Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Informations :
Auteur : valasan
: 16/02/2007
Note : 0
Nombre de votes : 1


Histoire :
Stargate atlantis

DES VIES BOULEVERSEES


Il était prés de 12h00, le Dc Weir était dans son bureau sous une montagne de rapport. Le silence fut rompu par le gargouillement de son estomac, qui réclama un repas, elle bu une gorgée d'eau pour le faire taire.

J : Vous n'allez pas me dire que votre repas, va se résumer d'un verre d'eau ?
E : Bien sur que non Colonel, mais je voudrais finir se rapport avant.
J : La rumeur raconte que vous voulez venir demain sur PX578956 avec nous, puis je savoir pourquoi ?
E : Je dois essayer de faire signer un traiter de commerce et d'alliance avec le chef du village, à moins que vous ayez l'envie de le faire !
J : Non ! Je vous laisse le plaisir de le convaincre, il est plut coriace.
E : Vous devez bien vous entendre.

Elle adorait le taquinait, par moment il gagnait, mais elle réussissait toujours à avoir le dernier mot, en général. Elle se leva et se dirigea vers le mess, le colonel l'accompagna.

J : Je vous accompagne, je meure de faim !

Arrivée au mess, Rodnay, Teyla et Ronon étaient entrain de déjeuner et avaient une conversation des plus intéressante. Ronon écoutait à moitié, plus intéressé à mâter Teyla qu'à écouter se que Rodnay disait.

R : Ce jour est super, on fait la fête on boit beaucoup, on s'offre des cadeaux c'est surtout une fête pour les enfants mais celle qui vient après est plus pour les adultes, mais à minuit on s'embrasse pour se souhaiter la bonne année.
J : Alors Mckay, on veut passer le nouvel an ? Ironisa Sheppard.
R : Et pourquoi pas le faire cette année, si mon calendrier est exact c'est dans deux mois, Dc Weir vous êtes d'accord pour qu'on fasse une fête à noël et au jour de l'an.
E : Je trouve cette idée excellente, toute la citée en a bien besoin, cela va détendre tous le monde que je sens un peu un cran ces derniers temps. Teyla et Ronon j'espère vous voir avec nous, vous allez découvrir une de nos traditions.
T : Avec plaisir Dc Weir !
E : Je n'ai plus qu'à écrire notre liste de course pour les deux fêtes à venir.

Après cette idée de géni, selon Mckay, chacun parti à ses occupations, le Colonel s'entraîna avec Teyla et Ronon, Mc Kay bidouilla comme toujours sur une machine et le Dc Weir continua ses rapports ainsi que la liste pour les fêtes :
Sapins fausse neige champagne dindes
Boules décorations escargots pomme de terres
Guirlandes fois gras saumon bûche glacé
Tenue civil cadeaux pour enfants et adultes (bricole)

Elle rigola, en écrivant la dernière phrase, car elle pensa que ça ferait plaisir à tout le monde, surtout aux petits athosiens, car se seraient leur premier noël. Trois heures plus tard, elle donna les rapports et une enveloppe destinée au général ONeill.

C : Une lettre privée, adressé au général, demanderiez vous une autre faveur ?
E : Cela ne vous regarde pas Colonel Caldwen !
C : Trés bien ! Dédale ? ... Vous pouvez me télé porter à bord, et préparer le départ pour la terre.
D : A vos ordres !
C : Dc Weir

Pour se calmer les nerfs, elle passa sur son balcon et respira l'air frais, de l'océan. Cette vue était tel ment belle, mais surtout elle apaisait l'esprit, ainsi que les nerfs, ce qui fait qu'elle y était assez souvent soit à cause des scientifiques qui ne sont jamais content, soit ses altercations avec le Colonel Sheppard et Caldwen. Mais aussi, elle adorait cet endroit, pour la tranquillité qu'il procurait. Elle ferma les yeux et laissa son imagination vagabonder aux grés du vent, se laissant bercer par le doux son du vent, il ne manque vraiment plus que les bruits des mouettes ou des animaux marins existant sur terre. Qu'est ce qu'elle ne fera pas pour entendre les superbes chants d'orques ou de baleines, ou même plonger, ça lui manquait terriblement. C'est ainsi qu'elle se rappela de ses vacances aux caraïbes, où elle avait plongé dans l'océan à la découverte des fonds marins et avait de magnifique souvenir. Dommage que les eaux d'atlantis soient dangereuses car elle n'aurait pas hésité à demander du matériel de plonger.
Le colonel déambulait dans les couloirs et aperçu Elisabeth sur le balcon, il s'approcha doucement et la regarda, il pouvait passer toute une journée à la regarder sans fin, il le faisait déjà lors des débriefing, mais là sur ce balcon avec la lumière d'un soleil couchant elle était magnifique.

J : Alors on rêvasse ?!
E : Oui, un rêve inaccessible malheureusement, les plongées sous-marines me manque.
J : Vous plongez ?
E : Oui c'est un passe temps comme un autre !
J : Demandez du matériel au père noël ?
E : Pourquoi pas ! Et vous John que désiriez vous ?
J : Une planche de surf !
E : Evidemment ! Il se fait tard, et comme je viens de finir mes rapports, pour une fois de trés bonne heure, donc je vais en profiter pour me prendre une bonne nuit de sommeil.

J : Vous avez raison, vaut mieux en profiter, surtout lorsqu'on a une mission le lendemain. Bonne nuit Elisabeth.
E : Bonne nuit John !


Le lendemain matin, au débriefing tous le monde fut d'accord à part Rodnay, qui râlait parce qu'il n'y avait rien d'intéressant pour lui. Elisabeth accepta qu'il reste sur atlantis, mais en contre partie, il devra gérer tous les conflits des scientifiques pendant son absence. Rodnay en resta bouche bé mais accepta car cette planète n'était vraiment pas intéressante pour lui. Une heure plus tard l'équipe était prête pour passer la porte avec le Dc Weir,

J : Alors prête pour l'aventure ! Il faut dire que signer un traiter est un véritable défis avec se genre de personne !
E : Je suis tout a fait prête à relever le défis, c'est ce qui m'amuse !


Il passèrent la porte et se retrouvèrent dans une immense forêt, on pouvait voir les rayon du soleil éclairait quelques parcelles donnant une ambiance apaisante, moins apaisante que celle de l'océan pensa Elisabeth. Ils marchèrent pendant une heure et firent une pause, ne trouvant toujours pas le village, Elisabeth et Teyla s'assirent sur un rocher et parlèrent un peu de tout. A force de se côtoyer tous les jours, elles s'étaient rapprochées et étaient devenues amies, de trés bonnes amies. Ronon et John quand à eux s'installèrent un peu plus loin et faisaient semblant de regarder les alentours, mais ils s'attardèrent sur leurs amies. Puisqu'il s'agissait d'une mission de routine, ils n'étaient partis que tous les quatre.
Un bruit de feuille, les fit se retourner, trois hommes ressemblant à des gardes les encerclèrent. Les deux hommes ainsi que Teyla, les mains sur leur P90, aurait plus de chance de s'en sortir que les trois malheureux gardes.

E : Messieurs, veuillez baissez vos armes, on est ici pour signer un traiter, et non pour déclarer une guerre !
G : Ayoub vous attend, avancez !
J : Ola on se calme ! On vient en ami, vous vous souvenez ?!
G : AVANCEZ !!
E : Colonel, nous allons les suivre sans broncher, et nous verrons...
J : Trés bien !!!

Après une demi heure de marche, ils arrivèrent enfin devant l'entrée du village, la porte était d'une grandeur surnaturelle, les couleurs étaient resplendissantes, reflétant la lumière du soleil. Toute la ville était entourée d'un immense et impressionnant mur de béton. Lorsqu'ils passèrent la porte et entrèrent dans celle ville, il furent tous attrapé par des gardes et amené devant le chef Ayoub.

A : Tiens mais voilà nos militaires, c'est ça ! Il s'approcha d'Elisabeth, je ne vous connais pas jeune dame ?
E : Elisabeth Weir, chef d'atlantis !
A : Bien, Ayoub chef d'wakanda, ravi de vous rencontrer ?
J : Ayoub ? demanda John, peut on savoir pourquoi on est fait prisonnier ?
A : Parce que je l'ai décidé, et puis votre chef est là alors nous allons pouvoir faire le transfère !
Ro : Pardon !
A : GARDE EMENER LES DANS UNE CELLULE !!
G : A vos ordres !

John et Ronon voulurent se défendre, mais furent assommer et emmener dans les cellules, Teyla et Elisabeth furent mit dans la cellule d'à côté séparer des deux hommes. Ayoub regarda les deux femmes avec une lueur dans les yeux, qui ne présageait rien de bon, un médecin arriva dans la cellule. Deux gardes attrapèrent leurs bras pour qu'elles ne puissent pas bouger, le médecin s'approcha avec un plateau où se trouvent quatre seringues, il prit un échantillon de sang des deux femmes, puis des deux hommes, qui étaient encore inconscient.
Le soleil se coucha, car la lumière baissa rapidement dans les cellules, John et Ronon émergèrent avec un bon mal de crâne.

J : Mon dieu, personne n'aurait un tube d'aspirine, j'ai l'impression d'avoir trop bu !
Ro : Avec quoi nous ont ils frapper ? Demanda Ronon.
J : J'en sais rien mais ça en tout cas c'est costaux ! Elisabeth, Teyla vous allez bien ?
E&T : Oui ! Firent elles toutes les deux.

Une jeune femme arriva devant eux avec un plateau de fruits.

A : Bonjours je suis Aubane, je vous apporte à manger !
J : Pouvez vous nous aidez à sortir d'ici !
A : Je ne peux pas, je serai fusillée sur le champ !
E : On vous emmènera avec nous s'il le faut !


Aubane déposa les plateaux par l'ouverture faite pour et avant de partir elle se retourna.

A : Je vais essayer de le faire avant le transfert, je ne vous promet rien ! Et elle partit.

La nuit tomba rapidement, ainsi que la température, et comme les cellules se trouvent assez basses, ce sont elles où il fait le plus froid pendant la nuit. Ce fut qu'au petit matin que les gardes arrivèrent et emmenèrent les filles dans le laboratoire du médecin. Elles se débattirent mais on leurs injecta un sédatif trés puissant et elles tombèrent inconscientes au sol. Les gardes les déposèrent sur des sortes de lit et sortirent de la salle.

Dc : Aubane, veuillez préparer les échantillons de sang des deux jeunes femmes ainsi que celui du chef Ayoub, pour le transfert. !
A : Bien Monsieur !

Elle se rendit dans la pièce la plus stérile de la planète, elle regarda à sa gauche, à sa droite, puis derrière elle si il n 'y avait personne à l'horizon. Elle monta sur une échelle, prit des tubes à essai, et déposa le contenu dans un récipient, chacun avec un nom. Lorsqu'elle réapparut dans le laboratoire, le médecin réceptionna les récipients. Il prit celui de Teyla et celui du chef Ayoub et les déposa dans une machine, mit en route celle ci. On voyait les deux sangs se mélanger, une lumière enveloppa le liquide et quelques minutes après un foetus de deux semaines environ vu le jour et fut implanté dans l'utérus de Teyla. Elisabeth eut le même scénario, puis une fois le transfert effectué, les jeunes femmes furent remisent dans leur cellule, complètement inconsciente. John et Ronon s'étaient rapprochés des barreaux.

J : Qu'est ce que vous leurs avez fait !
Ro : Répondez nous !

Lorsque la nuit fut tombée, Aubane arriva en courrant dans les cellules, avec les clefs. Elle regarda les gardes qui étaient devant et leur proposa un verre d'eau. Les gardes se firent pas attention et burent l'eau contenant un somnifères puissant. Ils tombèrent d'un coup au sol..

A : Désolé si je n ai rien pu faire avant que le transfert n'est lieux !
J : Ce n'est pas grave, vous nous expliquerez ça sur atlantis !
A : Mais ...
J : N'y a pas de mais ! On se barre!

Ils prirent les deux femmes dans leur bras et aidé d'Aubane, ils arrivèrent à s'échapper et à rejoindre la porte, sans encombres. Arriver sur atlantis, ils demandèrent une équipe médicale et les suivirent à l'infirmerie. Le docteur Becket les ausculta, pour voir si tout aller bien, car elles étaient toujours inconscientes, à leur arriver. Après deux bonnes heures, Teyla fut la première à se réveiller, Carson s'approcha.

C : Comment allez vous Teyla ?
T : Bien, un peu fatigué mais ça va !
C : C'est normal, le sédatif qu'ils ont utilisé est trés puissant, donc l'effet de fatigue au réveil !
T : Le Dc Weir ...
C : Toujours inconsciente, mais elle va bien aussi, elle a du avoir une plus forte dose que vous ?!
T : Elle se débattait, elle a un gros potentiel pour le combat !
C : Il me reste vos analyses de sang et vous pourrez sortir !

Carson s'approcha d'Elisabeth, elle avait du avoir une sacré dose pour qu'elle soit encore inconsciente, mais elle se réveilla quelques minutes plus tard dans le même état que Teyla. Le reste de l'équipe arriva pour prendre des nouvelles des deux jeunes femmes, celles ci étaient assises sur leur lit le teint livide avec des yeux écarquillés. Carson demanda à une infirmière d'aller vérifier les analyses de sangs pour être sur du résultat.

R : Qu'est ce qu'il se passe avec les analyses de sang ?
C : Juste une vérification, mais je crains qu'elles ne soient exactes, malheureusement !
J : Demandons à Aubane, elle est venue avec nous lorsqu'on s'est évadés !
E : Ramenez la, colonel, il faut avoir des explications !

Lorsque John réapparu avec Aubane, l'infirmière revenait avec les résultats des analyses, elle les tendit à Carson et celui ci la remercia.

C : Les résultats sont les mêmes, donc je vous confirme ce que je vous ai dit tout à l'heure !
E&T : QUOI !! Firent elles toutes les deux.
J : Alors qu'est ce que ça donne ?
C : Aubane veuillez le leur dire je crains que vous soyez la seule a pouvoir nous dire comment ça c'est produit.

Tout le monde la regarda, avec curiosité, ce qui la mit mal à l'aise.

A : Le docteur Weir et Teyla sont enceinte d'un foetus de deux semaines conçut par une machine, grâce aux échantillons de sang que l'on a prélevé.
R : Vous voulez dire que cette machine a fait un clone...
A : Non, chaque échantillon est mélangé à un autre provenant d'un mâle, formant ainsi un être à part entière. Je suis désolé, c'est ma faute, si j'avais eu plus de courage, je vous aurais libéré bien avant. Je n'ai pu seulement vous évitez d'avoir l'enfant du chef.
R : Mais elles sont enceinte, les analyses le prouvent !
A : J'ai voulu dire que l'enfant qu'elles portent n'est pas celui du chef comme il était prévu.
C : Alors vous avez prit n'importe quels échantillons !
A : Non pas n'importe lesquels, celui du Colonel Sheppard et de Ronon, par contre je ne sais pas lesquels ont été mélangés !
C : Ce sera facile de savoir, John, Ronon il va falloir que je vous prenne un peu de sang.

A : Avec cet appareil nous le saurons tout de suite, je n'ai qu'à approcher l'appareil du foetus et l'approcher ensuite du père, si la lumière s'allume c'est que c'est bon nous avons trouvé le bon.
E : Allez y alors !

Aubane, s'approcha d'Elisabeth puisqu'elle était la plus proche, posa l'appareil sur le ventre de la leader. La petite machine se mit en route en émettant des petits sons, puis elle s'approcha du Colonel, l'appareil émit des lumières et des sons stridents.

A : Colonel vous êtes le père de l'enfant, donc Ronon est celui de Teyla !
J : D'accord...euh ...je ...
C : Maintenant, veuillez me laisser avec les futures mamans et Aubane, elles ont besoin de repos.

Tous sortirent de l'infirmerie. John n'arrivait pas à le croire, il avait bien imaginer plusieurs fois ce genre de scénario, comment il aurait embrasser la seule femme qu'il n'avait jamais aimé et là il vient d'apprendre qu'il allait avoir un enfant avec elle, sans l'avoir embrassé, touché son corps parfait, sans avoir avoué ses sentiments. Il partit vers le hagard à jumper, ça lui faisait toujours du bien de voler avec ces engins.
Du côté de Ronon, il était complètement perdu, c'est vrai qu'il ressentait plus que de l'amitié pour cette femme, mais de là à avoir un enfant, il devait faire quelques choses qui pourrait aider Teyla, car elle aussi devait être perdu et encore plus car c'est elle qui porter l'enfant. Lorsqu'il vit le Colonel dans un jumper, il monta à bord.

Ro : Vous allez sur le continent ?
J : Oui !
Ro : J'aimerai faire quelque chose pour Teyla car cela doit être dur, pour elles, de savoir qu'elles portent un enfant alors qu'elles ne l'ont pas désiré.
J : Oui c'est ce que j'étais entrain de penser ! Et que voulez vous faire, si ce n'est pas indiscret ?
Ro : Je vais seulement lui confectionner un berceau, avec du bois trés souple.
J : C'est trés gentil de votre part ! Moi je voulais juste prendre une couverture de bébé et pour elle en même temps ! Ca ne vous fait pas bizarre de savoir que vous allez êtres père ?
Ro : Si mais encore plus de leur côté non !
J : Mouais !

Du côté de l'infirmerie, régner un silence entre les deux femmes, Elisabeth s'était enfoncée dans son lit, les mains posaient sur son ventre. Teyla fut a première à parler :

T : Dc Weir ?
E : Appelez moi Elisabeth, nous sommes amies maintenant !

T : Est ce que vous allez le garder, le Dc Beckett m'a expliqué qu'on pouvait l'enlever, si ... enfin je veux dire...
E : Je le garde !
T : Ah oui ?!
E : J'ai toujours rêver d'en avoir, mais je suis toujours en déplacement, alors j'ai abandonné, et puis le Colonel Sheppard n'a plus de famille sur terre d'après se qu'on m'a dit, alors je me suis dit qu'il aurait quelqu'un.
T : J'ai pensé la même chose pour Ronon, et je vais avouer que savoir qu'il est le père, me fait plaisir.
E : Je ne sais pas si c'est le cas pour vous, mais je commence à avoir vraiment faim ?
T : Si on allait au mess, le Dc Beckett ne nous en voudra pas !
J : Vous avez raison, allons y !

Elles s'habillèrent, et se dirigèrent vers le mess. A cette heure ci il n'y avait personne, donc elles furent tranquilles pour déguster un bon repas. Carson entra dans l'infirmerie, et laissa tomber ses rapports, lorsqu'il aperçut les lits vides. Il prit immédiatement son oreillette, et appela la salle de contrôle, personne ne les vit. C'est alors qu'il eut une idée où elles pourraient être, pour des femmes enceintes les envies de nourritures était plutôt fréquentes. Il se dirigea vers le mess et fut soulagé de les voir à une table.

C : Vous auriez pu me prévenir avant de partir !
E : Désoler Carson, mais on ne pouvait plus tenir ! Au fait on a décidé Teyla et moi, de les garder !
C : Oh trés bien ! Je suis heureux de l'entendre qu'en pensent les futurs papas. !
T : Euh ... on ne les a pas encore vu !

C : Je sais que ça doit être dur pour vous, mais ils sont partit sur le continent d'après le technicien !
T : Ah oui ?

Plusieurs heures plus tard, les deux hommes étaient revenus du continent, John cherchait Elisabeth et ne tarda pas à la trouver sur le balcon, une main sur son ventre, le regard perdu dans le lointain océan d'atlantis.
Il s'approcha d'elle et lui déposa cette fameuse couverture sur ses épaules, elle sursauta.

E : Colonel vous m'avez fait peur !
J : désoler, voici une couverture que les Athosiens confectionnent pour les bébés et les mères, je me suis, dit que ça vous serez trés utiles !
E : Merci John, je sais que ça va vous paraître bizarre mais j'ai décidé de le garder et j'aimerai .... Enfin si vous êtes d'accord.... euh
J : Que je fasse mon rôle de père ! Mais avec un énorme plaisir, avec Ronon on est allé chercher des présents pour vous ...
E : Merci colonel !

Elle se jeta dans ses bras, qu'il referma autour d'elle et restèrent ainsi appréciant chacun le contact de leur deux corps collés l'un a l'autre. Rodnay qui avait vu la scène, fit demi tour pour ne pas les déranger. Du côté de Ronon, ils étaient allés plus loin, lorsque Teyla avait vu le berceau elle s'était littéralement jetée dans ses bras et l'avait embrassé. Ronon fut surpris, mais cela ne lui déplaisait pas.

***

Cela faisait maintenant deux mois que la cité avait appris la nouvelle pour Teyla et Elisabeth, et l'avait plutôt bien pris, bon à part Kavanagh et Caldwen qui avaient piqués une crise, même un rapport qui était parvenu chez le Colonel Oneill, mais celui ci les félicita et leur apprirent par la même occasion que Carter était enceinte de quatre mois. Et qu'ils seraient présent avec SG1 pour leur fête de noël et celle du jour de l'an. C'est ainsi qu'à une semaine de noël, la cité avait était décorée de partout, car la liste qu'Elisabeth avait envoyé fut multipliée par dix, ils avaient eu assez de guirlandes pour en mettre dans les couloirs ainsi que ceux qui en voulait dans leur quartiers.
Elisabeth et John étaient ensemble depuis trois semaines, Ronon et Teyla depuis deux mois, leur ventre s'étaient arrondit, cela resté encore discret mais elles entamèrent leur troisième mois de grossesse dont ça s'arrondissait plutôt bien. Surtout celui d'Elisabeth, ce qui inquiété un peu Carson, c'est pour cela qu'il avait prit rendez vous avec les deux couples pour leur première écographie.

C : Alors par qui on commence ?
T : Puis je commencer Elisabeth ? Demanda Teyla
E : Avec plaisir ! Vous ne connaissait pas du tout ce genre de procéder, je comprends.
T : Merci !

Teyla s'installa et releva son haut pour laisser paraître son ventre, Carson mit la crème froide ce qui procura un frisson à Teyla. Il approcha la machine et commença l'écographie.

C : Alors voyons cela, à le voilà, ici nous avons la tête, ici c'est le coeur que vous voyez battre!
T : Cette machine est incroyable, peut on savoir si c'est une fille ou un garçon ?
C : Oui on peut mais il est encore trop tôt dans trois mois vous reviendrez et on saura avec plus de certitudes. En tout cas il se porte à merveille. Elisabeth à vous.
E : Oui j'arrive Carson !
C : Alors voyons ! Tiens c'est bizarre ça !
J : Qu'est ce qu'il y a ?
C : Rien de grave, vous voyiez là à cet endroit, il y a deux coeurs qui battent !
E : Vous voulez dire que j'ai des jumeaux ?!
C : Oui c'est pour cela que je trouvais votre ventre plus arrondit que celui de Teyla.
R : Des jumeaux !!! Oh non, déjà qu'un Sheppard en plus ça va me rendre dingue mais deux mini Sheppard, je ne tiendrais pas le coup! Râla pour la dixième fois Rodnay.
J : Ne vous inquiété pas Rodnay, il y aura toujours la psychologue pour vous détendre ! Répondit John.


Il restait beaucoup de choses à faire, à décorer le sapin, et bien évidemment les missions. Certaines furent dangereuses, mais la plupart furent tranquilles, trop calme selon John qui fut réprimandé par Elisabeth. Teyla était tombée malade à cause de ses nausées, et avait du rester dans ses quartier pendant deux jours. Elisabeth se portait à merveille, elle dévorait des montagnes de gelée rouge et resta raisonnable sur les heures passées à rédiger les rapports. Carson lui avait bien dit de faire attention, car une grossesse de jumeaux pouvait être difficile, et elle en avait tenu compte, pour le plus grand plaisir de John.
La porte des étoiles se mit en mouvement, Elisabeth apparut dans la salle de contrôle, bientôt rejoint par John et le reste de son équipe.

E : A-t-on une identification ?
S : Oui à l'instant c'est le SGC madame !
E : Baissez le bouclier !


Ils descendirent pour se présenter aux visiteurs.

X : Bonjour à tous, alors comment se porte notre citée ?
E : Très bien Général Oneill !
Ja : Je vous présente Teal'c, le colonel Mitchell, Daniel, Sam et Vala, enfin pour ceux qui ne se connaisse pas encore !
E : Voici Teyla Emmagan chef des Athosiens, Ronon, Rodnay, Carson et John Sheppard !
V : Enchanté, votre citée vaut des millions de vaisseaux !
D : Vala !!!
V : Quoi c'est juste une remarque !
Ja : Ne commencez pas tous les deux ! On est ici en tant qu'invité.
E : Ne vous inquiétez pas, on a les même ici ! Rigola Elisabeth
J : On n'est pas si agaçant que ça !
E : Tu t'es reconnu !
R Moi je ne trouve pas ! Je vous laisse j'ai des expériences en cours.
Ja : On l'a vexé, je crois !
J : Ne vous inquiétez pas, ça lui passera ! Je vous amène à vos quartiers ?
S : Volontiers, je meurs de fatigue !


Chacun rentrèrent dans leur quartier, Sam étant très fatiguée, s'endormit très vite. Teal'c et Mitchell avaient été mis ensemble, et avait accepté l'invitation à un combat de Ronon. Daniel et Vala avaient avoué être ensemble et par la même occasion qu'elle était enceinte de deux mois, vu la tête que Daniel avait tirée, elle venait de le lui dire. Ils se retrouvèrent tous pour manger le soir au mess, parlèrent de tout et de rien, même Rodnay fut le plus aimable.
Cela faisait maintenant trois jours que SG1 étaient sur atlantis, ils avaient été invité par les Athosiens à une petite fête avant celle de noël, Jack les trouvait sympathique, alors que Daniel les trouvait fascinant. Elisabeth était dans la salle de bain devant le miroir, regardant son ventre bien rond du aux jumeaux. Des bras puissants l'entourèrent et un baiser fut déposé dans son cou.

J : Alors on rêvasse ?
E : Je me demandais seulement si c'était des filles ou des garçons ou peut être les deux. Tu aimerais avoir quoi toi ?
J : Des bouts de choux en bonne santé !
E : Sérieusement John !
J : Les deux, une fille et un garçon ! Une fille pour qu'elle soit aussi jolie que toi et qu'elle est ton caractère, un garçon qui me ressemble pour embêter Rodnay !
E : T'es vraiment un gamin ! Je veux bien que la fille ait mon caractère mais elle devra avoir tes yeux.
J : Et pour les prénoms ?
E : Ca ne te dérange pas si on attend de savoir si se sont des filles ou des garçons !
J : Pas du tout ça me laisse plus de temps pour en chercher !

Elle se retourna pour lui faire face, fixant ses yeux.

E : Tu en avais déjà trouvé ?
J : Un ou deux oui !
E : Puis je savoir lesquels ?
J : Si c'est une fille j'avais pensé à Chelséa, et si c'était un garçon Tyméo.
E : J'aime beaucoup Chelséa.
J : Alors gardons le si l'un des deux et une fille.
E : Très bien !

Il continua à l'embrasser dans le cou descendant sur les épaules, allant de plus en plus bas. Sam et Jack étaient allongés sur le lit, enlacés et parlants d'un peu de tout.

J : Ca fait du bien de les voir tous heureux ! Surtout Elisabeth, elle est radieuse.
S : Oui tu as raison ! Qu'est ce qui fait chaud ici !
J : Tu vas bien Sam, tu devrais peut être dormir, en ce moment tu ne dors pas beaucoup !
S : Jack ... je ne me sens pas bien du tout.
J : Tu as un peu de fièvre, je te porte et on va voir le Dc Beckett

Il arriva à l'infirmerie et déposa Sam sur un lit, il chercha Carlson.

J : Docteur, Sam ne se sent pas bien et elle se plaint d'avoir chaud !
C : D'accord, je vais la voir ! Alors voyons ça !

Après l'avoir ausculté, il lui donna un cachet et un verre d'eau, elle s'endormit rapidement. Carson se dirigea vers le général.

C : Ne vous inquiétez pas, les hormones ont un peu détraqué son métabolisme, mais il n'y a rien de grave, elle devra seulement prendre ce cachet pendant deux semaines et ça passera.
J : Merci Docteur.
C : De rien Général.

Noël arriva à grand pas, les tables et les repas étaient disposés dessus, les chaînes stéréo furent mises en route et diffusèrent des chants de Noël. Chacun se préparèrent dans leur quartier, une soirée de Noël sans être habillé d'une superbe tenue, ne serait pas correcte, au moins les grades seront effacés pour cette nuit. Depuis que Sam avalait le cachet, elle était en pleine forme, et son appétit était revenu, elle dormait mieux aussi. Daniel et Vala étaient sur le balcon, Teal'c, Cameron et Ronon s'entraînèrent avant d'aller se changer, sous l'œil attentif et amusé de Teyla. Cameron se faisait toujours mettre KO par Ronon, par contre Teal'c était un adversaire honorable. Elisabeth supervisait les derniers préparatifs de la soirée, pendant que John l'aida du mieux qu'il pouvait.
Lors de la soirée, tout le monde eu un petit cadeau de la part de la Terre. Sam eu un magnifique collier de jade, Vala eut deux billets pour Hawaï et se jeta sur Daniel pour le remercier. Teyla reçu une paire de bâton sculpter avec des ornements, Elisabeth quand à elle reçu deux magnifiques berceaux en bois, avec toute une série complète de literie, de couleur blanche. La soirée se passa bien, même celle du jour de l'an, mais le lendemain des fêtes, il n'y avait pas beaucoup de personnes très fraîches. Le Colonel Sheppard en faisait partit, il n'était vraiment pas en forme pour se lever tôt.

E : Bonjour l'ours des cavernes !
J : Bonjour belle ange !
E : Je sais que tu n'es pas du matin, mais là c'est à en mourir de rire !
J : J'aurais peut être pas du boire autant hier soir, quand est ce que Sg1 doit partir ?
E : Dans environ une heure !
J : QUOI !! John s'était relevé en quatrième vitesse, comme si quelque chose lui avait piqué le dos.

Trente minutes plus tard, tout le monde fut dans la salle d'embarquement, pour dire au revoir à l'équipe sg1, la guerre des Oris continuaient et avoir pris deux semaines de vacances, sans que rien ne se passe était une bénédiction. L'équipe passa la porte et la vie repris son cours normale.

Un mois après, les missions sur différentes planètes continuées et ce matin on attendait le retour du Major Azalf, qui était allé chercher de la nourriture. La porte s'activa.

E : Sergent, as t'on une identification ?
S : Non Madame !
E : Enclenchez le bouclier !
S : Je ne peux pas Madame, le bouclier ne fonctionne pas !
J : Qu'est ce qui se passe !
E : La porte a été activée, mais on ne peut pas baisser le bouclier.


A ce moment précis, un jumper fit son apparition dans la salle d'embarquement, percutant le mur de droite.

Mw : Tu n'es qu'un idiot Marwin ! Franchement je ne sais pas comment je peux être ton frère jumeau !
Mr : Eh ! Ce n'est pas de ma faute ! Chelséa ne devait pas être ici, de même pour Mathis, papa va nous étrangler lorsqu'il le saura.
G : Les garçons ?
Mw : Comme si c'était de la mienne, qui est ce qui a voulu conduire un jumper sans l'autorisation.
G : MARWIN, MAIWEN, fermez là ! Nous ne sommes plus à notre époque, regardez !

Le groupe d'ami se retourna et firent face aux atlantes. Ils descendirent du jumper et restèrent sans parler devant John et Elisabeth.

J : Bonjour !
E : N'ayez pas peur !
R : Comment avez-vous fait pour bloquer le bouclier ? C'est impossible de le faire avec un jumper ...
E : Rodnay !!
R : Quoi ! Ils ont réussit à le bloquer, alors j'ai de quoi m'inquiéter !
Mr : Il n'a pas changé !

Pour cette remarque, il reçut un coup de coude de Gaia.

Mr : Aï ! Mais j'ai rien dit de méchant cette fois ci !
G : Non mais tu le penses tel ment fort !
Mr : Tu traînes trop avec Alwena et Donia ! (Il reçut deux autres coups derrière la tête) Eh, mais ça va oui, c'est bon j'ai compris je me tais.


E : Excusez moi, mais peut on savoir d'où vous venez avec un jumper ? Surtout que vous avez passé la porte, et Rodnay a raison, en bloquant le bouclier on a quelques soucis à se faire !
Mr : Ne vous inquiétez pas pour le bouclier, il marche bien, c'est Chelséa qui a appuyé sur le bouton de sécurité dans le jumper.
Ch : Mais je l'ai pas casser !
Mw : T'inquiète Chelséa, Marwin ne t'en veut pas.
Mr : Grâce à elle, on n'est plus dans notre époque mais on a évité de ressembler à des crêpes, alors non je lui en veut pas, mais va falloir qu'elle arrête de nous suivre, tu te souviens de se que papa à dit.
Mw Oui je m'en souviens, et pour l'histoire du vaisseau ruche, si on avait su qu'elle était dans le jumper on n'y serait pas allée.
Mr : Ouai si tu le dis !
A : Pardon, si ils ont un peu de mal à obéir aux ordres et aux questions posées !
E : Ce n'est pas grave, pour parler je crois que l'on sera mieux dans mon bureau !
A : Merci Elisabeth !

Une fois tous installés dans le bureau d'Elisabeth, chacun se présenta car il fallait bien commencé par quelque chose.

A : Moi je m'appelle Alwena, je suis la fille du Général Oneill et du Colonel Oneill, enfin à cette époque je suis encore dans son ventre.
D : Je m'appelle Donia, la fille de Daniel Jackson et de Vala.
Ch : Nous, nous sommes les sheppard ! Cria Chelséa.
Mr : Tais toi ! Je m'appelle Marwin, voici mon frère Maiwen et notre sœur Chelséa, et ça c'est le fils de oncle Rodnay Mathis.
J : Dans le futur, Rodnay aura un fils, woua, lui qui n'aime pas les enfants ! Répondit John.
Mw : Il ne parle pas, enfin il n'a jamais parlé, ce qui inquiète son père mais il n'y a que Chelséa qui arrive à savoir ce qu'il veut.
Ch : Maiwen, on peut aller jouer avec Mathis !
Mw : Oui, mais tu ne vas pas dans le hangar à jumper !
Mr : Ni dans les laboratoires, ni dans les coins inexplorés ...
Mw : Marwin c'est bon, elle n'est pas idiote ! Vas y !

Elle s'en alla avec Mathis, laissant les grands et les adultes ensembles.

D : T'es trop protecteur envers elle, laisse la faire un peu !
Mr : Bien sur ce n'est pas toi après qui risque de te faire enguirlander par ton père ! Déjà rien que le fait qu'on soit ici, on va avoir le droit à un serment.

A : Le mien va m'étriper, et m'envoyer dans une école privée, alors ne vous plaignez pas !
E : Excusez moi mais une personne n'a pas eut le temps de se présenter !

Ils se retournèrent vers la jeune enfant, qui était resté calme tout au long de la réunion, regardant vers la porte avec un air inquiet.

Mw : Gaia est ce que ça va ?

Elle ferma les yeux et jeta sa tête en arrière, tomba au sol, Maiwen se précipita vers elle. Elle se releva avec l'aide de son ami.


G : Je crois qu'on va à avoir des problèmes, je ne l'avais pas sentit tout de suite, mais un raptors est passé en même temps que nous !
Mr : Chelséa !!

Marwin se précipita dans la cité, à la recherche de sa sœur, John appela quelques soldats et le rattrapèrent rapidement. Pendant cette recherche, Gaia expliqua ce qu'était cette créature. Il s'agissait d'un dinosaure, mais faisait partie de la race des wairths, l'insecte qui avait piqué le Colonel, s'était attaqué à toutes sortes d'animaux ou être vivant depuis qu'elles existaient et cela avait engendré certaines créatures comme le raptors. Le seul pouvoir qu'avait hérité celle-ci était de projeter des hallucinations.

G : Il faut absolument l'endormir, sinon elle risque de faire des ravages, si elle se sent menacé elle tuera !
R : L'endormir mais avec quoi ?
Mw : Alwena crois tu être capables de refaire le sédatif avec l'aide d'oncle Rodnay !
A : Oui, peut être il faut seulement que je me rappelle, mais cela ne doit pas posé de problème, enfin si ton oncle est prêt à se montrer patient !
Mw : T'inquiète il le sera !
D : Et nous qu'est ce qu'on fait ?
Mw : On essai de réparer le jumper pour repartir avec la créature !
G : Rien que ça ! Tu n'es pas mieux que ton frère.

L'équipe de soldats était toujours à la recherche des deux petits qui restaient introuvable, Marwin commença à s'impatienter.

Mr : Bon s'en où a-t-elle encore bien pu passer !
J : Excuse moi mais on ne sait toujours pas qui est Gaia !
Mr : Oh, c'est la fille de tante Teyla et oncle Ronon ! Je vais l'attacher dans sa chambre !
J : Tu n'as pas l'air heureux d'avoir une petite sœur ?
Mr : Si je l'adore, mais elle nous suit partout et comme on a le chic pour se mettre dans des situations dangereuses, on tient ça de toi d'après maman ce qu'elle te reproche d'ailleurs ! Elle est trop jeune pour nous suivre !
J : Vous avez l'air de bien vous entendre tous !
Mr rigolant : Oui on est très soudé, à chaque vacances Donia et Alwena viennent sur atlantis avec leur parent. Maman trouve que les ennuis apparaissent lorsqu'on est tous ensembles, mais elle a pas tord non plus !
J : Rodnay a vraiment un fils dans le futur.
Mr : Oui, tu faisais la même tête que maintenant, lorsqu'il nous l'a appris il y a six ans.
J : Chelséa et lui on le même âge, et vous cinq avec le même alors ?
Mr : Oui nous avons tous 12 ans, avec quelques jours de décalage entre Gaia et Donia, seul Alwena à deux mois de plus.

Au carrefour d'un couloir, les deux enfants apparurent, et se jetèrent dans les bras de Marwin.

Ch : Grand frère !
Mr : On te cherche depuis une heure, où étiez vous passé !
Ch : Il m'a criait dessus !
Mr : Qui t'as crié dessus ?
Ch montrant du doigt : Lui !

Kavanagh arriva en colère, rouge de colère était le plus approprié.

K : Qu'est ce que ces enfants font ici, ils ont bloqués la porte d'une salle où je devais travailler !!
J : Kavanagh, ce sont des enfants, ils ne savent pas se qu'ils font !
K : Je vais en parler au Dc Weir !
Mr : De tout façon, elle ne vous écoutera pas. Je vous interdis de crier sur ma petite sœur, espèce de limaces visqueuses !
K : Mais vous ...
Mr : Oh la ferme, je peux vous parler sur le ton que je veux, vous insulter si je veux, et je peux aussi vous pourrir la vie, car je viens d'un autre monde !
J : Kavanagh reprenez votre travail !
K froidement : Bien colonel !

J : Dis moi, dans le futur, il sera toujours comme ça ?
Mr : Oui, mais on a réussi à le faire partir, enfin il en a eut tel ment marre de nos bêtises continuelles qu'il est repartit sur terre.
J : Oh, vous vous étiez mis contre lui !
Mr : Non pas spécialement, Rodnay a eut pire !
J : Bon, retournons dans la salle de contrôle, tout le monde doit s'impatienter.


Ils repartirent, dans l'autre sens pour rejoindre la porte, c'est à se moment là qu'ils entendirent un son de colombe mais très graves. John pointa son fusil et scruta le couloir. Le son se rapprocha, donc la créature ne devait pas être loin, ils se dépêchèrent d'atteindre la salle avant de se faire tuer.

J : Elisabeth, avec le scanner peut on voir où se trouve la créature puisqu'elle est à moitié wairths ?
E : Peut être ! Sergent !

Sur l'écran une forme assez grande se déplaçait très vite dans les couloirs, pour le moment personne ne la croiser, mais il y avait une pièce ou se trouver de point blanc.

J : Qui que vous soyez, répondez !
X : Ici Komi et Matsuyama, scientifiques japonais.
J : Veuillez vous enfermer dans cette pièce jusqu'à ce que l'on vienne vous chercher.
X : Oui à vos ordres.

J : Bon vous avez trouvé le moyen d'arrêter cette bête !
R : On y travaille John, mais ce n'est pas facile, Alwena m'aide beaucoup mais c'est qu'une enfant !
Ch : Vous n'allez pas lui faire du mal, hein !
A : Non on va seulement l'endormir !
Ch : Miyou est gentil, on a joué toute la journée avec Mathis et Miyou.
Mr&Mw : Quoi !!
J : Tu veux dire que cette bête était avec vous pendant tous ce temps !
Ch : Oui, elle vit sur notre cité depuis longtemps !
G : Tu veux dire qu'elle a le pouvoir de se rendre invisible ?

Le scanner détecta un dar en approche d'atlantis.

E : Qu'est ce que c'est encore !
J : Un dar c'est introduit dans la cité, vous deux vous ne quittez pas la salle, de même pour les enfants !
Mr : Mais ...
J : Non ! J'ai dit vous restez là !
Mw : On sait ...
J : J'ai dit non !
D : Laissez tomber les grumeaux, vous n'arriverez pas à le faire changer d'avis !
Mr&Mw : Ok !

John partit avec Ronon et plusieurs groupes de soldats, pour intercepter les intrus, avant qu'ils aient fait le moindre dégât. Dans la salle, la créature apparut sous leurs yeux, Chelséa courut vers elle.

Mw : Chelséa !!

Chelséa lui caressa le bout du museau, elle était magnifique, un vrai vélociraptors était dans la cité, lorsque le reste du groupe arriva en bas et voulurent s'approcher de la petite, le raptors claqua des mâchoires et émit un son strident à vous crever les tympans.

R : Vous, n'approchez pas ! Il protège Chelséa ! Elisabeth qu'est ce que vous faites ?

Elisabeth s'approcha du raptors, celui-ci la renifla et la laissa approcher, les grumeaux furent de même et embrassèrent leur sœur.

G : Il reconnaît la famille Sheppard, il ne laissera approcher que ceux de cette famille, c'est incroyable !
E : Teyla, pouvez vous emmener les autres dans vos quartiers, j'emmène les miens et le raptors avec nous ! Rodnay garde Alwena et Mathis avec vous et finissez le sédatif pour les wairths !
R : Très bien !



Elisabeth se dirigea donc vers ses quartiers, lorsque le raptors passa devant et poussa un terrible rugissement. Un wairths apparut devant les Sheppard, armé et prêt à tirer, John étant sur sa piste ne fut pas loin et tira sur celui-ci. Le raptors se jeta sur le wairths et lui arracha la tête, il le dévora pour être sur qu'il soit mort.


E : C'est écoeurant !
J : Faut bien qu'il se nourrisse aussi !
Ch : Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas nourri !
J : Il en reste plus qu'un maintenant ! Enfermez vous et ne sortez pas de là compris !
Mr, Mw& Ch : Oui !!!

Le raptors s'approcha de John et le poussa de sa tête, il fixa ses yeux jaunes dans ceux de John.

J : Ok tu viens avec moi !

Et ils partirent à la chasse au wairths. Le wairths arpentait les couloirs de la cité, à la recherche des générateurs. Il ne pensait pas qu'une créature pouvait le sentir à des kilomètre à la ronde et qu'elle était sur ces traces, avec l'équipe de John armés jusqu'au dent. Le raptors avançait dans les couloirs reniflant chaque parcelle, écoutant le moindre bruit, prêt à attaquer. D'un coup il se rua dans le couloir de droite et un combat entre le raptors et le wairths démarra. Celui-ci était un peu plus fort que le premier, mais il fut vaincu très vite, les dents acérées et les mâchoires puissantes de la créature furent les meilleures armes. Une fois le massacre terminé, ils rejoignirent chacun leur femme, le raptors suivait toujours Sheppard, qui était plutôt ravi de l'avoir car il n'avait pas eu le moindre effort à faire.

Ro : Ca vous amuse d'avoir un garde du corps ?!
J : Ben ça change, pour une fois on s'en sort sans bobos !
Ro : J'aurai aimé me battre moi !
J : Oui ça je m'en doute.
Ro : Mais c'est vrai que son aide est plutôt pas mal !
J : Ah vous voyez ! Bon je vais voir Elisabeth, dans nos quartiers, elle doit être inquiète !
Ro : Je vais rejoindre Teyla
J : A plus tard !

Lorsque John apparut à la porte des quartiers, Chelséa sauta dans ses bras.

Ch : Papa ! Tu l'as eu ?
J un peu surpris : Oui, enfin c'est plutôt le raptors qui l'a eut. !
Ch : C'est Miyou, son nom c'est Miyou !
J : Oh alors Miyou lui a mis sa racle.
E : John !
J : Quoi ?
Mw : Ne t'inquiètes pas maman, dans le futur il a pas changé !
Mr : Ouai toujours aussi gamin !
E : Ca ne me rassure pas du tout !

John s'avança vers le placard et en sortit plusieurs coussins et couvertures, les disposa parterre pour faire trois petits lits douillets. Les garçons s'installèrent dessus et commencèrent une bataille d'oreillers.

E : Les garçons, il est temps d'aller de se coucher maintenant !
Mr : Ca, ça n'a pas changé !
J : On discute pas, elle a raison il se fait tard !
Mw : T'es toujours partant, lorsqu'il faut en faire le moins possible et surtout pour dormir !
Mr : Ou a surfer !
E : Bon finis de parler, demain, il reste plein de chose à faire, comme réparer le jumper !
J : Ouais, alors on va tous se coucher, ça nous fera du bien !
Ch : Je veux dormir avec papa et maman !
Mr : Chelséa ne les embête pas, tu viens te coucher dans ton lit !
J : Non laisse là (il a prend dans ses bras) Allez viens !

John et Elisabeth s'installèrent dans leur lit et Chelséa se coucha au milieu blottit contre ses parents.

Ch : Papa raconte nous une histoire !
J : En as-tu une que tu aimes bien ?
Ch : Oui ! L'histoire des ours en peluche qui aide une petite fille et son frère !
Mw : C'est celle des Ewoks !
J : Oh d'accord, alors je commence !

Cela faisait une heure qu'il racontait les aventures des Ewoks lorsqu' Elisabeth lui demanda de se taire.

E : John, ils se sont endormis !
J : Dois je le prendre pour un compliment ?!
E souriant : Je crois que oui !
J : Elle te ressemble beaucoup, elle est aussi jolie que toi lorsque tu dors !
E rougissante : Merci ! Bonne nuit
Il embrasse J : Bonne nuit.

Du côté de Teyla, c'était très calme, Ronon avait eu la même idée que John en fabriquant un deuxième lit, se trouvant au pied de celui-ci. Teyla avait sortit un grand T-shirt pour Gaia. Ronon était assis sur le lit et les regarda. Gaia chercha quelque chose dans son sac et en sortit une petite flûte, elle a tendit à Ronon.

G : Je sais que sa doit te faire bizarre, car je ne suis pas encore née, mais est ce que tu pourrais jouer de la flûte ?

Ronon fut surpris, et ne savait pas comment réagir, Teyla le regarda amusé de voir Ronon, intimidé par une petite fille.


G : Tu me joues chaque soir un air de Sateda, pendant que maman me coiffe les cheveux. Cela m'aide à dormir.
Ro : Bien sûr.
G fait une bise à son père : Merci papa !

Ronon commença à jouer, Gaia s'installa sur le lit et l'écouta, pendant que Teyla lui démêla les cheveux.

G : Joue en une autre s'il te plaît !
Ro : tu devrais dormir, il se fait tard.
T : Ronon a raison, tout le monde dort déjà.
G : Je peux dormir avec vous, je n'ai pas envie de faire des cauchemars.
T : Tu fais des cauchemars ?
G : oui, tu m'as expliqué que je tenais ça de nos ancêtres ! C'est pour ça que papa me joue de la flûte depuis que je suis bébé, d'après maman cela m'apaisait et j'arrêtais de pleurer !

Et ils s'endormirent tous les trois, la cité toute entière dormait, à part les soldats qui étaient de garde cette nuit. Le silence de la nuit envahi les couloirs, seul le bruit du vent par les fenêtres restaient ouvertes parvenait aux oreilles. La nuit fut très courte pour certains, mais pour d'autre elle s'éterniser en grâce matinée. Le matin pointait le bout de son nez, plusieurs personnes étaient déjà debout et travaillaient à leurs tâches quotidiennes.

E : Ils dorment encore ! Ils tiennent beaucoup de toi !
J : Mais Chelséa tient énormément de toi, que de moi, même Marwin me la dit, elle est aussi buter que toi !
E : Ils ont l'air si paisible, alors que les wairths ne sont même pas détruis !
J : Cela veut dire qu'on a très bien fait notre rôle de parents, et que nos enfants ont une vie heureuse !
E : cela me rassure, en quelque sorte ! Je veux dire que d'être mère et être la leader n'est pas chose facile à harmoniser !
J : Tu t'en sortiras très bien, et puis je suis là et on a de merveilleux amis !

La petite Chelséa, commença à bouger, se blottissant un peu plus contre son père. John remonta la couverture sur les épaules de sa fille, celle-ci se réveilla avec un énorme bâillement.



E : Bonjour ma puce, bien dormit ?
Venant à peine de se réveiller, elle ne parla pas, mais embrassa ses parents en signe de bonjour. John regarda en direction des jumeaux, qui dormaient encore à point fermés, il sourit à cette vue.

E : Qu'est ce qui te fait sourire ?
J : Nos fils, j'ai l'impression de me voir !
Ch : Maman j'ai faim.
E : Oui on va aller manger ! John tu viens avec nous ou tu restes là à dormir.
J : Non je vais venir avec vous, on va les laisser dormir !

John, porta Chelséa à moitié endormis, jusqu'au mess, suivi d'Elisabeth, lorsqu'ils arrivèrent au mess, Rodnay était déjà assis à une table avec Mathis et Alwena et Donia. Ils le rejoignirent pour partager le petit déjeuner, Teyla, Gaia et Ronon ne furent pas long à les rejoindre.

R : Non Mathis, le café n'est pas encore pour toi, tu es trop jeune !
J : Alors Rodnay, comment trouvez vous la vie de papa ?
R : Très bien, si l'on a un fils comme Mathis ! Il est sage, obéissant et ne fait pas de bruit, le fils idéal !
J : Enfin ! Notre Rodnay adore les enfants, première nouvelle !
E : John arrête !!
Ro : Vos fils dorment toujours Sheppard !
J : Oui, ils sont comme moi, ils ne sont pas du matin !
T : On dirait que la petite tient de vous Elisabeth !
E souriante : Oui on dirait !
Ch : Papa, je peux avoir encore du chocolat !
J : Ok je vais te le chercher ! Veux tu encore des tartines ?
Ch : Oui !! Pour Mathis aussi s'il te plaît !
J : D'accord !
Ro : votre fils tient de vous, Rodnay, pour ce qui est de la nourriture !
R : Les Mckay ont un énorme besoin d'énergie, donc on mange beaucoup !

Marwin et Maiwen venaient d'entrée dans le mess, les cheveux en pétard et les yeux à moitié ouverts. Ils firent un signe de la main, en guise de salutation, s'installèrent en bout de tables et commencèrent à boire un jus d'orange.

E : Vous n'avalez que ça ?!
Mw : Ben on a du mal à manger le matin !
Mr : On prend seulement un jus d'orange, une tartine et on pète le feu !
J : Ca, ils le tiennent de toi, moi faut que je mange !
D : C'est pour ça que Chelséa mange autant le matin, elle tient de vous !

Ils passèrent la plus grande partit de la matinée à parler, des pires bêtises que les enfants avaient pu faire depuis qu'ils étaient nés. Comment ils avaient réussit à faire partir Kavanagh et surtout les différents conflits entre les jumeaux et le Colonel Caldwen. Ils apprirent beaucoup aussi sur la terre, qu'ils avaient plusieurs vaisseaux de différentes tailles, mais surtout qu'ils avaient plusieurs alliés.

R : Ce n'est pas que je trouve ses discutions ennuyeuses mais il faut qu'on arrive à réparer votre jumper, pour repartir !
A : Le problème Rodnay, c'est que je suis allée le voir cette nuit et il est irréparable, la seule chose qu'on peut faire c'est envoyer un message à nos parents pour leur dire à qu'elle époque ! Mais cela ne durera que deux minutes.
D : Comme sa mère ! Tu ne peux pas t'empêcher d'aller voir ! Je comprends pourquoi oncle Jack veut t'envoyer dans une école privée, bon aussi pour t'éloigner de ce cher Victor !
A : Donia là ferme !
E : Bon ça suffit ! Vous allez envoyer se message à vos parents et on verra se qu'il se passe.

Plusieurs plus tard, ils se retrouvèrent tous dans le hangar à jumper, où celui des enfants avait été emmené pour réparation.

A : Faite que ça marche !
D : Ca vas marcher t'es la meilleure ! N'oublie pas que tu as réussi à faire exploser le bureau de Mr Koing !
A : C'était un accident, je me suis fais remonter les bretelles par mes deux parents, je te signale !
D : Oui je m'en souviens ! D'ailleurs ton père m'a vraiment fait peur ce jour là !
G : Ils réussiront à venir nous chercher avec la porte ?
A : Si Rodnay arrive à déchiffrer se que j'ai marqué, oui !
Mr : Il réussira t'inquiète pas !

Alwena appuya sur la commande de la porte, dans le jumper. La porte se mit en route et elle envoya le fameux message. Ils attendaient tous une réponse, enfin si cela pouvait se faire, mais au bout deux heures, ils perdirent espoir. Au moment où ils passèrent le seuil du bureau d'Elisabeth, la porte des étoiles se mit en route et laissa passer une cassette vidéo. Un soldat la rapporta au Colonel Sheppard et repartit à ses occupations.

Mr : vous êtes sur de vouloir la visionnée, moi pas, si c'est pour entendre papa nous crier dessus, c'est pas la peine !
A : Parce que tu crois que ma mère, ou mon père ne seront pas là à me sermonner !
G : En fait je crois que tout le monde auras le droit à se faire remonter les bretelles, même moi !
Mw : Ta mère, va t'enfermer à vie dans ta chambre !
G : Peut être pas à vie mais jusqu'à ma majorité ça c'est sur !
J : bon on se la regarde cette vidéo ?

Lorsque l'image apparut, on pouvait voir Rodnay avec quelques années en plus, et un paquet de feuilles à la main.

R² : Salut les jeunes, j'espère que vous faites attention à Mathis, je sais qu'il ne risque rien avec vous, mais le savoir dans le passé me fait peur. Alwena, merci pour ton aide je vais pouvoir garder la porte assez longtemps pour que vous puissiez revenir ici, bon ben je vais vous laissez avec vos parents et me concentrer sur le problème. Bon courage !
Mr : Merci oncle Rodnay ! Aï ça va être notre fête.
J² : Les jumeaux, j'espère que vous profitez bien de vos petites vacances, car lorsque vous reviendrez, il faudra affronter votre mère, j'ai réussi à la calmer, mais je vous jure que s'il arrive quoi que se soit à votre sœur, c'est moi que vous allez affronter. Par contre en rentrant vous serez punis et donc vous aiderez votre oncle pendant un mois. Et ce n'est pas discutable.
Mw : Alors là c'est injuste, un mois avec oncle Rodnay, mais on va mourir !
Mr : Ben moi c'est pas ça qui me fait peur, c'est maman que je crains, elle va nous tuer !
Jc² : Alwena j'espère que tu auras une excellente explication à me donner sur le fait que tu t'es fourré encore dans un pétrin monstrueux, on verra à la maison !
A : Je suis bonne pour l'école privée !
V² : Salut ma puce, j'espère que tu t'amuses bien !
Dl² : Vala !!! Je préfère en parler avec toi à la maison !
D : Super, mon père va me passer un savon pendant que ma mère va essayer de le calmer.
J : Je ne pensais pas être aussi sévère !
Mw : Ben en fait, on a tel ment fait de bêtises, on a même frôler la mort un jour, et depuis tu es devenu plus stricte, pas sévère mais tu ne nous laisse plus autant de liberté qu'avant !
Mr : On ne t'en veut pas pour ça, c'est de notre faute donc on s'y est habitué.
E : Vous avez l'air de me craindre, je me trompe ?!
Mr : Comme tu es enceinte, tes colères sont redoutables, mais c'est parce que tu as peur pour Chelséa, elle nous suit partout !
Ch : C'est marrant d'être avec vous on s'amuse bien !
G : J'ai eu de la chance, mes parents n'ont pas laissé de message, mais une fois à la maison je vais avoir le droit à un savon !
A : En tout cas, on doit aller préparer nos affaires, Rodnay n'en a pas pour longtemps, surtout que ma mère doit être là !

Chacun prirent leur affaire et rejoignirent la porte ; ils n'attendirent pas longtemps, la porte des étoiles s'ouvrit, laissant apparaître John, Ronon et le Général Oneill. Ils avaient tous quelques années en plus et on voyait sur leur visage que la guerre qu'ils menaient, était dure et impitoyable.

Ch sautant dans ses bras : Papa !!!
J² l'embrassant : Oh ma chérie, ça va ? Tes frères se sont bien occupés de toi ?
Ch : Oui très bien !
Ro² : Gaia ! Ta mère est en pétard !
G : Ca je veux bien le croire !
Ro² : Tu me ressembles beaucoup trop, peut être que ton frère sera plus comme ta mère !
G : Espérons le !
Jc² le doigt pointé vers sa fille : Toi tu es mal !
A se cachant derrière Rodnay: Désoler papa, mais on a pas choisit d'y aller, le jumper à décoller tout seul, la porte à peut être un mécanisme qui peut permettre les ....
Jc² : Je ne veux pas le savoir !
A : Mais j...
Jc² : Non, j'ai dit non, tu en parlera avec ta mère, qui est folle d'impatience de savoir comment ça c'est produit !
A : Ok !
J² approchant des jumeaux : Vous deux, je vais vous interdire l'accès au hangar, combien de fois on vous l'a dit, si vous voulez volez, d'une, vous demandez l'autorisation et de deux, un soldat doit être avec vous !!
Mr : Oui mais là on y est pour rien, et puis ...
J² : Ah ! Je ne veux rien savoir, votre mère vous l'avez dit, maintenant vous vous débrouillerez avec elle, je vous ai sauvez la dernière fois mais celle ci vous vous sauverez tout seul.
Mw : Très bien !
Jc² : Bon c'n'est pas tout mais faut pas tarder, on rentre car il se fait tard chez nous, et ...
Ch : Mais on emmène Miyou avec nous ?!
J² : Qui est Miyou mon cœur ?
Ch : Ben lui !

Le raptors était resté invisible, tout le temps de peur qu'il se fasse tuer, mais lorsque Chelséa avait prononcé son nom, il se montra aux yeux de tous. Il s'approcha des jumeaux, qui le caressèrent, Chelséa monta sur le dos du raptors et tous deux s'approchèrent des trois hommes.

J² : Bon ça va être dur, de le faire accepter par votre mère, mais on y arrivera ! Merci pour les avoir accueillis avec vous !
E : De rien ! Ils sont adorables, enfin ils l'ont été pendant cette semaine.
Jc² : bon comme je disais tout à l'heure on va rentré car on a autre chose à faire, et je ne nullement l'intention d'entendre Mc Kay se plaindre !

Lorsque le groupe du futur, passa la porte, le calme réapparut sur la cité, laissant un vide dans le cœur de tout le monde, même de Mc Kay. La nuit tomba, et chacun alla dans ses quartiers, épuisé par les journées précédentes. Mais personnes ne réussirent à dormir, Elisabeth se leva et passa dans la petite pièce aménager pour la futur chambre des jumeaux. Les berceaux avaient été mis l'un à côté de l'autre, avec un espace entre deux, prés de la fenêtre se trouvait un magnifique fauteuil à bascule, avec la couverture que John avait été chercher chez les athosiens. Elle posa la couverture sur ses épaules et avança vers la fenêtre, l'ouvrit et fixa l'océan. John arriva derrière elle, l'emprisonna de ses bras, et lui déposa un baiser dans le cou !

J : Tu n'arrives pas à dormir ?
E : Non ! J'ai tel ment hâte qu'ils soient là, de les prendre dans mes bras, les bercer, leur donner leur biberon !
J : Il reste encore 5 mois, à attendre et puis je veux profiter de ceux-ci pour être avec toi, seul à seul, t'embrasser partout !
E : Oui, mais lorsque tu seras en mission, si tu ne reviens pas, je ne le supporterais pas !
J : Ne t'inquiète pas, Ronon et moi avons décidé de reprendre les explorations dans la cité, jusqu'à ce que vous ayez accouchez, car il est hors de question que je loupe ça !
E : Et je te l'interdit, tu as intérêt à être là ce jour !
J : Je te le promets !

Du côté de Teyla et Ronon, c'était un peu plus calme, ils étaient tout deux enlacés, les yeux grands ouverts. Teyla l'embrassa, elle avait de la chance d'avoir quelqu'un comme lui, c'est vrai que Ronon ne montre jamais ses sentiments, mais la nuit dernière elle avait vu son côté ours en peluche, jouant de la flûte pour sa fille, leur fille qui dans quelques mois arrivera. Elle posa sa main sur son ventre.

Ro : Est-ce que tout va bien ?
T : Oui, très bien ! Quand reprenez vous les missions ?
Ro : Après vos accouchement ! Nous allons seulement explorer la cité, selon sheppard !
T : Tu veux dire que tu seras à la base tout le temps !?
Ro : Oui, sauf lorsque l'on sera en mission à travers la cité !
T : Je suis contente que tu sois le père de Gaia, depuis que tu es avec nous, tu ne me laissais pas indifférente, je veux dire que ...
Ro : Tu n'as rien à m'expliquer ! Nous sommes ensemble et c'est tout ce qui compte !

Ils s'embrassèrent, avant de succomber au bras de Morphée, comme tous ceux qui pouvaient dormir cette nuit. Le matin pointa le bout de son nez, une journée de plus dans la vie de cette expédition se préparait, mais quelque chose allait briser cette sensation de bonheur. Personne n'avait demandé aux enfants ce qui se passerait dans le futur, ils avaient eut une telle aventure entre l'arrivé des wairths, leur arrivé, l'histoire du raptors et du retours dans le futur, que ça leurs aient sortit de la tête. Pour une fois, Carson fut le premier à travailler dans l'infirmerie, une petite grippe se trimballait dans les couloirs et elle avait déjà attaqué trois personnes, mais celle-ci, selon les analyses elle était plus virulentes que celle sur terre. La fièvre montait rapidement, la respiration était difficile et la personnes dormait le plus clair du temps. Apparemment on venait encore de lui ramener deux autres personnes, Carson commençait à avoir peur qu'une épidémie ne se propage dans la cité, mais il avait surtout peur pour les deux femmes, car dans leur état actuel, il était hors de question qu'elles tombent malades. Il devra envoyer les deux couples sur le continent en espérant qu'elles ne l'aient pas attrapé, car il y avait un risque de fausse couche, et ça, ça ne devait pas arriver. Il s'occupa des nouveaux patients, puis alluma son oreillette, et contacta le colonel.

C : John !!
J : Oui Carson !
C : Je vous réveilles peut être ?
J : Non pas vraiment !
C : Je voulais vous prévenir qu'une épidémie de grippe est dans la cité, et que Ronon et vous allaient accompagner vos femmes sur le continent. Elles sont très vulnérables dans leur état et il ne faudrait pas qu'elles tombent malade.
J : Très bien, je préviens Ronon et on partira dans quelques minutes !


Une heure plus tard, les deux couples étaient réunis dans le hangar à jumper prêt à partir sur le continent, pour une période indéterminée. Teyla était folle de joie, de pouvoir passer quelques jours avec son peuple, car il était vrai qu'elle n'était pas venue depuis plusieurs mois. Elisabeth, était contente, car ça lui fera quelques jours de vacances, loin de la cité mais aussi, John et elle, pourraient faire autre chose, comme n'importe quel couple. Pendant le voyage, John fut obliger de conduire doucement, car les deux femmes tombèrent malade, enfin elles avaient plutôt le mal de l'air. Une fois sur terre, elles se sentirent déjà beaucoup mieux, les villageois furent heureux de revoirs leur leader, et l'accueillir en organisant le soir même, une fête. John invita Elisabeth à danser, Ronon fit de même avec Teyla et au fur et à mesure d'autres couples se joignirent à eux. Il était déjà très tard, lorsqu'ils allèrent se coucher.

J : Bonne nuit Teyla, Ronon !
T : Bonne nuit John, Elisabeth !

Trois mois s'était écoulés avant que la cité ne soit débarrassée de cette épidémie de grippe, qui avait fait quatre morts. Lors de ces trois mois, Elisabeth et Teyla étaient restées avec leur homme sur le continent, profitant d'une vie tout à fait normal, malheureusement, il était temps de revenir, d'une pour diriger la cité et de deux la deuxième écographie devait être passé. En arrivant su la cité, ils furent accueillis par Carson et Rodnay, tous heureux de les voir en bonne santé.

E : Alors Carson quoi de neuf depuis mon absence ?
C : nous avons eu un message de la part du Sgc nous annonçant, la naissance de la petite Alwena Oneill !
J : Elle est née avec un peu d'avance !
C : Oui, mais le médecin de la base, a dit qu'elle était en parfaite santé, sans avoir besoin de l'assistance d'une couveuse !
E : Comment va le colonel Oneill ?
C : Elle va très bien, juste un peu fatiguer, l'accouchement à durer un peu plus de cinq heures, mais les deux parents sont fou de joie !
T : Ca ne me rassure pas du tout de savoir que ça dure des heures ?!
E : Ne vous inquiétez pas Teyla, ça diffère selon les personnes, on peut acc
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong