. Le médecin alluma sa radio.

" Rodney, vous feriez mieux de ramener vos fesses dans les dix minutes, parce que si je suis obligé de venir vous chercher jusque dans votre foutu labo, même une invasion wraith ne vous sauvera pas de ce que je vous ferais subir ! "

Ouch. John fit la grimace. Carson était en temps normal un homme calme et avenant, mais lorsqu'il se mettait en pétard, ça faisait des étincelles et les seringues volaient bas !

" Rodney ! Dernier appel, je vous préviens, si vous m'obligez à me déplacer, je ... "

Carson fronça les sourcils.

" Rodney ? "

" Hey, qu'est-ce qui se passe ? "

Carson se tourna vers John.

" Je ne sais pas, je crois que j'ai entendu quelque chose, peut-être un gémissement. Bon sang ! Allez, on y va. Sandra ! Paul ! J'ai besoin de vous. "

John regarda les deux médecins et l'infirmier préparer un brancard et deux valisettes.

" Je vous accompagne. "

Carson allait s'y opposer puis opina de la tête. Il ne leur fallu pas plus de dix minutes pour atteindre les quartiers de McKay. Arrivé là, Carson commença à tambouriner à la porte.

Pas de réponse.

" Je crois que nous devrions allez chercher Zelenka, il pourra forcer cette porte et ... "

" Pas la peine, je vais ouvrir. "

Carson regarda le Colonel, fronçant un sourcil en signe d'interrogation.

John haussa les épaules.

" Et oui, aucune porte ne me résiste, le charme du gène ancien ! "

Il se concentra sur la porte et celle-ci s'ouvrit. Ils entrèrent tous les deux.

Carson fut le premier à réagir.

" Et merde ! "

A suivre ....
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong