Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/Vers un nouvel espoir (2)
Informations :
Auteur : lyly
: 19/12/2005
Note : 8
Nombre de votes : 1


Histoire :
Base de Cheyenne Mountain, salle de contrôle.

Le volet d'acier qui servait ordinairement à protéger la salle de contrôle d'une attaque par la Porte des Etoiles était toujours fermé. Le général McKenzie regardait autour de lui, mécontent. Les unités d'élite du GPM venaient juste de le libérer de sa cellule, mais il avait tenu immédiatement à être amené à la salle de commande de la Porte, une fois que la totalité de la base aurait été entre les mains du GPM et que l'autodestruction aurait été désamorcée.
" Mon général, le salua un militaire en entrant dans la salle.
- Alors, colonel ? Combien de prisonniers êtes-vous parvenus à avoir ?
- Euh... Aucun, mon général. "
Le général McKenzie le toisa de la tête aux pieds, puis il lui adressa un sourire bienveillant.
" Tous morts, hein ?! Allons, ne faites pas cette tête-là ! Cela nous évitera d'avoir à les juger !!! Voici mes ordres : faites disparaître tous les corps, hormi ceux des deux survivants au Fléau. Nos scientifiques voudront très certainement les examiner... Ils auraient sans doute eu plus de valeur vivants, mais bon, ce sera malgré tout suffisant j'imagine... Eh bien, qu'attendez-vous ? "
Le regard du militaire était devenu froid et une lueur de dégoût était apparue dans ses yeux, mais il semblait également gêné.
" Quand je vous ai dit que nous n'avions aucun prisonnier, je ne voulais pas dire que les membres du SGC étaient morts, mon général.
- Je vous demande pardon, colonel ?! "
Le militaire déglutit péniblement, sentant pointer l'orage.
" Quand... quand nous avons pénétré dans la salle d'embarquement où nous pensions que l'équipe de cette base s'était réfugiée... et bien nous n'avons trouvé personne. "
McKenzie manqua s'étouffer de rage et d'incrédulité.
" Vous pouvez me répéter ça ?!
- La base est entièrement déserte, mon général. Nous n'avons trouvé personne, et il n'y a plus trace non plus de leur matériel.
- Impossible... "
Le général fixa son subordonné avec un regard mauvais, s'attendant presque à le voir éclater de rire pour lui avouer qu'il s'agissait là d'une mauvaise plaisanterie. Mais le colonel n'en fit rien. Au contraire, son embarras semblait s'accroître de minute en minute.
" Ils ont dû fuir par la Porte des Etoiles, maugréa finalement McKenzie. Il n'y a pas d'autre explication... Mais regardez-moi ça !!! "
Il désigna d'un geste de la main les tableaux de commandes, une moue de répulsion sur le visage : les panneaux et ordinateurs avaient tous été défoncés, les rendant parfaitement inutilisables. McKenzie redoutaient même qu'ils ne soient irréparables.
" Mon général...
- Quoi encore ?!!
- Je doute que votre hypothèse soit juste.
- Je vous demande pardon ?!!!
- Je... Il vaut mieux que vous veniez voir ça par vous-même... "
Intrigué et redoutant une ultime mauvaise surprise, le général McKensie quitta la salle de contrôle pour suivre le militaire, plus confus que jamais. Il le conduisit en salle d'embarquement, où une dizaine d'autres membres du commando du GPM fixait la passerelle d'embarquement d'un air totalement ahuri.
McKenzie faillit s'étrangler de fureur en comprenant la raison de leur stupéfaction : la Porte des Etoiles avait également disparu.

Quelque part dans l'espace, système solaire.

O'Neill examinait d'un air embarassé la balle de P-90 fiché dans la paroi du vaisseau.
" Je suis vraiment désolé, Thor... Mais on s'apprêtait à se faire canarder quand vous nous avez téléporté...
- Ce n'est rien, O'Neill. Fort heureusement, ce vaisseau ne craint rien contre la technologie terrienne. "
Le Asgard était assis sur son fauteuil de commandement et regardait O'Neill de ses grands yeux noirs et sereins.
" Ouais, enfin rien à craindre, j'ai quand même réussi à faire un trou dans votre joli vaisseau... "
Malgré son air détaché, O'Neill ressentait en fait un immense soulagement au fait de se trouver à bord d'un vaisseau asgard.
" Où se trouve le reste du SGC ? s'enquit Samantha en jetant un regard encore inquiet autour d'elle."
En effet, hormi O'Neill, le colonel Carter, Daniel et Teal'c, il n'y avait trace de personne d'autre dans la salle de commandement du vaisseau asgard.
" Le reste de votre équipe se trouve à bord d'un autre vaisseau que celui-ci. Un seul vaisseau asgard n'aurait pu contenir à lui seul autant d'individus de votre espèce, sans compter votre matériel et la Porte des Etoiles de votre planète...
- Vous avez également télétransporté la Porte ? répéta Samantha, au comble de la surprise.
- Sacré Thor ! Vous avez pensé à tout, se réjouit O'Neill, un immense sourire aux lèvres. Sans vouloir être indiscret, combien de vaisseaux avez-vous dû affréter pour ce petit voyage ?
- Au total, quatre vaisseaux O'Neill. "
O'Neill poussa un petit sifflement admiratif. Il semblait décidément aux anges.
" Je croyais que vous ne pouviez pas nous aider, remarqua Daniel avec justesse. Non pas qu'on ne vous en soit pas reconnaissant...
- Le Haut Conseil Asgard a décidé d'organiser une expédition vers Atlantis. Nous espérons que cette cité, étant d'origine ancienne, pourra nous aider à trouver une solution à notre processus de clonage. Connaissant vos difficultés actuelles, nous avons décidé de vous prendre à notre bord par la même occasion. Vous nous avez aidé à vaincre les réplicateurs. Il aurait été injuste de ne pas vous aider à notre tour.
- Vous avez raison, Thor ! Les bons comptes font les bons amis ! "
Thor pencha légèrement la tête sur le côté, surpris par l'expression utilisée par O'Neill.
" Laissez tomber... En tout cas, nous vous remercions pour votre aide. C'est que ça commençait à chauffer pour nous.
- Mais laisser la Terre sans Porte des Etoiles n'est-il pas un peu dangereux ? Je veux dire, vis-à-vis des Goa'ulds et des Oriis ? insista Samantha, soucieuse.
- Ne vous inquiétez pas, colonel Carter. J'ai laissé un vaisseau asgard en orbite autour de la Terre. Mais je doute que votre planète ait quelque chose à redouter des Goa'ulds... Eux-même sont en pleine lutte contre la rébellion jaffa et les Oriis. La Terre n'est plus l'une de leurs préoccupations. Pour ce qui est de la menace Orii, il me semble que le mal est fait...
- Oui, vous avez sans doute raison. "
Thor se tourna vers O'Neill.
" J'ai fait téléporter les deux survivants du Fléau dans notre unité médicale pour quelques examens. Nous n'avons rien trouvé jusque là, mais peut-être pourront-ils nous apprendre quelque chose...
- Euh... J'en doute mais vous pouvez toujours essayé... Je crois qu'il faut plutôt que vous ayez une conversation avec la jeune femme survivante. Cela sera plus instructif...
- Puis-je me rendre auprès d'eux ? demanda Daniel impatiemment. Je crois qu'un peu de compagnie les rassurait... Ils n'ont pas vraiment l'habitude d'être téléporté dans un vaisseau, encore moins asgard... Sans vous offenser...
- Allez-y, docteur Jackson. Freyja vous y accompagnera.
- Permettez que je me joigne à vous, proposa Samantha. "
Un Asgard apparut lorsque la porte s'ouvrit automatiquement à l'approche de Daniel et Samantha, et tous deux lui emboîtèrent le pas lorsqu'il les invita à le suivre.
" Combien de temps le voyage jusqu'à Atlantis va-t-il durer ? demanda Teal'c.
- Environ deux jours.
- De nos heures terriennes ? souligna Jack.
- Oui O'Neill.
- Et bien j'espère que vous avez le câble sur votre vaisseau. "

Atlantis, galaxie de Pégase.

L'alarme retentit brusquement, obligeant le docteur Weir a abandonné ses occupations pour se rendre précipitemment en salle de contrôle. Depuis la dernière réunion ayant réuni les quinze membres dirigeant la mission Atlantis, la jeune femme avait été débordée : il avait fallu préparer de nouveaux espaces d'habitation, ce qui avait entraîné de nouveaux dispositifs de sécurité. Le docteur Beckett était au bord de la crise de nerfs, se préparant à chaque instant à recevoir dans son infirmerie une foule de blessés venant du SGC. A cela s'ajoutait des besoins en vivres plus importants, et plusieurs équipes d'Atlantis avaient dû partir en mission sur différentes planètes pour rencontrer de nouveaux partenaires commerciaux, ce qui n'avait plus qu'à moitié à Elisabeth, car cela risquait de révéler aux Wraiths la vérité sur leur situation. Ceux-ci pensaient toujours que la cité d'Atlantis avait été détruite, mais une nouvelle agitation semblait s'être emparée d'eux, et plusieurs membres de la cité craignaient des fuites éventuelles de la part de leurs nouveaux partenaires commerciaux.
" Que se passe-t-il Bradford ? s'enquit le docteur Weir dès son arrivée en salle de contrôle, où se trouvaient déjà Sheppard et McKay.
- C'est la Porte des Etoiles, madame. Quelqu'un de l'extérieur est en train d'établir une connexion...
- Préparez-vous à fermer l'iris dans ce cas. "
Le vortex s'ouvrit, et le major Sheppard activa presque immédiatement l'iris protecteur. Faisant cela, il jeta un coup d'œil sur l'adresse de leurs mystérieux et inattendus visiteurs, affichée par le DHD du tableau de contrôle atlante, et releva la tête vers Weir, abasourdi.
" Il s'agit de l'adresse de la Terre...
- Comment ?! "
Elisabeth se précipita vers lui et vérifia par elle-même la véracité de ses paroles. Il ne s'était pas trompé.
" Ils auraient réussi à trouver un EPPZ ?! s'étonna McKay en ouvrant des yeux ronds.
- Ou une autre source d'énergie suffisamment puissante, hasarda Elisabeth en souriant, les yeux remplis d'espoir.
- Ni l'une ni l'autre de ces solutions en vérité, déclara une voix grave derrière eux. "
Plusieurs techniciens présents dans la salle de contrôle poussèrent de petits cris de surprise, tandis que Sheppard, McKay et Weir faisait volte-face... pour se retrouver nez à nez avec Thor, ou tout du moins son hologramme.
" C'est un asgard, murmura McKay, stupéfait.
- Merci pour cette précision, Rodney. Je n'aurais jamais deviné tout seul. "
Malgré son ton ironique, Sheppard semblait complètement ébahi.
" Commandant Thor, c'est une joie de vous voir, le salua Weir avec un sourire.
- La joie est partagée, docteur Weir.
- Que nous vaut l'honneur de votre... apparition ? demanda Sheppard en s'approchant de l'hologramme, un peu méfiant cependant.
- Quatre vaisseaux asgards sont actuellement en orbite autour de l'une des lunes de cette planète. Le général O'Neill, qui se trouve à mes côtés, souhaiterait savoir si Atlantis a pris sa décision concernant sa demande d'asile.
- Nous sommes prêts à les accueillir dès maintenant, répondit Elisabeth. Mais vous dites que le général O'Neill est avec vous ?
- Oui, en compagnie de l'équipe SG1. Et du reste du personnel du SGC.
- Alors ça c'est impossible, parce que la Porte des Etoiles de la Terre vient de se connecter à la Porte d'Atlantis, rétorqua McKay.
- La Porte des Etoiles terrienne se trouve également à bord de nos vaisseaux. C'est pour cela qu'elle a pu se connecter à la votre sans difficulté...
- Et sans avoir besoin qu'une quantité importante d'énergie, termina Elisabeth, les yeux illuminés par la compréhension. Très bien.
- Nous souhaiterions que le transfert des membres du SGC s'effectue par la Porte des Etoiles, précisa Thor. Leur téléportation à bord de nos vaisseaux, ainsi que tout leur matériel en plus de la Porte des Etoiles, a nécessité une grande quantité d'énergie et nous souhaiterions économiser une autre dépense énergétique...
- Bien sûr. Je vais donner l'ordre de désactiver l'iris. Vous pouvez nous envoyer les équipes du SGC quand il vous plaira.
- Fort bien. Je me joindrais aux premiers arrivants. J'ai une demande à formuler auprès de votre équipe. "
L'hologramme disparut instantanément. McKay, Sheppard et Weir se jetèrent un regard intrigué.
" Une demande de la part des Asgards ? Habituellement c'est plutôt nous qui sollicitons leur aide, remarqua McKay, cyniquement.
- O'Neill m'avait parlé de certaines de leurs difficultés...
- En tout cas, tout ça nous enlève un souci majeur.
- Ah oui ? Et lequel Rodney ?
- Eh bien maintenant, on n'a plus à s'inquiéter que les Wraiths prennent le contrôle de notre Porte des Etoiles, vu qu'elle se trouve ici... Comme ça, à leur prochaine attaque, on pourra vraiment faire exploser la cité.
- McKay, maugréa Sheppard en faisant la moue. Vous êtes irrécupérable...
- Quoi ? Qu'est-ce que j'ai dit ? "

Atlantis, salle d'embarquement, galaxie de Pégase.

" Docteur Weir !!! Ça fait sacrément plaisir de vous revoir !!!
- Général O'Neill... Bienvenu sur Atlantis. "
La jeune femme s'avança vers le militaire et lui serra chaleureusement la main. Elle ne put s'empêcher de sourire en voyant son regard surpris et admiratif lorsqu'il regarda autour de lui.
" Dites, c'est une sacrément belle installation que vous avez là... Bien plus esthétique que celle du SGC... Je vais peut-être penser à me faire muter ici...
- Eh bien, techniquement parlant, c'est vous le nouveau chef militaire de la base à présent, remarqua judicieusement le major Sheppard en saluant O'Neill à la façon militaire.
- Repos, major. Alors, vous n'avez pas trop pris goût au pouvoir ?
- Non, mon général, ça peut aller de ce côté-là. Et puis le docteur Weir était là pour me remettre à ma place.
- Oui... Humm... On devrait peut-être s'écarter de là. Le reste du SGC ne devrait pas tarder à arriver à son tour, et ils sont plutôt chargés... Vous allez voir, on vous a ramené plein de souvenirs de la Terre. "
SG1 traversa à son tour la Porte.
" Colonel Carter ! Quelle joie de vous revoir ! s'écria McKay ironiquement.
- Ah oui, j'avais complètement oublié que vous aviez été affecté à la mission Atlantis, docteur McKay...
- Vous voulez peut-être retourner sur le vaisseau asgard, histoire de vous remettre de ce choc...
- Non, je pense que ça ira... Et puis, à ce que je vois, Atlantis est suffisamment grande pour que je parvienne à vous éviter.
- Désolé d'interrompre ces émouvantes retrouvailles, Carter, mais je crois que je vous ai confié quelques menues tâches, les coupa O'Neill.
- Désolée mon général... "
Daniel s'était un peu éloigné du groupe et avait déjà commencé à examiner l'ensemble de la salle d'embarquement d'Atlantis, absolument émerveillé.
" Daniel, et vos bonnes manières ?
- Je vous demande pardon, Jack ?
- Vous pourriez au moins saluer nos hôtes avant de vous lancer dans l'exploration de cette cité...
- Mais Jack, cet endroit est absolument stupéfiant ! C'est...
- Il est ravi de vous revoir, se sentit obligé de préciser O'Neill à l'adresse de Weir.
- Oui, j'avais compris, général. "
Deux équipes du SGC avaient déjà débarqué, transportant avec elle une quantité incroyable de matériel en tout genre.
" J'espère que vous avez de très grands placards...
- On devrait pouvoir s'arranger, le rassura Elisabeth en s'approchant de l'un des chars de transport. Mais ce sont les archives du SGC, n'est-ce pas ?!
- En effet. Nous avons dû faire un peu de ménage là-bas... Nous avons également emporté avec nous tous les artefacts trouvés depuis le début des missions Stargate... C'était une nécessité, disons. "
Elisabeth Weir se tourna vers O'Neill, le visage interrogateur.
" Je crois qu'il faut que je vous explique deux ou trois choses... Mais je dois d'abord m'assurer du bon déroulement de notre installation. Thor sera ici dans une petite heure à peu près.
- Très bien. Mes hommes sont à votre entière disposition. Major Sheppard, lorsque tout sera terminé, veuillez conduire le général ainsi que SG1 en salle de briefing, et convoquez le reste de l'équipe d'Atlantis pour une mise au point de la situation.
- A vos ordres, madame. "

Infirmerie, Atlantis, galaxie de Pégase.

L'équipe médicale d'Atlantis, épaulée par celle du SGC, s'affairait autour des militaires blessés du SGC. Fort heureusement, les Asgards s'étaient déjà occupés du plus gros travail de soin et la plupart des patients étaient dans un état stable et peu préoccupant. Laissant le soin au docteur Lam de superviser les traitements, Carlson Beckett examinait à présent, à la demande du docteur Weir, l'état de santé de la famille Hanlow, et plus particulièrement de Tommy et Gabrielle. Celle-ci commençait à s'exaspérer de tous ces examens médicaux, tandis que le garçonnet semblait au contraire trouver ça amusant, d'autant que les appareils médicaux d'Atlantis ne ressemblaient à rien de ce qu'il connaissait.
" Est-ce que ça vous fait mal lorsque j'appuie ici ? demanda-t-il à Gabrielle en appuyant sur sa nuque, à l'emplacement de la petite tâche brune.
- Non... Je me sens bien, je n'ai mal nulle part... J'ai déjà été ausculté par le docteur Lam sur Terre, et par la Asgard Freyja... Je crois que ça suffit comme ça maintenant !
- Je ne fais qu'obéir aux ordres. Il faut que vous compreniez que, même si vous êtes guérie a priori du Fléau, vous restez une menace pour cette cité.
- Moi, une menace ?! Vous plaisantez ?!!!
- Qui c'est si des membres d'Atlantis ne vont pas être infectés par...
- CE N'EST PAS UNE MALADIE !!! "
Elle se leva d'un bond de la couchette où elle était assise et lançant au docteur un regard courroucé. Le pauvre Beckett semblait tellement ennuyé qu'elle finit par se calmer.
" Physiologiquement, je suis parfaitement semblable à vous, docteur. Mais si ça peut vous rassurer de nous faire tous ces tests, allons-y... Que reste-t-il à passer ?
- Une sorte d'IRM version atlante... Rien de bien méchant. "
Il l'amena à une sorte de couchette au-dessus de laquelle se trouvait un appareil étrange, d'origine ancienne. Elle s'y allongea, bras tendus le long du corps.
" Bien. Vous semblez effectivement en bonne santé...
- C'est ce que je me tue à vous expliquer.
- Eh bien je suis déso... Attendez, qu'est-ce que c'est que ça ? "
Pressentant une mauvaise nouvelle, la jeune femme s'approcha de l'écran affichant ses caractéristiques physiologiques. Beckett avait zoomé sur l'IRM de son cerveau : différentes couleurs le coloraient, leurs vivacités dépendant de l'intensité de l'activité cérébrale de certaines zones.
" Je ne vois rien d'anormal.
- Vous voyez cet endroit ? demanda Beckett en désignant le bas de l'image, l'endroit où précisément était apparue la marque brune. Cette partie du cerveau humain est habituellement très peu active... En fait, il existe plusieurs zones du cerveau humain que nous ne sollicitons pas. Mais chez vous, cette zone semble connaître une hyperactivité... C'est étonnant...
- Etonnant ? Mais en termes clairs, ça veut dire quoi ?
- Je n'en sais rien... Nous ignorons totalement à quoi servent les parties végétatives du cerveau humain... Mais il se pourrait que ce soit une des raisons de votre résistance au Fléau...
- Ou bien une conséquence.
- Oui, en effet... Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir. Je vais également faire passer une IRM à Tommy. S'il possède la même suractivité cérébrale, alors que c'est vous théoriquement qui l'avez guéri, alors cela voudrait dire qu'il s'agit d'une conséquence de votre guérison. Mais dans le cas contraire...
- Dans le cas contraire, vous aurez peut-être trouvé une piste pour combattre le Fléau... Parfait... Au moins, vous ne perdez pas de temps, vous ! "

Salle de briefing, Atlantis, galaxie de Pégase.

Cela faisait près de deux semaines déjà que les membres du SGC et les Asgards s'étaient installés sur Atlantis. Le docteur Weir avait accepté de donner un libre accès à leurs alliés extraterrestres de l'ensemble des données contenues dans la base informatique de la cité. Les Asgards s'étaient établis dans l'un des nombreux laboratoires des anciens, mais avaient conservé leurs quartiers de vie sur leurs vaisseaux, ce qui avait arrangé le major Sheppard qui avait craint un surcroît de sécurité à fournir. Quelques scientifiques Asgard avaient même proposé leur aide au docteur Beckett et McKay dans le cadre de leurs travaux et recherches actuelles.
Les équipes du SGC s'étaient presque parfaitement intégrées à celles d'Atlantis. En réalité, leur arrivée et l'apparition de nouveaux visages amis avaient donné un nouveau souffle et un regain de motivation au personnel de la mission Atlantis, même si l'annonce des évènements dramatiques passés sur Terre et la quasi-certitude d'avoir perdu des proches les avait également beaucoup affectés.
Le docteur Weir et O'Neill avaient décidé d'un commun accord d'organiser tous les deux jours une réunion en salle de briefing avec l'ensemble des responsables de recherches des unités SGA, SGC et Asgardes. Alors que les travaux asgards s'annonçaient longs et complexes, le problème du Fléau lui en revanche avait pris une tournure inattendue et soudaine.
" Et vous dites que ces deux survivants présentent la même anomalie cérébrale au même endroit ?
- Oui, docteur Weir. Exactement au-dessus de l'endroit où les tâches brunes sont apparues. Mais ce n'est pas le plus stupéfiant.
- Ah non ? s'étonna O'Neill que le précédent rapport scientifique asgard avait littéralement assomé.
- Nous vous avons déjà expliqué que cette zone cérébrale était en principe végétative chez l'ensemble des êtres humains, et que chez nos deux patients, elle ne l'était plus, bien au contraire. Ces secteurs de leurs cortexs cérébraux présentent une forme d'hyperactivité due sans doute à...
- Carlson, le coupa gentiment Elisabeth. Allez droit au but, s'il vous plaît.
- Eh bien, dans le cas de Gabrielle uniquement, il semblerait que toutes les nombreuses autres zones inactives de son cerveau présentent les premiers signes d'un réveil imminent. C'est un cas médical sans précédent ! C'est stupéfiant ! "
Le docteur Beckett exultait. L'entrain du docteur Lam semblait un peu plus modéré.
" Cela aurait donc un rapport avec leur guérison, n'est-ce pas ?
- Oui, docteur Weir, sans aucune hésitation. J'ai fait passer de nombreux IRM à d'autres membres du SGC, et aucun ne présente de telles anomalies.
- Le plus étrange, intervint le docteur Lam. C'est que l'amplification du phénomène ne semble toucher que Gabrielle... Nous supposons que c'est dû au fait qu'elle ait guéri il y a déjà un peu plus de huit mois maintenant. Mais il est plus que probable que le jeune garçon connaisse les mêmes effets d'ici quelques semaines.
- Est-ce dangereux pour eux ? s'inquiéta O'Neill en fronçant les sourcils.
- Non, pas à première vue. Gabrielle semble simplement un peu plus fatiguée que d'ordinaire. Mais hormi cette fatigue, aucun trouble n'est apparu. "
Les scientifiques présents chuchotaient entre eux à présent, s'échangeant leurs impressions. Agacé par leur brouhaha, O'Neill s'adressa de nouveau à Beckett suffisamment fort pour faire stopper la plupart des conversations.
" Ce phénomène ne présente aucun danger pour le reste des habitants de la cité, n'est-ce pas ?
- Non. Le docteur Lam et moi pensons qu'il s'agit là d'un effet involontaire de la résistance au Fléau... Après tout, nul n'était censé en sortir vivant.
- Donc vous ne préconnisez pas de mise en quarantaine, insista soudain Kavanagh, visiblement déçu.
- Non, nous n'en voyons pas l'utilité, en effet, intervint le docteur Lam en jetant au scientifique un regard glacial. Cependant, si ça peut vous rassurer, cette jeune personne passe le plus clair de son temps à l'infirmerie, à passer des examens et à se reposer. Mais de toutes façons, docteur Kavanagh, même si le Fléau venait à sévir dans la cité, ce n'est pas une mise en quarantaine qui l'arrêtera. Je vous rappelle qu'il ne s'agit pas d'une maladie, mais d'intrusions mentales. Les murs sont donc une barrière inefficace.
- Oui, enfin, ça c'est l'une des malades qui vous l'a appris, remarqua Kavanagh avec mépris. La véracité de ses paroles peut donc être remise en question.
- Par un esprit aussi étriqué que le votre, sans doute, répondit sèchement O'Neill. En attendant, cette jeune personne est la première survivante d'un mal qui a causé des milliards de morts, et elle a pu sauvé la vie d'un garçon de huit par-dessus le marché. Alors tant que vous n'en aurez pas fait autant, nous estimons tous ici que ses paroles ont plus de poids que toutes vos belles théories et critiques. "
Le scientifique s'empourpra violemment, mais se garda bien de répondre à O'Neill.
" Bien. Je crois qu'il est temps d'achever cette réunion, annonça le docteur Weir avec un sourire. Merci à tous pour votre présence. "
Elle sortit de la salle presque aussitôt, le visage soucieux, suivis de Sheppard, McKay et Teyla, dont SG1 avait fait la connaissance quelques heures après leur arrivée.
" Le docteur Weir semble ennuyée, remarqua O'Neill à l'adresse de Beckett.
- Elle l'est. L'une des planètes sur laquelle nous avions établi des liens commerciaux a été victime d'un raid des wraiths il y a deux jours. La plupart des habitants ont été faits prisonniers, et le docteur Weir craint que l'un d'eux ne parle de notre présence.
- Et c'est maintenant seulement que je l'apprends ! s'insurgea O'Neill en se précipitant vers la salle de contrôle. C'est à se demander qui porte le grade de général ici ! "
Samantha et Teal'c le suivirent en courant.
" Daniel... Vous pourriez passer à l'infirmerie, s'il vous plaît ?
- Pourquoi ça, docteur Lam ? Je me sens parfaitement bien.
- Gabrielle aimerait bien vous voir... "
L'archéologue leva vers le médecin un regard ennuyé.
" C'est vrai que je n'ai plus été la voir depuis notre arrivée ici... Mais j'ai beaucoup de travail, vous savez. Comme nous ignorons combien de temps nous allons rester, je souhaiterais travailler autant que possible sur Atlantis. Qui sait à quel moment je pourrais revenir une fois parti.
- Elle veut simplement avoir de vos nouvelles, insista le docteur Lam. Cela lui ferait du bien. A part moi, Carlson et la famille Hanlow, Gabrielle a peu de contact ici.
- Très bien. J'essaierais de passer dans la soirée, ça ira ?
- Parfait. Je vais lui annoncer votre visite, elle sera ravie. "

Salle des archives, Atlantis, galaxie de Pégase.

Gabrielle se fraya un passage au milieu des caisses et des chars de transport, que les équipes SGC n'avaient pas pris le temps de décharger. Ne contenant que des archives et des artefacts sans utilité immédiate, nul en effet n'était pressé d'y mettre de l'ordre. Elle fouilla un peu partout, à la recherche de rapports bien précis que le colonel Carter lui avait indiqué être entreposés dans une caisse spécifique. Mais le rangement du matériel s'était effectué avec une telle précipitation qu'un capharnaeum sans nom s'étalait devant Gabrielle, l'empêchant de trouver les dossiers qu'elle cherchait. Désespérant de trouver, la jeune femme avisa l'un des chars et décida d'y grimper, afin d'avoir une vue d'ensemble de la salle. En équilibre précaire sur les sacs rangés en vrac sur le char, elle regarda autour d'elle, les yeux plissés et les sourcils froncés.
" Mais qu'est-ce que vous faites là-dessus ? "
Surprise, la jeune femme se tourna vivement en direction de la porte, mais les sacs n'étant pas stables, elle perdit l'équilibre. Elle ferma les yeux, prête à subir le choc de sa chute, mais deux bras puissants la rattrapèrent juste à temps.
" Merci Teal'c, dit Gabrielle en souriant au jaffa. Sans vous, je me serais fait sans doute très mal...
- Je vous en prie. Ce fut un plaisir.
- Vous pourriez peut-être la poser maintenant ? "
Daniel adressa à un Teal'c un sourire obligé, mais son regard brillait d'une lueur que le jaffa ne lui avait jamais vu. La jeune femme, une fois de retour sur la terre ferme, partit en direction de l'un des coins de la salle d'archives.
" Que faites-vous, Gabrielle ? demanda Teal'c.
- J'essaie de trouver les rapports rédigez par SG1 concernant vos rencontres avec les Anciens. J'ai déjà pris connaissance de ceux des équipes d'Atlantis, mais c'est insuffisant... "
La jeune femme disparut derrière un empilement de caisses et de conténaires.
" Il me semble les avoir vu dans le bureau de Daniel Jackson. "
Gabrielle surgit aussitôt, les cheveux en bataille, les joues rouges.
" Cela fait près d'une demi-heure que je les cherche, reprocha-t-elle à l'archéologue qui ne put retenir un sourire amusé en voyant son allure débraillée.
- Si vous étiez venue me voir directement, vous n'auriez pas perdu votre temps.
- Oh mais j'ai essayé, docteur Jackson ! L'ennui c'est que vous êtes très difficilement joignable ces temps-ci... "
Son ton était devenu froid et dur. Elle lança un regard noir à l'archéologue.
" J'ai été très occupé ces temps-ci...
- Au point d'oublier une visite que vous aviez promis au docteur Lam ?! "
Il déglutit péniblement, mais s'efforça de garder le sourire et son air détaché.
" Je suis désolé et vous présente mes excuses, ça vous convient ? "
Elle lui adressa un sourire narquois.
" Très, mais même si je vous pardonne, je ne suis pas prête d'oublier ça, docteur Jackson. "
Daniel gromela quelque chose, qu'elle ne comprit pas.
" Seriez-vous rancunière, Gabrielle ? s'étonna Teal'c en fronçant les sourcils.
- Non, Teal'c, je ne le suis par d'ordinaire... Seulement envers les personnes que j'aime bien, c'est tout. Parce que ça me blesse plus particulièrement. "
Teal'c observa Daniel et Gabrielle à tour de rôle, sentant bien que la joute verbale qui les opposait tous deux revêtait bien plus qu'un simple caractère amical.
" On pourrait peut-être aller chercher ces dossiers tout de suite ? proposa la jeune femme pour rompre le silence qui s'était installé.
- Je dois retourner auprès d'O'Neill... Thor l'a convoqué en salle de contrôle, mais sans en spécifier la raison.
- Très bien, Teal'c. Allez-y, je vous y rejoindrais dès que j'aurais accédé aux caprices de cette jeune personne. "
Teal'c les salua, puis quitta la pièce non sans redouter que leur petite altercation ne dérape en une lutte plus violente et physique, aux vues de leurs caractères bien trempés. Daniel invita galament d'un geste de la main la jeune femme à sortir de la salle des archives, et tous deux prirent la direction des nouveaux quartiers de vie, où avait dû être installé le bureau du docteur Jackson. Aucun des deux ne parla durant tout le chemin.
Une fois arrivés dans la pièce, Daniel saisit une petite pile de dossiers sur l'une des étagères murales et les tendit à Gabrielle.
" Que comptez-vous en faire ?
- Mieux comprendre la psychologie ancienne... Et peut-être aussi trouver un moyen de les convaincre de nous aider.
- Rien que ça ?! pouffa Daniel, moqueur.
- Je n'ai pas la solution, Daniel.
- Tiens vous m'appeler à nouveau par mon prénom.
- Je suis sérieuse : je n'ai pas la solution. Je ne suis pas la solution. "
Le ton sérieux et plein d'applomb de Gabrielle le fit cesser de rire. Il sonda son regard, ne saisissant soudain que trop le sens de ses paroles.
" Le fait que vous ayer sauvé Tommy tend à prouver le contraire. Ce que vous dites est ridicule, Gabrielle. Vous possédez la solution au Fléau. Il faut simplement trouver comment exploiter ce potentiel...
- Vous parlez de moi comme si j'étais une chose... une machine... Le docteur Beckett parle de moi comme si j'étais une rareté biologique, et les autres scientifiques, comme ce Kavanagh, me considèrent comme une erreur de la nature...
- Où voulez-vous en venir ?
- Je ne suis rien de tout ça, Daniel !!! Je ne suis ni une héroïne, ni une exception naturelle, ni quoi que ce soit d'autre !!! Mais vous avez tous tellement peur de ce qui peut arriver que vous refuser de voir la vérité en face ! Et maintenant que je suis là, vous avez trouvé le bouclier parfait pour vous voiler la face.
- C'est la peur et la fatigue qui vous font dire de telles choses...
- Oui, j'ai la frousse ! Une trouille monstrueuse de tout ça, de cette cité, de ce qui se passe dans ma tête ! Et je suis fatiguée de porter l'espoir de tout un peuple toute seule, simplement parce que j'ai eu la chance, si s'en est vraiment une, de survivre à cette abomination de Fléau...
- Gabrielle, murmura Daniel d'un tom apaisant en s'approchant d'elle. Calmez-vous...
- Ne m'approchez pas, Daniel ! J'ai l'esprit suffisamment embrouillé comme ça sans avoir à gérer en plus des sentiments que je suis incapable ni de comprendre, ni de maîtriser. S'il vous plaît, restez où vous êtes. "
Daniel ne bougea plus, trop stupéfait par les paroles de Gabrielle pour avoir encore l'idée de remuer ne serait-ce que les mains. Elle le fixait, les yeux larmoyants et suppliants, troublés par deux désirs opposés : l'un qu'il passe outre ce qu'elle venait de lui dire et qu'il la prenne contre lui, l'autre de quitter la pièce sans plus attendre.
" Je ne suis pas la solution, répéta-t-elle plus lentement. Et Tommy non plus. Aucun homme ne l'est. Vous le savez. Tout le monde le sait, mais nul n'ose le dire, parce que cela risquerait de faire voler en éclat l'unique espoir de tous nous sauver.
- Et d'après vous, Gabrielle, quelle serait cette vérité si terrible ?
- L'humanité ne peut rien contre le Fléau. Elle ne peut qu'y survivre. Les seuls capables d'y mettre un terme seraient les Anciens...
- Mais ils refusent d'intervenir dans le cours de l'évolution des autres êtres vivants. "
Ce n'était pas une protestion que Daniel venait de formuler, mais une simple et froide constatation. Il sut, en disant cela, que Gabrielle avait visé juste. Il le savait depuis longtemps déjà, il était mieux placé que quiconque pour le savoir, étant donné son ancienne existence d'Ascendant.
" C'est injuste, murmura Daniel en se laissant tomber sur une chaise, près de son bureau. C'est un combat perdu d'avance...
- Peut-être pas. Nous pouvons toujours essayé de les convaincre de nous aider. Tous les Anciens ne se sont pas soumis à leur première loi de non-intervention... Daniel... "
Il avait l'air tellement abattu par cette révélation, par cette vérité qu'il s'était caché... Il leva vers Gabrielle un regard perdu, un regard d'enfant égaré au milieu d'une forêt sombre. Elle s'approcha de lui, attendrie soudain par ce regard. Il semblait tellement fort, tellement sûr de lui, tellement calme et serein la plupart du temps. Tous ces traits de caractère cachaient en réalité quelque chose de plus sensible... Quelque chose qu'il avait préféré garder cacher depuis la mort de Sha're. Elle prit son visage dans ses mains, un doux sourire aux lèvres.
" Certains Anciens se sont rebellés contre cette loi... Tout espoir est encore loin d'être perdu... Moi, j'y crois en tout cas...
- Et j'ai très envie de croire en ce que tu dis... "
C'était la première fois qu'il la tutoyait. Un frisson la parcourut à ces mots. Il passa ses bras autour de sa taille, l'attira à lui. Elle pencha son visage vers le sien, effrayée par les différentes émotions et sensations qui s'emparaient d'elle successivement.
" Gabrielle, je... "
Elle mit un doigt sur sa bouche pour l'empêcher de parler. Elle n'était pas prête à entendre ces mots-là encore. C'était trop tôt. Leurs lèvres n'étaient plus qu'à quelques centimètres. Leurs souffles se mêlaient déjà. Leurs bouches s'effleurèrent et...
" Les responsables de recherches des unités SGC, SGA et asgardes sont convoquées de toute urgence en salle de briefing !!! "
L'appel fut répété une seconde fois, puis le silence revint. Gabrielle s'écarta vivement de Daniel, le visage écarlate, les yeux baissés, une intense frustration et un immense soulagement se disputant son esprit. Daniel se leva précipitemment, et quitta la pièce sans un mot ni un regard pour la jeune femme, troublé et passablement désorienté.

Salle de briefing, Atlantis, galaxie de Pégase.

Thor se tenait debout face à l'assemblée des plus hauts membres du SGC et d'Atlantis.
" Il y a quelques heures, nos vaisseaux ont reçu une transmission provenant du vaisseau-guetteur laissé en orbite autour de la Terre. "
Sheppard esquissa une grimace, et gromela un " ça n'est pas une bonne nouvelle " à l'oreille de Teyla, dont le visage était grave et le regard fixé sur le Asgard.
" Ce message nous a appris une reprise de l'activité dévastatrice du Fléau parmi les habitants de votre planète. Le nombre de morts depuis votre départ représenterait déjà plus de dix milliers d'individus. "
La nouvelle fut accueillie par une vague de murmures catastrophés. O'Neill se leva de son fauteuil, et prit la parole.
" Je suis au regret de reconnaître qu'il existe une forte probabilité pour que ce soit notre départ qui ait provoqué une telle recrudescence du Fléau... Aussi ai-je décidé de repartir sur Terre en compagnie de tous les membres du SGC qui souhaiteraient m'accompagner. Thor s'est proposé généreusement de nous ramener sur Terre.
- Mais mon général, intervint Sheppard, choqué par ces deux nouvelles. L'accueil sur Terre risque d'être extrêmement tendu, et lourd de conséquences pour vous. Rien ne nous dit que vous serez les bienvenus...
- Je sais, major. Aussi emporterons-nous comme gage de bonne volonté et de paix la Porte des Etoiles, restée sur l'un des vaisseaux asgards. Voilà... Quelqu'un d'autre a-t-il quelque chose à ajouter ? "
Il y eu un silence gêné.
" Oui, moi. "
Tous les visages se tournèrent en direction des portes de la salle de briefing. Gabrielle s'avança au milieu de la pièce, tremblante de se trouver ainsi face à autant de personnes, mais la détermination marquant ses traits.
" Retourner sur Terre ne changerait rien, général. Je puis vous l'assurer. Tout ce que vous parviendrez à faire, c'est vous mettre en danger...
- Et pourquoi est-ce une si mauvaise idée ? insista O'Neill que l'intervention de Gabrielle ne semblait pas vraiment contrariée, au contraire.
- Si le Fléau a pu reprendre son travail de mort, c'est parce que la population terrienne s'est rendue compte de son erreur par le biais de votre départ. Vous n'avez fait qu'accélérer un processus fatal de toutes façons...
- Mais nous ne pouvons rester ici les bras croisés ! intervint McKay.
- Ce n'est pas ce que j'ai dit, docteur McKay. "
Elle étudia les visages de son auditoire d'un rapide coup d'œil, en prenant soin d'éviter celui de Daniel.
" Le docteur Beckett estime ne pas être en moyen de trouver une solution au Fléau à partir de votre cas et celui de l'enfant avant un certain temps, souligna Samantha, soucieuse. Nous ne pouvons attendre aussi longtemps...
- Vous ne tirerez de toutes façons rien de moi, ni de Tommy. Et vous le savez. Le Fléau n'est pas une maladie. Le Fléau est un mal infligé à la Terre par les Oriis. L'unique moyen de s'en débarasser est d'éradiquer la source émettrice de ce mal. "
Tous s'échangèrent des regards explicites.
" Vous voulez vous attaquer aux Oriis ? finit par lâcher McKay, railleur. Les mutations de votre cerveau vous ont fait perdre la raison...
- Je sais que ça a l'air dingue. Mais il n'y a aucune autre solution...
- Nous n'avons aucun moyen de battre les Oriis, intervint Samantha. C'est comme si vous nous suggériez d'attaquer les Anciens...
- C'est justement là où elle veut en venir, Sam. "
Samantha lança un regard étonné et sceptique à l'archéologue. Celui-ci semblait abattu et fatigué, mais son regard brillait d'une nouvelle énergie.
" Ce que Gabrielle essaie de vous faire comprendre, c'est qu'elle ne possède pas la réponse à notre problème. Elle est parvenue à se défendre du Fléau en puisant dans ses propres ressources, mais elle n'est qu'un cas bien particulier. Elle a réussi à sauver Tommy également, mais elle n'a fait que lui montrer la voix. C'est l'enfant qui a fourni le plus gros de l'effort dans son combat contre le Fléau. Ils ont tous deux survécu, mais l'humanité reste impuissante face à ce mal...
- Autrement dit, on n'a plus qu'à se tirer une balle dans le caisson, grogna McKay.
- Rodney, je ne crois pas que ce soit cela que le professeur Jackson essaie de vous dire, le réprimanda Weir. Je vois où vous voulez en venir... Vous pensez tous deux que nous, en tant que simples hommes, sommes incapables de régler le problème. Mais il existerait d'autres êtres capables de le faire : les Anciens.
- C'est tout à fait ça, acquiessa Daniel.
- C'est du délire ! s'écria McKay en pouffant nerveusement, et en levant les yeux au ciel. "
Il y eut un nouveau silence.
" Les wraiths et les goa'ulds sont les ennemis, disons, naturels de l'humanité. Ils ont besoin des hommes pour survivre. Et jusqu'ici vous êtes parvenus à vous en défendre, est-ce exact professeur McKay ? "
Rodney approuva silencieusement, d'un signe de la tête. Gabrielle reprit :
" Mais les Oriis n'ont pas besoin de nous pour exister. Ils sont une évolution particulière des Anciens, qui n'ont rien fait pour les empêcher d'évoluer de cette manière, alors qu'ils possèdent une lourde part de responsabilité dans ce processus.
- C'est bien beau de dire ça, mais ça ne change rien. Les Anciens refuseront de nous aider à combattre les Oriis. Nous ne sommes rien à leurs yeux ! Ils refusent d'intervenir dans les affaires des autres êtres vivants...
- C'est pourtant ce qu'ils ont fait, en créant involontairement les wraiths, puis en influençant l'évolution des Oriis. "
Rodney soupira, lassé. Il savait qu'il y avait une part de vérité dans les paroles de Gabrielle, mais cela ne changerait rien.
" Peut-être pourrions-nous essayé de mettre les Anciens face à leurs responsabilités, de telles façons à ce qu'ils soient obligés de nous aider, proposa finalement la jeune femme.
- Ils refuseront d'écouter, répondit McKay, harassé. Ils ont fait l'Ascension pour échapper justement à leurs responsabilités et ne plus faire d'erreur... Votre idée est vouée à l'échec.
- Vous en avez peut-être une autre, vous ?! s'emporta Gabrielle. "
O'Neill rejoignit la jeune femme, qui était toujours debout face à eux.
" Restez calme, Gabrielle... Il est normal que votre idée rende tout le monde un peu sceptique...
- Mais pendant que nous parlons, d'autres gens meurent sur Terre... Ils ignorent ce qui s'y passe. Ils n'ont pas vu tous ces camions chargés d'amener les corps aux crématoriums, ils n'ont pas ressenti la douleur de voir ses proches s'éteindre les uns après les autres lentement, sous leurs yeux. Ils n'ont pas vécu tout ça, et pourtant ils condamnent une idée, la seule proposée jusqu'à présent !
- Nous vous avons, vous... Peut-être que...
- Non, général ! Vous ne comprenez pas ! Je ne suis pas la solution !!! Je n'ai aucun moyen de vous aider !!! Aucun ! "
Elle tremblait de tout son corps, écoeurée par la passivité apparente des gens qui se tenaient face à elle. Daniel se leva et la prit contre lui, la berçant doucement pour la calmer. O'Neill observa les membres du SGC et d'Atlantis, dans l'attente, dans l'espoir que l'un d'eux trouve soudain la réponse tant souhaitée. Le docteur Weir en faisait de même, attristée par l'état dans laquelle se trouvait Gabrielle, trahissant un désespoir que nul ne voulait voir. Le regard de Weir et O'Neill s'attardèrent sur McKay, dont le visage semblait s'être figé.
" McKay ? l'appella Elisabeth, inquiète.
- Eh... Quoi ?
- Ça ne va pas ?
- Je réfléchissais aux paroles de Gabrielle... "
La jeune femme, dont la figure était cachée dans le cou de Daniel, leva ses yeux humides vers lui. Daniel la tenait tout contre lui, et avait passé un bras autour de sa taille. Son autre main était perdue dans l'épaisse chevelure aux reflets roux de la jeune femme. Mc Kay ne put s'empêcher d'éprouver une légère pointe d'envie.
" Jusqu'à présent, les rares fois où nous avons voulu négocier avec les Anciens, nous nous sommes contentés de les convaincre verbalement, en faisant simplement valoir nos arguments et notre point de vue.
- C'est difficile de pratiquer autrement, remarqua Sheppard avec un sourire ironique.
- Laissez-moi finir avant de vous moquer, voulez-vous ? Bon, en plus, jusqu'à présent, à chaque fois que nous leur avons parlés, c'était pour leur demander une aide dont nous n'avions en réalité pas tellement besoin.
- Ah bon ? Je crois qu'un coup de main lors de la dernière attaque wraith n'aurait pas été superflu, remarqua Samantha, dubitative.
- Oui, pas superflu, certes, mais pas indispensable, puisque nous nous en sommes sortis ! C'est là où je veux justement en venir...
- Je crois que je commence à vous suivre, murmura Sheppard, une lueur de compréhension faisant cintiller ses prunelles. Vous pensez que si les Anciens nous ont toujours refusé la moindre aide, c'était parce qu'ils se doutaient que nous trouverions une autre solution...
- Je suis étonné que vous ayez saisi aussi vite.
- Je fais des efforts pour m'améliorer.
- Mais imaginez que nous n'ayons pas trouvé de solution, observa Teyla.
- Oui, bon... Mais ce n'est pas arrivé.
- Donc d'après vous, poursuivit O'Neill en plissant le front. Ils n'interviennent pas parce qu'ils... croient qu'on est suffisamment grands pour s'en sortir.
- Oui. Jusqu'ici, nous avons toujours trouvé une parade contre les wraiths et les goa'ulds. Mais aujourd'hui, le problème est différent...
- Alors pourquoi n'interviennent-ils pas ? interrogea Samantha.
- Parce qu'ils sont toujours persuadés que nous avons les capacités pour nous en sortir...
- Sauf que ce n'est pas le cas, cette fois, acheva Gabrielle.
- C'est justement là que vos dernières paroles prennent un sens. Nous ne sommes jamais parvenus à les convaincre en leur parlant, et je suis certain que si nous réessayons encore cette fois-ci, même avec une situation aussi catastrophique, ils refuseraient encore de nous secourir. Il n'existe pas de mot suffisamment fort pour les persuader que notre cause est désespérée...
- Dans ce cas, c'est peine perdue, soupira Samantha. Si vous êtes certain qu'ils ne nous écouteront pas...
- Ils ne nous écouteront pas, c'est certain, la coupa McKay avec applomb. Mais ils pourront voir... "
Tous échangèrent des regards interrogateurs. Visiblement, aucun n'avait saisi le sens des paroles du scientifique.
" Vous voulez les emmener sur Terre, finit par lâcher O'Neill, un sourire sarcastique aux lèvres.
- Absolument pas, général. Mon idée, c'est qu'un Ancien fusionne avec l'un des membres du SGC, et voit par lui-même ce qui se passe sur Terre en visionnant ses souvenirs.
- Fusionner ?! "
McKay rougit en comprenant l'ambiguité de ses paroles. Sheppard, Carter et Beckett pouffèrent de rire devant son air embarassé.
" Euh... C'est un terme à ne pas prendre au pied de la lettre, général...
- Ce que le docteur McKay essaie de vous expliquer, c'est qu'il est possible à un Ancien de faire partager son esprit et ses impressions à un être humain, une fois sous sa forme d'énergie... Les deux esprits se mêlent l'un à l'autre, si vous préférez.
- Ah oui ! J'avais saisi, Carter... Mais c'est vraiment possible ?
- J'en ai déjà fais l'expérience avec Orlin, mon général, précisa Samantha, les joues roses.
- Et moi également, mon général, ajouta Sheppard après une hésitation. Avec une Ancienne rencontrée dans cette galaxie.
- Et vous, Daniel ? Pas souvenir d'avoir fusionné avec quelqu'un durant votre Ascension ?! "
Daniel perçut parfaitement le sous-entendu de la question d'O'Neill, mais se contenta de secouer la tête négativement en lui lançant un regard réprobateur.
" Et comment comptez-vous établir cette... fusion avec un Ancien ? questionna O'Neill, dont le bien-fondé de l'idée de McKay lui semblait plus que douteux.
- J'envisageais justement d'utiliser Chaya... l'Ancienne rencontrée par notre équipe il y a quelques mois, suggéra McKay. Elle est la seule avec qui nous avons pu nouer un contact... amical disons... N'est-ce pas, major ?
- Oui, on peut dire ça comme ça, Rodney, répondit Sheppard en le fusillant du regard.
- Vous vous rendez bien compte de l'improbable réussite qu'une telle mission représente ?! "
O'Neill semblait plus que jamais sceptique. Elisabeth, qui jusqu'ici s'était contentée d'écouter, décida d'intervenir devant l'air découragé de McKay.
" Général, cette idée est la seule que nous ayons et qui a une chance d'aboutir concrètement. Elle me semble tout à fait réalisable.
- Et si cette Ancienne... cette Chaya refuse, ou tout simplement nous annonce qu'elle ne peut pas nous aider ?
- Alors si les Anciens ne peuvent nous aider, je ne vois pas qui le pourra, répondit simplement Gabrielle. "
O'Neill lui jeta un regard ennuyé.
" Vous rendez-vous compte que si cette Ancienne accepte de fusionner avec l'un de nous, vous êtes la mieux placée pour accomplir cette mission ?
- Oui, j'en suis consciente, général.
- Qu'arrivera-t-il à Gabrielle pendant que Chaya visionnera ses souvenirs ? s'enquit soudain Daniel, inquiet.
- Il y a des chances pour qu'elle se remémore tout ce qui s'est passé pendant que cette Ancienne lira sa mémoire, hasarda Sheppard après avoir jeté un coup d'œil à Samantha. Ce sera certainement pénible...
- Êtes-vous vraiment prête à subir une telle épreuve ?
- Oui, général. "
Gabrielle était devenue très pâle, mais sa voix trahissait une très forte volonté. Daniel reserra inconsciemment son étreinte.
" Parfait, dans ce cas, docteur Weir, je n'ai plus rien à ajouter.
- La mission est acceptée. Major, je vous charge de l'équipe qui accompagnera Gabrielle. "

Hangar des jumpers, Atlantis, galaxie de Pégase.

" Je me demande qui est le plus nerveux des deux ? Le major, parce qu'il va revoir Chaya, ou bien Gabrielle, parce qu'elle va se faire scanner le cerveau ? "
Teyla donna une violente bourrade dans le dos de McKay : visiblement son humour ne lui avait pas plu.
" Vous pensez réellement que votre plan va fonctionner ?
- Je n'en sais rien, avoua le scientifique en montant à bord d'un jumper. Je l'espère... Parce que sinon, on va être dans un sacré pétrin ! "
Sheppard et Gabrielle se trouvaient déjà là. La jeune femme était assise à l'arrière du vaisseau, crispée et silencieuse, tandis que le militaire était aux commandes et exécutait d'ultimes vérifications.
" Détendez-vous, ça va bien se passer, la rassura Teyla. Chaya ne vous fera aucun mal. Ce n'est pas dans sa nature.
- Ce n'est pas la perspective d'être sondée par une Ancienne qui m'effraie... C'est l'idée de voler dans cette espèce de pot de yaourt...
- Ah, vous voyez bien, Rodney ! Le jumper ressemble à un pot de yaourt !!! Et ce n'est pas moi qui l'ai dit !!!
- Je vous en prie, major ! Quelle idée aussi d'appeler ces vaisseaux par un nom aussi ridicule... Jumper... ça ne fait pas très sérieux !
- Parce que vaisseau des étoiles c'est plus sérieux comme nom ? En plus, c'est un peu long... "
Les deux membres d'Atlantis entendirent Gabrielle et Teyla pouffer de rire.
" Au moins, maintenant, vous souriez. "
La voix du technicien Bradford se fit soudain entendre.
" Jumper 1, prêt à décoller ?
- Ici Jumper 1. Prêt à décoller. J'entre les coordonnées. "
Tandis que Sheppard appuyait sur les touches du DHD intégré au Jumper, McKay s'installa à la place du copilote. Le jumper sortit du hangar et se retrouva en salle d'embarquement. Sheppard tourna le vaisseau de telle façon à voir la salle de contrôle. Weir, O'Neill, Samantha et Daniel leur faisaient face, debouts sur le ponton surplombant la passerelle d'embarquement de la Porte des Etoiles.
" Bonne chance, major.
- Merci, docteur Weir.
- Essayez de nous ramener un ou deux Anciens, major. J'aurais deux ou trois mots à leur dire pendant qu'on les tiendra.
- Bien reçu, mon général. "
Gabrielle se pencha légèrement pour voir une dernière fois leurs visages.
" Le docteur Jackson semble tendu, remarqua Teyla.
- Il l'est. Il n'a pas arrêté de me tanner pour participer à la mission. Mais Elisabeth et le général étaient contre. Je ne sais pas pourquoi...
- Parce que je le leur ai demandé, major, répondit Gabrielle avec gêne. Il fallait que j'aie l'esprit clair pour cette mission. Daniel ne m'y aurait pas aidé... "
Sheppard et McKay se lancèrent un regard entendu et amusé, tandis que Teyla adressait un sourire complice à la jeune femme.
Sheppard orienta le jumper face à la Porte des Etoiles, et le vaisseau la franchit sans problème. Une fois sorti du vortex, la Porte se referma et Gabrielle se leva pour s'approcher du cockpit, fasciné par l'espace qui s'étendait devant eux.
" La Porte des Etoiles de cette planète se trouve en orbite. C'est pour ça que nous avons dû utiliser un jumper, expliqua Sheppard en amorçant une descente vers la planète.
- Cela arrive souvent ?
- Oui, relativement souvent. Mais ne me demandez pas pourquoi, je n'en ai aucune idée. "
Le jumper pénétra dans l'atmosphère de la planète sans dommage, et Sheppard le posa à proximité immédiate du temple où demeurait Chaya la dernière fois qu'il était venu.
" J'espère qu'elle est toujours ici, murmura-t-il en descendant du vaisseau par l'issue arrière. Je sais qu'elle ne vit pas tout le temps ici, pour préserver sa véritable nature.
- Les habitants de cette planète ignorent totalement ce qu'elle est ?
- Oui. C'est sa punition pour avoir voulu les garder en vie... C'est pour ça que cette mission s'annonce si difficile, ajouta McKay. "
Ils marchèrent une dizaine de minutes avant de parvenir au temple. Le bâtiment semblait désert. Il n'y avait aucun bruit, hormi celui du vent et des oiseaux.
" Cet endroit est très paisible, apprécia Gabrielle en examinant le couloir qu'ils longeaient.
- Content que cet endroit vous plaise. Comme ça on ne sera pas venu pour rien ; vous aurez eu droit à une belle balade !
- Rodney, parfois votre cynisme est un peu lourd.
- Ce n'est pas du cynisme, major. C'est de l'humour. Il serait tant de vous en rendre compte ! "
Ils descendirent une volée de marches et se retrouvèrent dans la cour principale.
" Chaya ?!! appella Sheppard sans grande conviction. Vous êtes là ? C'est John Sheppard !!! De la Terre !!! Vous vous souvenez de moi ?!
- Difficile de vous oublier, répondit McKay en reniflant dédaigneusement.
- Rodney, vous...
- Regardez ! s'écria Teyla, ébahie. "
Une incroyable clarté blanche venait d'apparaître par le mur qui leur faisait face, et flottait à quelques mètres d'eux. Ils restèrent plusieurs secondes à l'observer, avant que l'Ancienne ne se décide à prendre forme humaine.
" Je suis ravi de vous revoir, Chaya, la salua Sheppard, les yeux brillants.
- Moi aussi je suis heureuse de vous revoir, John... Mais je croyais vous avoir demander de ne plus revenir ici...
- Oui, je sais. Je vous l'avais promis... Mais les choses ont changé sur Atlantis. Nous avons besoin de votre aide. "
La jeune Ancienne secoua la tête, chagrinée.
" Je n'ai pas le droit de vous aider, vous le savez. Nos lois nous l'interdisent, à moi plus particulièrement. Il me semblait vous l'avoir expliquer... Repartez sur Atlantis, maintenant. "
Elle voulut se détourner d'eux et reprendre sa forme originelle, mais Gabrielle l'interpela.
" Le major Sheppard dit vrai ! Si vous ne nous aidez pas, notre peuple sera entièrement détruit ! Ceux de la Terre, mais certainement aussi ceux d'Atlantis trouveront la mort si vous refusez de nous écouter ! C'est tout ce que nous vous demandons : entendez-nous simplement. "
Chaya contempla la jeune femme avec suspicion, mais quelque chose dans ses yeux sembla la convaincre.
" Très bien. Je vous écoute. Asseyez-vous ici. "
Elle leur désigna trois bancs de pierre disposés en U. Ils s'y installèrent, et le major lui expliqua en détail la situation sur Terre, et la menace Orii qui tourmentait leur peuple.
" Avez-vous déjà entendu parler de ces êtres auparavant ?
- Les plus sages des êtres élevés m'ont appris que les Anciens étaient originaires de la galaxie d'Ida. Une partie d'entre eux seulement quitta cette galaxie pour la Voie Lactée. Les autres restèrent vivre dans la galaxie d'Ida. Ceux que vous connaissez sous le nom des Anciens furent ceux qui quittèrent la galaxie d'Ida pour s'installer sur Terre, puis dans la galaxie de Pégase. Lorsque la menace des wraiths obligea les Anciens a quitté Pégasus et Atlantis, ils retournèrent sur Terre. Mais avec leur accession à l'état d'Ascendants, certains décidèrent de retourner dans leur galaxie d'origine, rejoindre ceux que leurs ancêtres avaient quittés des millions d'années plus tôt. Leur évolution avait été assez similaire, mais les Anciens ne se rendirent pas compte que leur mentalité était différente. Ils leur ouvrirent le chemin de l'Ascension, sans se douter de ce qu'ils deviendraient. Fort heureusement, leur niveau de sagesse était insuffisant pour qu'ils atteignent un état d'Ascendant complet. Ils devinrent ceux que vous nommez les Oriis.
- Mais ce que vous nous dites n'est-il pas la violation de votre loi de non-intervention ? s'étonna Teyla.
- Non, dans le sens où les miens aidèrent ceux de leur propre peuple à s'élever.
- Une sorte de sens de la famille sélectif, remarqua McKay effrontément.
- Je n'ai pas à juger les actes des miens. Ils ont fait ce qu'ils ont cru juste.
- Mais aujourd'hui, c'est la Terre qui paie pour cette erreur de diagnostic. "
Chaya lança un regard noir au scientifique, qui le lui rendit.
" Je ne peux vous aider, répéta finalement l'Ancienne.
- Vous ne voulez pas nous aider, vous voulez dire, lança méchamment McKay, dont la mauvaise humeur était plus que palpable.
- Si vous préférez.
- Mais notre peuple ne peut se défendre seul ! s'écria Gabrielle avec véhémence. Nous avons pu nous défendre des wraiths, des goa'ulds, des réplicateurs et Dieu sait quoi encore, mais cette menace-là est bien trop grande pour que nous puissions y faire face !
- Je suis sûre que vous trouverez une solution. Les miens ont foi en votre espèce. Vous avez déjà prouvé à maintes reprises que vous étiez capable de faire face au danger.
- Pas cette fois-ci, intervint Sheppard, dont la déception était proche du désespoir.
- Vous ignorez à quel point les Oriis sont dangereux, ajouta Gabrielle.
- Pourtant vous êtes parvenue à surmonter cette épreuve, constata Chaya. Ainsi que cet enfant. C'est donc que vous n'avez pas besoin de notre aide.
- Mais ce que vous dites est totalement aberrant ! s'écria McKay, furieux de l'entêtement de l'Ancienne. Ils s'en sont peut-être sortis, mais avant eux des milliards de vie se sont éteintes !!! "
Chaya se leva.
" De toutes façons, seule je ne peux rien.
- En réalité, nous espérions que vous pourriez jouer les intermédiaires auprès des autres Anciens, avoua Sheppard.
- J'ai refusé de vous aider. Ils en feront de même. S'ils ne sont pas intervenus jusqu'ici, ils ne le feront jamais. Ils estiment eux-aussi que notre intervention n'est pas nécessaire. Je suis désolée, John.
- Attendez ! "
Gabrielle avait saisi Chaya par le poignet, mais pas de façon brutale.
" Vous ne pouvez comprendre ce que vous ne voyez pas. Et si vous ne comprenez pas, vous ne pouvez pas juger non plus.
- C'est juste, admit l'Ancienne, de nouveau attentive.
- Lisez en moi, dans ce cas. Le major m'a dit que vous aviez ce don. Lisez en moi et regardez mes souvenirs, ressentez la souffrance que les Oriis m'ont infligé sans raison aucune.
- Je ne peux...
- Vous le devez ! Par respect pour nous ! Si vous décidez une fois la fusion faite que notre demande n'a vraiment aucun sens, nous partirons... "
Chaya hésita, puis finalement hocha la tête.
" Très bien... Tenez-vous face à moi et n'ayez pas peur... "
Gabrielle ferma les yeux, éblouie, lorsque l'Ancienne eut repris sa forme de pure énergie, puis sentit soudain son corps devenir aussi léger qu'un nuage. Elle avait l'impression que son être tout entier était envahi par la lumière. Elle se sentait en paix.
" Je vais maintenant accéder à vos souvenirs, murmura une voix calme et sereine à son oreille. "
La sérénité qui l'habitait depuis quelques secondes à peine la quitta brusquement, et soudain des milliers d'images défilèrent dans son esprit à une vitesse vertigineuse. Elle revit les images affreuses de mort et de souffrance de ces neuf derniers mois, son combat douloureux contre le Fléau, la mort de sa sœur, le désespoir de ses parents, sa solitude et sa détresse à leurs disparitions, l'amertume de n'avoir pu les sauver, la peur et la tourmente de voir les habitants de la Terre périrent les uns après les autres...
" CELA SUFFIT !!! hurla-t-elle soudain. "
La peine et le chagrin qu'avaient réveillé ces souvenirs étaient si forts que sa poitrine lui faisait mal, comme si un étau l'oppressait. Elle avait le visage ruisselant de larmes, et apperçut Chaya face à elle, reprenant une forme physique, dans un état proche du sien. Tandis que Teyla se précipitait vers Gabrielle pour la soutenir, le major Sheppard avait fait asseoir Chaya sur le banc le plus proche, inquiet.
" Jamais je n'aurais cru...
- Pensez-vous réellement à présent que nous puissions vaincre les Oriis seuls ? hoqueta Gabrielle sans parvenir à retrouver une respiration régulière, secouée par les sanglots.
- Si votre Ascenssion vous a laissé quelques traces d'humanité, vous devez nous aider, supplia McKay. Ou bien nous allons tous mourir, à cause d'une erreur dont nous ne sommes pas responsables. Je vous en prie... "
Chaya les regarda tour à tour, pleurant toujours, atterée par ce qu'elle avait lu dans l'esprit de la jeune femme.
" Fort bien. Je parlerais au Haut Conseil des Anciens... "

Salle d'embarquement, Atlantis, galaxie de Pégase.

" Soyez de nouveau la bienvenue sur Atlantis, Chaya, salua le docteur Weir en adressant un sourire amical à la jeune Ancienne.
- C'est un plaisir de vous revoir.
- Le plaisir est partagé, ajouta Sheppard en la saluant à son tour. "
Chaya lui adressa un sourire équivoque.
" Chaya, j'aimerais vous présenter le général O'Neill, le colonel Carter, Teal'c et le docteur Jackson. Vous connaissez déjà Gabrielle...
- Enchantée de faire la rencontre de nouveaux Terriens. "
Leur ayant adressé un signe de tête en guise de salut, elle se tourna vers la jeune femme restée en retrait.
" Vous êtes-vous remise de notre... première rencontre ? s'inquiéta Chaya.
- Oui, je vais bien. C'est gentil de vous inquiéter. "
La jeune femme semblait en effet avoir bonne mine, mais l'Ancienne attarda son regard sur elle
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong