Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/Jugement - Partie 2
Informations :
Auteur : Rieval
: 25/11/2005
Note : 9
Nombre de votes : 1


Histoire :
Rodney courrait.

La planète ressemblait au désert d'Arizona : une large étendue de rocs et de sables, véritable fournaise le jour, glaciale la nuit. Le soleil - ou bien était-ce deux soleils ? - était encore haut dans le ciel, en fait, il devait être midi ici. Il avait encore du temps avant que la température ne baisse. Il faisait chaud. Horriblement chaud.

Il aurait fallu qu'il arrête de courir, parce que courir lorsqu'il fait au moins 40 ° Celsius, qu'on n'a pas bu et mangé depuis plusieurs heures, ce n'est vraiment pas très intelligent. Et Rodney était quelqu'un de très intelligent, non ?

Peut-être était-il en train de changer de devenir quelqu'un d'autre. Quelqu'un de moins intelligent. Il eu un frisson. L'idée était effrayante. Seulement, il y avait une part de vérité la dedans, parce que ce qu'il faisait relevait du pur instinct : lui, Rodney McKay, multidiplômé en astrophysique, physique et mécanique agissait par instinct comme un vulgaire ... comme un vulgaire soldat.

Il était vraiment en train de changer.

Brendan lui avait dit. Rodney n'était pas sûr que ce soit un compliment. Sur le coup, il s'était emporté, ordonnant au jeune homme de se taire. Et maintenant ... maintenant, Brendan était mort. Et lui, lui il courrait sous un soleil de plomb.

Il courrait pour sauver le Major. Parce que c'était ce qu'il fallait faire. Parce qu'il n'avait pas le choix.

Rodney arriva enfin en vue du Jumper. Il vit le Major à terre et le wraith juste au-dessus de lui. Il n'hésita pas et vida son chargeur dans la créature. Avant, il n'aurait jamais été capable de faire ça.

Avant Atlantis, avant les missions, avant ...

La créature poussa un cri rauque et s'avança vers lui, l'air menaçant. Rodney paniqua un moment, incapable de penser.

" Major, mon chargeur est vide ! "

Mon Dieu, le wraith avançait toujours.

" Rechargez votre arme ! " (1)

Oh, oui, bien sûr. Il faillit faire tomber la recharge par terre mais parvint juste à temps à la placer dans le Beretta et se mit à tirer, pratiquement à bout portant, sur le wraith. Sheppard se jeta sur celui-ci et la créature l'envoya littéralement en l'air.

Cette fois, Rodney hurla. Le wraith se tourna vers lui. Et c'est alors que Rodney remarqua quelque chose. Il avait quelque chose de familier. Son visage ... Oh, non ! Ford ! C'était Ford.

L'ex-lieutenant regarda Rodney droit dans les yeux et leva le bras vers lui, comme s'il voulait qu'il l'aide. Rodney était incapable de bouger, paralysé à la fois par la peur et le choc de voir Ford. Ce dernier ouvrit la bouche, découvrant des dents acérées.

" McKay, aidez moi ! "

Rodney secoua la tête. Et Ford explosa. Littéralement. Un drone l'avait atteint de plein fouet. L'impact avait été tel, qu'il ne restait rien. Rien qui puisse rappeler qu'un être vivant s'était tenu là, que leur ami avait disparu.

" McKay ! "

Rodney se tourna vers le Major.

" Oh, Major, vous ... Vous avez vu c'était ... "

Il ne termina pas sa phrase. Sheppard l'avait attrapé par les épaules et le secouait violemment.

" McKay ! Mais qu'est-ce que vous avez fait ! "

" Je ... Je ... Quoi ? "

Sheppard le jeta à terre et pointa un doigt accusateur vers lui.

" Vous, vous l'avez tué. Tué, McKay vous comprenez, comme vous avez tué les autres, Brendan Gall (2), Demais, Jonshon (3)... Et combien d'autres, hein, McKay, combien d'autres vont encore perdre la vie par votre faute ! "

Rodney hurla.

" Non, je ne les ai pas tués ! "

Rodney tenta de se relever mais le Major lui donna un autre coup et il retomba lourdement au sol. Il s'assit dans le sable. De longues traînées de sueur dégoulinaient sur son visage et ses yeux piquaient. La chaleur était de plus en plus suffocante. Mais le pire, c'était d'entendre Sheppard le traiter d'assassin.

" Non, je ne les ait pas tués. "

Cette fois, sa voix était réduite à un murmure.

" Oh mais si, vous êtes responsables de leurs morts. Désolé McKay, mais je ne peux prendre aucun risque. C'est ma responsabilité de protéger tous les membres de cette mission. Je ne peux pas vous laisser rentrer sur Atlantis. "

Rodney leva les yeux vers Sheppard, celui-ci était en train de donner des ordres au Jumper.

Rodney eu juste le temps de voir le drone arriver sur lui avant qu'une chaleur insoutenable ne le submerge totalement. Juste avant de perdre connaissance, il lui sembla entendre une voix en colère. Celle de Carson.

Même Carson le traitait d'assassin.

Puis, il n'entendit plus rien.
oOo


Merde en effet.

McKay se trouvait allongé en chien de fusil sur le petit lit qui emplissait à lui seul une bonne partie des quartiers du scientifique. Ses cheveux étaient trempés de sueur et collaient à son front. On aurait dit qu'il sortait d'une douche. Son tee-shirt bleu était lui aussi trempé.

Carson et Sandra furent à ses côtés en un instant. Carson se mit à donner des ordres. Une perfusion fut immédiatement installée et avec l'aide de l'infirmier, ils placèrent Rodney sur la civière.

Il était complètement immobile, si immobile que pendant un court instant, John cru qu'il était mort. Il tendit instinctivement la main pour vérifier et la retira presque immédiatement : Rodney était brûlant.

" Doc, qu'est-ce que ... "

" D'après vous, Colonel ? "

Sans un regard pour Sheppard, Carson quitta la petite pièce avec Sandra et leur patient. La porte se referma derrière eux avec un petit woushhh.

Sheppard resta un moment là, débout, tentant d'analyser ce qui venait de se passer.

oOo


Carson se laissa tomber sur sa chaise. Soulagé. Ils avaient évité le pire.

Les résultats des analyses de sang de Rodney étaient enfin arrivées : pas d'empoisonnement par radiations. Juste une superbe insolation, doublée d'une réaction hypoglycémique assez sévère.

Le médecin soupira et jeta un coup d'œil à son patient.

Dès qu'ils étaient arrivés à l'infirmerie, ils avaient tenté de faire tomber sa température. Celle-ci avoisinait les 41° Celsius. Rodney avait fait des convulsions dans le transporteur. Ils avaient disposé des packs de glace sous ses aisselles et sur son bas ventre. Remède ancien, mais efficace.

Le visage de McKay était toujours rouge de fièvre, mais celle-ci commençait déjà à baisser.

Carson poussa un autre soupir et se passa la main dans les cheveux. Encore une crise d'avorter.

" Heu, Carson ? Comment va-t-il ? "

Le Colonel Sheppard se trouvait près de la porte de l'infirmerie, à quelques mètres du lit où ils avaient installé Rodney.

Carson le fixa un moment. Il hésita puis fit signe à John de le suivre dans son bureau.

Il était temps d'avoir une petite discussion d'homme à homme avec le Colonel John Sheppard.

oOo


" Asseyez vous Colonel. "

Carson désigna la chaise qui se trouvait devant son bureau. Il prit lui-même place dans son fauteuil : un large fauteuil en cuir qu'il avait ramené de chez sa mère. C'avait été celui de son père. Sa seule richesse. Carson soupira puis sortit de son tiroir plusieurs dossiers médicaux. Il en disposa deux devant lui puis leva la tête vers Sheppard.

Celui-ci s'était assis et le fixait, silencieux. Mal à l'aise. C'était visible dans son expression physique : corps droit et raide, mains sur les genoux.

Bien, ça ne pouvait pas lui faire de mal. Carson en avait plus qu'assez de l'attitude de Sheppard depuis leur retour sur Atlantis. Il fallait que ça change et vite, sinon ... Il poussa un nouveau soupir et ouvrit le premier dossier médical.

" Alors ? "

Carson examina Sheppard en fronçant les sourcils. Il n'aimait pas trop le ton que celui-ci employait ces derniers temps non plus. En fait, il n'aimait pas trop le Colonel Sheppard. Le Major Sheppard, en revanche, lui manquait.

" Alors, Colonel, savez vous de quoi souffrent vos subordonnés ? "

John poussa un soupir agacé et fit un petit geste vague de la main.

" Oui, vous me l'avez dit, des effets des radiations et ... "

" Non Colonel, ce dont ils souffrent est bien plus grave et c'est, je le crains, quelque chose dont je ne peux pas les guérir. "

John fronça les sourcils, il allait ouvrir la bouche pour demander de quoi parlait Carson, mais celui-ci anticipa sa question.

" De bêtise, Colonel, voilà ce dont souffre les trois hommes qui se trouvent dans mon infirmerie. Ou bien pire encore, d'un sérieux complexe d'invulnérabilité ! Que croyaient ils ? Qu'ils allaient pouvoir passer à travers les rayons UV ? Incroyablement stupide. Lorsque vous êtes retournés sur cette planète pour aller chercher Ford, Rodney a demandé des combinaisons de protection. Nous n'en avons que quatre malheureusement, les autres sont utilisées actuellement pour une exploration de la partie sud de la Cité. "

Carson feuilleta le rapport médical qui se trouvait devant lui.

" Mais, si j'en crois, les analyses de sang de ces messieurs, ainsi d'ailleurs que leurs rapports, aucun d'eux n'a cru bon de revêtir une de ces combinaisons. Résultat : des brûlures graves et la garantie d'une petite semaine de repos en compagnie de mes infirmières et de moi-même. "

Le médecin passa le rapport à Sheppard qui le parcouru rapidement. Et eu l'intelligence de rester silencieux. Carson n'était pas sûr qu'il aurait supporté à cet instant une remarque ironique de la part de l'américain.

Et maintenant, le plat de résistance. Carson ouvrit le second dossier.

" Quant à McKay. Il souffre de déshydratation sévère et d'hypoglycémie. A t-il mangé sur, " il vérifia la désignation de la planète où ils avaient poursuivis Ford, " P3M-736 ? "

" Heu, non, oui, en fait je n'en sais rien, les choses ont été un peu confuses pendant un moment, vous le savez bien ! "

" Huuuumm, oui, mais après votre retour vous avez certainement vérifié ça, non ? "

Carson connaissait déjà la réponse mais il voulait l'entendre de la bouche du Colonel. Carson avait prévenu Sheppard du dossier médical de Rodney lorsqu'il l'avait pris dans son équipe : hypoglycémie et une liste d'allergies longues comme le bras. Et Sheppard avait promis de veiller à l'astrophysicien. C'était une des conditions pour que celui-ci puisse faire partie d'une équipe active.

" Ecoutez Carson, nous venions d'échapper aux wraith, ensuite, il a fallu s'occuper de Ronon Dex et puis Caldwell nous a ... "

" Je vois. "

" Quoi ! Vous voyez quoi ? J'ai des responsabilités Carson, je ne peux pas toujours ... "

Carson le coupa sèchement.

" ... Bien donc, je suppose que je peux mettre dans mon rapport que Rodney n'a rien avalé pendant son séjour sur P3M-736, c'est-à-dire pendant une période d'environ 10 heures. "

Il rajouta quelques lignes dans le rapport qui se trouvait devant lui.

Sheppard resta silencieux.

Carson tira plusieurs photos du dossier de McKay et les tendit à Sheppard.

" Maintenant, peut-être pourriez vous m'expliquer ceci ? "

Sheppard jeta un coup d'œil aux photographies et Carson vit son visage se décomposer.

" Et bien ? "

Sheppard leva les yeux sur lui.

" Qu'est-ce que ... ? "

Carson haussa un sourcil et lui prit les photos des mains.

" Je sais que vous n'êtes pas médecin Colonel, mais je pensais qu'un soldat aguerri comme vous saurait reconnaître des ecchymoses et des traces de liens sans ... "

" Bon sang Carson ! Je sais ce que c'est, je voulais juste dire que ... " Il s'interrompit brutalement. " La chute. " Sa voix était réduite à un murmure.

" Pardon Colonel ? La chute, quelle chute ? Le rapport du Major Lorne ne fait état d'aucune ... "

" Non, non. Lorne n'était pas là. Ca s'est passé plus tard. McKay a réussi à se faire prendre par une sorte de piège, installé par Ronon Dex pour capturer un wraith. "

" Un piège ? Quelle sorte de piège ? "

" Heu, du genre primitif mais efficace. Une corde nouée, un poids, vous passez dessus et hop ! vous voilà suspendu en l'air ! "

" Suspendu en l'air ... par la cheville ? "

" Heu, oui. "

" Bien, ceci explique les traces autour de sa cheville gauche. "

Carson récupéra la photo de ladite cheville. On pouvait y voir la trace bleue et violette laissée par la corde, ainsi que de petites plaies tout autour, causées par la violence de la prise lorsque Rodney avait été brusquement tiré vers le haut. Encore heureux, il n'y avait rien d'autre, si ce n'est une très légère foulure. Cela aurait pu être pire.

Sheppard se trémoussait sur sa chaise. Vraiment, il n'y avait pas d'autre mot pour décrire les mouvements du Colonel. A part une brusque attaque d'hémorroïdes. L'homme n'était pas à l'aise. Parfait. C'était le but de cette petite réunion après tout.

Carson écrivit quelques lignes de plus sur le dossier médical de Rodney puis leva les yeux vers le Colonel.

" Et le reste ? "

Il fit un geste de la tête vers les autres photos.

Le reste était constitué de spectaculaires ecchymoses sur la hanche droite et une partie du dos de Rodney, offrant elles aussi un superbe dégradé de rouge, de bleu et de violet.

Sheppard serra la mâchoire.

" Je suppose que ça a du se produire lorsqu'il est tombé. "

" Ah oui, la fameuse chute. Vous pouvez m'éclairer un peu là-dessus ? "

Carson tapotait son stylo - un vieux Mont blanc avec lequel il avait fait toute ses études de médecine - sur le bureau, l'air mi agacé mi furieux.

Sheppard reposa les photos sur le bureau.

" Lorsque je suis revenu dans la clairière, après que Ford ait ... disparu, Ronon Dex aidait Rodney à se relever. C'est lui qui a coupé ses liens et ... "

" Je vois. Je croyais que vous étiez avec Rodney lorsqu'il s'est fait prendre au piège ? "

" Non, je suis arrivé dans la clairière à temps pour voir Ford s'enfuir. Dex et lui se sont battus et je me suis à la poursuite de ce dernier. "

" Laissant Rodney seul avec un homme qui selon vos dire est " capable de vous tuer en un simple clignement d'œil " (4) ? "

Cette fois, Carson était sûr que les molaires du Colonel étaient bonnes pour une petite visite chez le dentiste : il était impossible qu'elles se sortent indemnes de la pression à laquelle elles se trouvaient soumises.

Sheppard ne dit rien.

" Oh, et pour que mon rapport soit précis. Une idée de combien de mètres Rodney a si malencontreusement chuté ? "

Silence.

" Colonel ? "

Deux yeux verts se fixèrent sur lui, des yeux froids, presque dédaigneux, mais il en fallait plus pour impressionner Carson Beckett. Hey, il venait du pays où même le monstre du Loch Ness n'impressionnait pas les enfants !

Sheppard poussa un soupir et se passa la main dans les cheveux.

" Je ne sais pas, je dirais, pas plus d'un mètre, un mètre cinquante. "

Carson hocha la tête et écrivit quelques lignes supplémentaires puis il capuchonna son stylo, le posa près de lui et se pencha, coudes sur la table, vers l'homme qui se trouvait en face de lui.

" Donc, si je récapitule Colonel : un de vos hommes, un civil de surcroît, souffrant d'hypoglycémie chronique, n'a pas mangé ou bu depuis plus de dix heures. Il a été kidnappé et forcé de courir à travers bois dans une combinaison de protection sur une planète dont le taux d'UV est notoirement dangereux et a ensuite été victime d'une chute d'environ un mètre cinquante. "

Sheppard était toujours silencieux.

" Et vous ne vous êtes pas préoccupé de savoir si cet homme, comme n'importe lequel de vos subordonnés, s'était présenté à l'infirmerie ? "

Silence, lourd, terriblement lourd.

oOo


Carson se leva et fit le tour du bureau, se plantant devant le militaire.

" Et bien, je vais vous dire ce que je pense de tout cela. Vous ne méritez pas cet insigne sur votre épaule, Colonel. Vous ne méritez pas de diriger une équipe active si vous êtes incapable de vous assurer de la sécurité de chacun de ses membres. "

Il parlait calmement, sans hausser le ton, sans colère, presque cliniquement, comme s'il s'adressait à un inconnu. Et c'était d'ailleurs ce dont il avait l'impression : il ne reconnaissait pas cet homme. Le Major Sheppard avait toujours été soucieux de ce qui arrivait aux autres et surtout aux membres de son équipe. Quelque chose avait apparemment changé. Quelque chose s'était passée pour que brusquement, Sheppard passe de mère poule à père fouettard.

Et si Carson avait une petite idée de ce que c'était, cela ne changeait rien aux faits. Les faits étaient clairs : Sheppard avait volontairement mis en danger un des membres de son équipe pendant la mission puis après en ne vérifiant pas que celui-ci était passé à l'infirmerie pour son examen post-mission.

Et pire, rien ne dit qu'il se serait soucié de McKay si Elisabeth n'était pas venue voir Carson ce matin.

Il savait en effet ce qui s'était passé hier soir dans le bureau d'Elisabeth. Elle lui avait rapporté ce que le Colonel avait dit à Rodney, ignorant si elle devait sanctionner Sheppard ou l'envoyer chez kate Heightmeyer !

Ce que Carson ne parvenait pas à pardonner, c'était surtout ça. Le fait que Sheppard utilise Rodney comme une sorte de bouc émissaire. C'était la chose la plus lâche qu'il est jamais vu.

Et la plus triste aussi.

Ces deux là avaient été amis, vraiment proches et depuis leur retour, cette belle amitié se réduisait de jour en jour à une peau de chagrin. Si Sheppard continuait comme ça, il n'en resterait bientôt plus rien. Et Carson ne voulait pas être là pour recoller les morceaux.

Tout le monde voyait Rodney comme quelqu'un d'insupportable, qu'il était préférable d'éviter, et inconcevable d'imaginer comme un ami. Bloody idiot ! (5) Rodney faisait partie de ces gens dont l'amitié se " gagne ". Oui, c'était tout à fait ça. Obtenir leur amitié nécessitait des efforts mais une fois que c'était fait, ils vous étaient fidèles " à la vie à la mort ". Cela faisait peut-être cliché, mais Carson avait déjà vu ça avant. Une loyauté à toute épreuve. Ou presque. Ce que Sheppard avait dit, avait du toucher profondément Rodney. Ce qui expliquait sans doute que celui-ci ne se soit pas présenté à l'infirmerie alors qu'en temps normal, la moindre écharde dans le pouce le conduisait invariablement ici.

Sheppard était doublement responsable.

" Je vais devoir discuter avec Elisabeth afin de déterminer si Rodney peut rester dans votre équipe. "

A cette affirmation, Sheppard releva brusquement la tête, mais il ne dit rien.

Carson se dirigea vers la porte et l'ouvrit, indiquant clairement que la conversation était terminée. Sheppard mit un moment à le comprendre, mais il finit par se lever, et passa toujours silencieux devant le médecin.

Carson ajouta, juste au moment où le Colonel passait devant lui.

" Vous ne méritez pas la confiance que Rodney a en vous. Il vous confie sa vie à chaque mission et qu'est-ce que vous faites ? Vous l'ignorez, purement et simplement. "

Carson secoua la tête et retourna dans son bureau.

A suivre ...
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong