Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Informations :
Auteur : willy
: 30/01/2007
Note : 2.5
Nombre de votes : 2


Histoire :
Voici la suite de mon histoire, j'espère qu'elle vous plaira, j'écris en direct je suis impatiente d'écrire la troisième partie qui commencera par un Flash-Back.

ENTRE DEUX MAUX...
OU
SI SG1 NE POUVAIT PAS VIVRE SANS SGA
Seconde partie

Du chocolat, et du café, pauvre Rodney il ne savait pas à quoi il allait s'exposer, pauvre Mc Kay qui espérait changer son image de poule mouillée face au danger, et sur qui allait reposer la survie des Atlantes et des Terriens, pauvre scientifique le plus doué de toutes les galaxies, qui allait mourir (?) pour qui, pour quoi, loin de chez lui ; du hockey, de l'Eté Indien et du sirop d'érable, et surtout son plus grand regret : de na pas avoir vu les chutes du Niagara comme tout bon canadien qui se respecte.
Il était scientifique pas médecin, rat de bibliothèque pas explorateur, douillet pas courageux.
Evidemment il était là le lendemain, il n'avait pas dormi de la nuit, et était excité comme une puce, à l'infirmerie, un silence relatif régnait, car quelques ronflements bousculaient la quiétude de ce lieu.
Le docteur Beckett était endormi sur son clavier, sa tasse à café renversée sur ses dossiers.
Rodney marchait sur la pointe des pieds afin de ne réveiller personne et évidemment trébucha sur un mug en fer, faillit s'étaler, se raccrocha à une desserte qui ne demanda qu'à rouler et à cogner contre le bras de Carson.
- Quoi qu'est-ce qu'il y a ?
- Désolé je ne voulais pas faire de bruit.
- Un éléphant dans un magasin de porcelaine.
- Quelle idée de laisser traîner tout partout.
- Rodney ?
- Oui ? Répondit ce dernier tremblant devant une représaille éventuelle.
- Que faites-vous là ?
- Nous avions rendez-vous.
- Oh pardon j'ai travaillé toute la nuit.
- Sur quoi ?
- Vous avez mangé, bu ?
Rodney se mit au garde à vous, fit le salut militaire ; Sheppard aurait été fier de lui.
- Affirmatif commandant.
- Je n'arrive pas à comprendre votre aversion pour les enfants.
- Pourquoi ?
- Vous avez la mentalité d'un gamin de 6 ans.
- Très drôle. Allez hopopop au travail.
- Enfin crèche supérieure.
- C'est ça oui. Sur quoi avez-vous travaillé ?
- Sur le bouclier occulteur, j'en ai dupliqué un pour vous, je l'ai boosté il aura une autonomie de 2 heures pleines.
- Comment va le Colonel ?
- Il dort, il m'a aidé une partie de la nuit.
- Et une autre partie il m'a remplacé à la salle de contrôle.
- Oui il voulait faire de l'exercice, quand la cité dort il peut crapahuter sans montrer son handicap.
- Je ne le vois pas finir sa vie derrière un bureau.
- Rodney j'ai un mauvais pressentiment.
- Oui moi aussi.
- Informons Elisabeth.
- Ne l'embêtons pas avec nos petits problèmes personnels, nous allons gérer tout ça comme des grands.
- Mettons nous au travail.
Depuis qu'il était sorti du coma et qu'il avait repris " du service " Beckett avait imposé à Sheppard de squatter un lit à l'infirmerie, en premier lieu pour être sur qu'il se reposerait, ensuite pour pouvoir surveiller l'évolution de ses progrès, et surtout mettre au point l'ingénieux mécanisme qui permettait au colonel de marcher " normalement ".
Moins de 20 mn s'étaient écoulées que Carson s'exclama.
- Voilà c'est fait, vous êtes le nouvel homme invisible.
- Invulnérable, invisible, quel est la prochaine étape irrésistible ?
- Désolé pour cela je ne peux rien faire, et de toute façon vous n'avez pas besoin de moi.
- Oui, puis réfléchissant : c'est vrai.
- Vous avez compris le fonctionnement
- Oui ?
- Prêt pour un essai.
- Oui.
- Que compter-vous faire ?
- faire un tour au mess, c'est l'heure du petit déjeuner.


7ème partie

Deux mois plus tard sur Terre.
John Sheppard avait été admis dans la même clinique spécialisée qui avait pris en charge Cameron Mitchell après son crash à la Base 51, Sheppard mettait de l'ambiance dans tout le service avec ses blagues douteuses, ses coups de gueule, il était isolé dans un monde stérile coupé de toutes nouvelles extra-terrestres. Il était impatient de reprendre du service, parfois découragé il devenait insupportable, plus d'une fois sa canne et son plateau avaient traversé la chambre frôlant le personnel.
- Colonel ce n'est pas comme cela que vous reprendrez du service.
Une fois de plus Mitchell avait évité le projectile, il ramassa la canne et le mis à sa place prés du lit.
- Cameron j'en ai marre.
- Je suis resté ici plus de six mois ce ne sera pas votre cas, prenez votre mal en patience. Vous avez l'autorisation de sortir la journée où voulez-vous aller ?
Deux petits coups furent frappés à la porte.
- Entrez.
Une petite tête chauve passa la porte.
- Bonjour John je ne vous dérange pas ?
- Non Sylla entre. Je te présente Cameron, Cameron ; Sylla une amie.
La petite impressionnée s'avança la main tendue.
- Bonjour.
Cameron la pris dans ses bras et l'embrassa sur la joue.
- Ravi de te connaître.
- Toi aussi tu construits des objets volants.
John précisa.
- Les maquettes.
- Oui d'une certaine façon.
Je suis venue apporter le petit déjeuner vous vous joignez à nous ?
- Avec plaisir.
Sylla revint dans la pièce avec un plateau de dînette. Elle servit du " thé ", du " café ", offrit des biscuits maison imaginaires.
Cameron se prit au jeu,
- Sylla je peux avoir un peu de crème S.T.P., tes biscuits sont délicieux il faudra que tu me donnes la recette pour ma Tante Agathe, les siens sont trop cuits.
- Elle a un four à gaz ou électrique ?
- A gaz je crois.
- 15 mn sur 150.
Sylla était aux anges enfin un adulte qui parlait popotte, elle se blottit dans ses bras.
- Cameron vous êtes gentil.
- Si j'avais une infirmière aussi charmante je ne voudrai pas quitter ce lieu.
- Dans ce cas prenez ma place.
L'infirmière : Melle Shilley arriva avec son plateau de soins, tension et pilules, elle avait l'air d'une matrone
- Vous avez bien dormi cette nuit ?
- Oui.
- Je vais vous détacher vous pourrez allez faire votre toilette. Sylla, laisse nous tranquille.
C'est alors que Cameron aperçu les sangles qui maintenaient Sheppard au lit, deux sangles poitrine et bassin
Une fois ce dernier dans le cabinet de toilette il s'approcha de l'infirmière.
- Pourquoi ?
- Pour sa sécurité, la nuit il ne doit jamais rester libre de ses mouvements, il est dangereux il a des visions et fait des cauchemars... Les somnifères n'ont pas d'effet... C'est pour cela qu'il est encore ici sinon il serait chez lui.
- Est-il dangereux pour la petite ?
- Elle lui fait faire tout ce quelle veut, ils s'entendent à merveille. Sylla ne verra pas le prochain Noël et s'il la rends heureuse les quelques mois qu'il reste ici...
- Il aime les enfants.
- Il en a ?
- Je ne crois pas... à part Rodney Mc Kay. Parle-t-il dans ses cauchemars ?
- Oui il nomme des personnes, Bob, Steve, Mickael...
- Comme dirait Mc Kay, nous avons un problème. Il faut que je téléphone d'urgence... Un appel sécurisé.
- Suivez-moi.
Plus tard
- Colonel Landry ici Mitchell.
- Oui qu'y a-t-il ?
- Faites venir le docteur Beckett au Mémorial.
- Un problème ?
- J'en ai peur, Sheppard rêve des wraith.
- J'informe le Docteur Weir immédiatement.
A présent grâce aux EPPZ, dérobés aux wraith, qui alimentaient les deux portes de SGC et SGA les échanges entre bases se faisaient instantanément, la petite délégation d'Atlantis fit bientôt son apparition sur Terre, accueillie par le général Landry.
- Elisabeth, Carson, Rodney, bienvenue sur Terre.
- Vous nous avez refusé nos congés depuis 2 mois, nous étions inquiets, il va bien.
- Vous le verrez plus tard, pour l'instant il est avec Mitchell, ils sont à Disneyland.
Rodney toujours lumineux.
- Les fêtes foraines, alors il va bien.

Landry :
-Ce n'est pas certain. Suivez moi dans mon bureau nous avons à parler de choses sérieuses. Le colonel Sheppard fait des cauchemars.

Elisabeth :
-Est-ce inquiétant ? ces dernières semaines ont été éprouvantes pour lui.

Landry :
-Je sais mais il parle de Bob, Steve, Mickael,

Rodney :
-C'est gênant et inhabituel.

Carson :
-Est-ce le résultat de nos expériences ?

Landry:
-Ce n'est pas certain, c'est pour cela que j'ai souhaité que vous veniez avec tous vos appareils et analyses, vous vous installerez ici dans notre clinique vous serez secondé par le Dr Carolyn Lam ma fille, s'il le faut nous pourrons le faire venir, et sécuriser la zone.

Elizabeth :
-Que craignez-vous plus précisément ?

Landry:
- Que son ADN ne se transforme à nouveau...
Elisabeth :
-Techniquement c'est impossible. N'est-ce-pas Carson ?

Carson :
-En théorie oui. Mais entre temps il y a eu l'épisode Caulis

Sergent-chef Walter Harriman :
-Général Landry Le lieutenant-colonel Mitchell vient d'arriver.

Landry :
-Parfait je l'attends.

Mitchell pénétra dans la pièce 15 minutes après, il semblait satisfait de sa journée. Il salua chaleureusement les nouveaux arrivants.

-Cela fait plaisir de vous voir ici, vous êtes rapides.

Elisabeth :
-L'invitation ressemblait plus à un ordre. Alors votre journée ?

Mitchell:
-Merveilleuse, on s'est amusé comme des fous tous les trois.

Landry :
-Qui était le troisième lascar ?

Mitchell :
-L'infirmière personnelle de Sheppard.

Landry:
-Cette pauvre Mademoiselle Shilley ?

Mitchell :
-Pas cette mégère : non elle s'appelle Sylla, elle est adorable, charmante, souriante, et elle est petits soins pour lui, Mitchell aimait soigner ses effets, il continuait imperturbablement sa description, tous les regards étaient tournés vers lui exprimant la plus totale stupéfaction, il est sous son charme, il irait décrocher la lune pour elle, en plus c'est une cuisinière hors pair elle nous a apporté des biscuits délicieux ce matin.

Elizabeth était sous le choc, il m'a déjà oublié, comment a-t-il osé ?

Rodney :
-Ne me dites pas que vous êtes tombé amoureux de la même femme ?

Mitchell s'amusait il voulait continuer à les torturer jusqu'au lendemain matin.

Mitchell:
-Il trop tard ce soir pour les visites nous irons à la clinique demain à la première heure.

Le reste de la réunion se déroula normalement : rapports, etc...

Les quatre Atlantes mangèrent au mess avec le Docteur Carolyn Lam, Sam Carter, Daniel Jackson. Il va sans dire que nombre des conversations tournaient autour de Sheppard, de sa probable transformation en wraith, ainsi que des mesures qu'il faudrait envisager, car ceux-ci pouvait connaître la position exacte de la Terre au dernier émetteur : John Sheppard.

Le lendemain ils partirent à bord d'une voiture de la base pour la clinique, Sheppard était en salle de sport, une infirmière les conduisit à un petit salon proche de sa chambre. Mitchell se proposa de leur payer un café, tous acceptèrent.

Mitchell :
-Carson voulez-vous m'accompagner.

Carson :
-Si vous voulez.

Mitchell:
-Nous serons de retour dans cinq minutes.

Les deux hommes disparurent, mais Mitchell avait une idée derrière la tête.

Mitchell :
-Docteur Beckett

Aie c'était mauvais signe lorsqu'il l'appelait par son titre.

Carson :
-Oui

Mitchell :
-Les anciens avaient fait des découvertes médicales.

Carson :
-Peu en fin de compte mais ils étudiaient les maladies,

Mitchell :
-Toutes les maladies ?

Carson :
- Sans doute. Il faudrait que je consulte la base de données. Un problème ?

Mitchell :
-J'aurai peut être besoin de vos services.

En se rapprochant du petit salon ils croisèrent Sylla, cette dernière sauta au coup de Mitchell et lui fit un gros câlin.

Mitchell :
-Carson je vous présente Sylla.

Carson :
-Enchantée mademoiselle, puis avec un temps de retard caractéristique du médecin. La Sylla ?

Mitchell :
-La Sylla.

Sylla :
-J'ai fait des gâteaux ce matin je vais en chercher.

Mitchell :
-Splendide.

Plus tard

A)
Les quatre amis buvaient leur café dans des gobelets en plastique blanc, Sylla arriva avec un énorme plateau qu'elle posa sur la table,

Sylla :
- Je pense qu'il y en aura assez,

Mitchell :
- sans doute à part Mc Kay, nous sommes bien élevé.

L'interpellé se jeta littéralement sur le plateau, sembla choisir, puis jeta son dévolu sur un gâteau au glaçage en chocolat.

Rodney :
-Celui-là me semble parfait. Il le mâchonna avec délectation, Hum délicieux, puis subitement s'exclama affolé, du citron il y a des agrumes.

Sylla :
-Comment avez-vous devinez ?

Rodney :
-J'y suis allergique, je vais mourir. Puis il se leva la main sur le cœur, - je suis mort. Il s'écroula à terre : mort.

Sylla lui sauta dessus et le chatouilla, " réveillant " le mort qui éclata de rire, et l'embrassa.

Rodney :
-un miracle je suis revenu à la vie.

Elisabeth :
-Rodney cessez de faire le pitre.

Sylla :
-Vous êtes le docteur Mc Kay ?

Notre scientifique fût étonné :

Rodney :
-Oui ! Comment le sais-tu ?

Sylla :
- John m'a si souvent parlé de vous, vous êtes son héro.

Rodney :
-Enfin il m'aime bien. Puis le flash, le bip-bip salvateur. Sylla tu es Sylla.

Sylla :
-Oui

Quelques instants ils oublièrent l'objet de leur visite et rirent de bon coeur.

John Sheppard :
-Vous avez enfin trouvé l'adresse de la clinique ?

Il était là devant elle, il était vêtu d'un pantalon marron foncé, et d'une chemisette écrue, à demi boutonnée, deux mois qu'elle attendait ce jour, et elle resta sans voix, paralysée, tellement stupide, un vent glacial souffla sur les atlantes.

Carson :
-Vous allez l'air en forme

Rodney :
-Tout va bien ?

John Sheppard :
-Oui merci. Mais ses yeux pleins de reproches se posèrent sur Elisabeth la pulvérisant sur place. Elle avait souvent imaginé leurs retrouvailles, elle était à l'origine de toutes ses souffrances, ses doutes, elle pensait qu'il lui avait pardonné, elle refoula ses larmes.

Elisabeth :
-Prêt à reprendre du service ? Le médecin affirme que c'est une question de 2 semaines 3 au plus.

John Sheppard :
-J'ai bien réfléchi ces dernières semaines, je ne retournerai pas sur Atlantis. Cameron s'est bien intégré, et il est plus efficace que moi.

Il ne l'avait pas quitté des yeux, et avait parlé d'une seule tirade, s'il s'était arrêté le courage lui aurait manqué pour finir sa phrase.

Elisabeth :
-Qu'en pense le général Landry ?

John Sheppard :
-Il sera d'accord.

Rodney et Carson avaient les yeux baissés, eux aussi étaient coupables.

Elisabeth :
-Quelle meilleure place que celle de dirigeant militaire d'Atlantis ?

John Sheppard :
-Je prendrai la place de Cameron : dirigeant de SG-1.

Elisabeth :
-John : nous...j'ai besoin de vous.

John Sheppard :
-Vous vous êtes toujours servis de moi, dès le premier jour, j'ai joué les baby-sitter pour Rodney, je faisais le tampon entre vous et Caldwell, je n'exigeais pas grand-chose en retour, jamais je n'ai utilisé notre amitié pour faire pression, et le seul jour où j'ai eu besoin de vous m'avez trahis, Rodney et Carson obéissaient à vos ordres, mais vous il la pointa du doigt, comment avez-vous pu ME faire une chose pareille : me livrer aux wraith, en échange de votre précieuse Cité.

Elizabeth :
- Nous sommes revenus vous chercher.

John Sheppard :
- Pas vous : Mitchell, et il n'était pas sous vos ordres. Il ne put en dire plus, fit demi-tour trop brusquement sa jambe lâcha, il s'étala, il se releva péniblement, tant bien que mal il rejoignit sa chambre, Sylla sur ses talons.

Mitchell :
-C'est comme cela depuis le début.

Elisabeth :
- Ce n'est plus le John Sheppard que j'ai connu.

Rodney :
-Moi aussi j'ai joué les baby-sitters pour lui.

Carson :
-Je vous laisse je vais au laboratoire.

John s'allongea sur le lit, pris la télécommande de la TV : c'était l'heure de son émission préféré. Sylla se coucha et se blottit contre lui, il la repoussa brutalement,

- Sylla sort avant que je ne te fasse du mal, sur son avant bras droit, une tache bleutée faisait déjà son apparition.


Suite à Venir.


A) S.F. = imagination, donc vous en avez certainement, faites la travailler.
je souhaite que vous prendrez autant de plaisir à lire mon histoire que moi à l'écrire, j'espère avoir conservé le caractère de chacun des personnages, Atlantis est une série très forte, les personnages dont je m'inspire on un air d'indépendance, ils commandent mon histoire, pardon pour eux.



Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong