Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Informations :
Auteur : Nathy
: 28/12/2005
Note : 8
Nombre de votes : 2


Histoire :
Note de l'auteur : Petite fic écrite comme ça...

Rating : général

Spoilers : Aucun de bien précis...

***

Virus



La porte s'activa. Immédiatement, le docteur Weir donna l'ordre de fermer l'Iris. Puis, croisant les bras, elle attendit la confirmation du code de l'équipe d'exploration du Major Sheppard.
- C'est le code du Major, madame, fit Grodin en se tournant vers elle.
- Bien ! Ouvrez l'Iris ! ordonna t'elle heureuse de voir que le Major et ses hommes étaient de retour à l'heure.

Grodin exécuta ses ordres et l'Iris s'ouvrit. Quelques instant plus tard, le Major traversait le Vortex, suivit de près par le docteur McKay et Teyla. Le Lieutenant Ford fermait la marche.
- Bon retour sur Atlantis Major ! l'accueillit Elisabeth.
Le Major regarda autour de lui d'un air satisfait.
- Merci bien...
- Rendez vous pour le Briefing dans une heure et demi... prévint Weir avant de se retourner vers Grodin.

Le Major et ses compagnons prirent donc la direction de leurs quartiers pour prendre une douche et se préparer.

*oOo*oOo*oOo*


Une heure et demi plus tard, le Major entrait dans la salle de Briefing. Il avisa le docteur Weir, assise à sa place habituelle. Les autres n'étaient pas encore arrivés.
- Il semblerait que je sois le premier ! fit-il remarquer.
- En effet... Asseyez-vous Major. Lui demanda le docteur Weir.
John obtempéra. Quelque instant plus tard, Le lieutenant Ford, apparaissait suivit par Teyla.
- Bien.. Il ne manque plus que McKay... fit Elisabeth en regardant sa montre.

Mais Rodney n'apparut que cinq bonnes minutes plus tard à l'étonnement de tout le monde, puisqu'il était connu pour sa ponctualité.
- Excusez moi... fit le scientifique avant d'aller s'asseoir en face de Sheppard qui remarqua à quel point il avait l'air épuisé.
Pourtant la mission avait été très calme et ils n'avaient pas eu à faire grand chose. John détourna son attention sur le docteur Weir quand celle-ci commença à parler.
- Comment s'est déroulée cette mission ?

Le Major prit la parole.
- Très tranquille... Nous avons fait la connaissance d'un peuple ancien, assez semblable au peuple de Teyla... Pas très évolué... Qui ont eu de nombreuses fois affaires aux Wraiths.
Il fit une légère pause.
- Peuvent t'ils nous apporter quelque chose ? Nourriture ? Technologie ? Renseignements ? demanda Weir.
John hocha la tête négativement.
- Non... Comme je l'ai dit c'est un peuple assez retardé au niveau de la technologie... Pour les renseignements, ils n'en connaissent pas plus que nous sur les Wraiths.
- Et pour ce qui est de la nourriture ? redemanda Elisabeth.
- Ils nous on donner un peu de leur nourriture mais...

Il fronça légèrement les sourcils.
- C'est assez curieux à vrai dire... Ils nous ont dit, que leurs ancêtres avaient trouvés de cette nourriture en grande abondance il y a des centaines d'année. Une nourriture qui ne pourrissait pas malgré le temps et qui était bonne à manger n'importe quand... Mais leur stock finit par ce tarir... Et aujourd'hui il nous ont fait goûter leurs dernières réserves. Ils sont obligés de cultiver pour survivre et cela ne marche pas très bien...
- Donc aucun espoir de ce côté là... fit lucidement Elisabeth.
- Non...

Le Docteur Weir se tourna vers les autres membres de l'équipe.
- C'est aussi votre avis ?
Teyla hocha la tête affirmativement.
- Oui Madame..., approuva Ford.
McKay... ne répondit pas. Le visage crispé, plus blanc que jamais, il ne se sentait visiblement pas à son aise.
- Rodney ? Vous vous sentez bien ? demanda inquiète Elisabeth en le voyant ainsi.

McKay se força à sourire.
- Ne vous inquiétez pas... Juste un gros mal de tête... Je... Je devrais peut-être sortir un peu...
Joignant le geste à la parole il se leva, prenant appuis à la table. Mais quand il voulut avancer vers la porte, il se sentit défaillir, ses jambes ne le portèrent plus, un voile passa devant ses yeux et il s'écroula à terre, inconscient.
- Rodney !
Ford, le plus proche du scientifique, se pencha immédiatement sur lui, et lui prit le pouls.
- Il respire encore !
- Une équipe médicale en salle de Briefing immédiatement ! appela le Docteur Weir.
John rejoignit Ford après de McKay qui gisait par terre, immobil, tel un cadavre.
- McKay ? Vous m'entendez ? tenta t'il sans succès.

L'équipe médicale, guidée par le Docteur Beckett, entra à ce moment là dans la pièce.
- Ecartez vous ! Ecartez vous ! demanda expressément le docteur.
John et Haiden se poussèrent pour laisser l'accès libre au médecin.
Celui-ci commença par une auscultation rapide puis lui prit sa tension et autre mesure. Il se releva et fit signe aux personnes qui l'accompagnaient de mettre Rodney sur un brancard.
- Alors ? demande Sheppard.
Carson répondit les sourcils froncés.
- Rodney a contracté une maladie au cours de sa mission... Je ne vois pas d'autre explication... Il était en parfaite santé quand je l'avais ausculté quelques heures avant son départ... Et c'est loin d'être une maladie bénine visiblement..., fit t'il inquiet. Je n'ai encore jamais rencontré ça... Je l'emmène à l'infirmerie pour faire des analyses plus poussées...

Il laissa là les compagnons du malade et prit la direction de son infirmerie. Elisabeth se tourna vers John les sourcils arqués.
- En mission ?...
- Mais rien n'aurait pu... Nous n'avons rien fait de spécial ! Et ces gens n'étaient pas malades !
Elisabeth se mit à marcher de long en large.
- Qu'avez vous fait exactement ?
- Nous sommes arrivés, et nous avons parlé en...
Son regard se fit lointain.
-...mangeant un morceau...

Il se tourna vers ses compagnons.
- Ford, Teyla, vous rappelez lequel d'entre nous à manger le premier ?
Teyla hocha la tête lentement.
- C'est le Docteur McKay, Major... Je me souviens d'ailleurs que vous lui avez fait une remarque sur son estomac bien trop souvent actif...
Sheppard se tourna vers Ford pour avoir confirmation.
- C'est exact Major... Teyla a ensuite goûté à leur nourriture puis moi et enfin vous...
- Serait-ce possible que ce soit ça ? demanda Elisabeth.
- Je l'ignore mais c'est la seule chose que nous ayons faite...

Elisabeth le regarda puis regarda Teyla.
- Nous verrons.. Si Teyla présente les même symptômes dans quelques temps nous saurons si c'est bien ça... dit-elle avec logique.
L'Athosienne hocha la tête doucement.
- En attendant allons voir Rodney ! proposa John.
- Bonne idée ! approuva Ford.
Elisabeth accepta également.

*oOo*oOo*oOo*


Beckett courait à droite et à gauche, d'un microscope à un autre, en passant régulièrement par le lit de McKay.
- Alors ? Comment va t'il ? demanda Sheppard qui s'impatientait.
Beckett consentit à s'arrêter un instant.
- Ma foi... Son état m'inquiète beaucoup... Il semblerait qu'il est contracté un virus très violent qui est bien décidé à en finir avec notre pauvre Rodney...
Carson secoua la tête et poursuivit.
- Je lui ai administré des calmants et autres pour stopper un minimum la progression du virus mais je crains que cela ne suffise pas... Il s'habituera et surmontera tout les obstacles que je pourrais mettre sur sa route.

Beckett fronça les sourcils et demanda :
- Qu'avez vous fait de spécial ? Car je maintiens que McKay à contracté ça pendant votre mission... Et se qui est curieux c'est que cela ne semble pas contagieux...
- Et bien... commença Ford, le Major pense que c'est se que nous aurions manger... McKay en a manger le premier... Et c'est la seule chose que nous ayons faites !
- Quelqu'un d'autre à manger ?
- Tout le monde Carson... Si c'est ça... Tout le monde est contaminé... Et Teyla est sûrement la prochaine...

Carson jeta un regard à Teyla et au reste de l'équipe.
- Bien.. Je vais effectuer quelques analyses sur vous... Asseyez vous tous...
Ils obtempérèrent tous d'un seul mouvement.
- Pensez vous avoir une chance de sauvez Rodney ? demanda Sheppard alors que Carson lui faisait une prise de sang.
Beckett secoua la tête tristement.
- Si on ne trouva pas rapidement un vaccin, je crains qu'il ne survive pas longtemps...

Une fois les prises de sang effectuées, Carson leur dit :
- Vous pouvez partir, je vous rappellerais pour les résultat... Sauf vous Teyla ! Puisque vous semblez devoir être la prochaine à tomber malade je préfère vous garder à l'oeil... J'espère que vous me comprenez... Qui est le prochain après Teyla normalement ?
- Moi... dit Ford.
- Bien... Dans ce cas revenez dans une demi-heure... Vous Major, je veux vous voir dans une heure maximum...
Chacun hocha la tête, montrant ainsi son accord et partir chacun de leur côtés.

*oOo*oOo*oOo*


Le Major Sheppard parcourut les couloirs avec lenteur. Il se dirigeait inconsciemment vers son endroit préféré : La plateforme qui donnait sur la mer.
Un sentiment de culpabilité ne cessait de grandir depuis sa sortit de l'infirmerie : il aurait du se méfier... Refuser la nourriture qu'on leur proposait... Surtout en ayant appris son histoire plutôt... inhabituelle !

Arrivé sur la terrasse il s'accouda à la rambarde, et fixa la mer sans la voir vraiment. Il resta comme ça un bon quart d'heure.
- C'est une vue plutôt apaisante n'est ce pas ? fit une voix derrière lui.
Il se retourna pour voir le Docteur Weir qui regardait également l'horizon.
- Que faîtes vous là ? demanda John.
- La même chose que vous il me semble...

Sheppard acquiesça légèrement et se renferma dans son silence. Elisabeth observa un instant son visage crispé et tendu avant de prendre la parole.
- John... Je sais que vous vous en voulez...
Son interlocuteur ne répondit rien.. Il n'y avait rien à répondre...
- .. Mais je sais aussi que vous n'y pouvez rien... continua Elisabeth.
- C'est faux ! L'interrompit Sheppard d'un ton dur, j'aurais du les empêcher de manger ces trucs ! C'est mon devoir de savoir ce qui représente un risque ou non !
- Vous ne pouviez pas le savoir...

Sheppard se tourna vers elle, le visage plus pâle qu'il ne l'était auparavant. Il cligna un instant des yeux avant de dire.
- Non j'aurais du... J'aurais du...
Il ne parvint pas à finir sa phrase. Quelle était cette douleur qui lui vrillait les tempes ?
Le paysage devant lui devint flou, il entendit vaguement Elisabeth dire un " John ? " avant de sombrer dans l'inconscience, après s'être écroulé par terre.

Elisabeth se précipita après du Major.
- Major ! Répondez moi !
Elle n'eut évidemment aucune réponse. Se redressant elle se mit à appeler frénétiquement :
- Une équipe médicale sur la plateforme Sud de la citée ! Vite !
- Que ce passe t'il Elisabeth ? lui répondit Beckett.
- C'est le Major...
- Comment ? Mais... Pourtant Teyla et Ford vont très bien !
- Faîtes vite ! l'interrompit Weir.
- J'arrive, ne bougez pas ! lui intima le médecin.

En effet quelques minutes plus tard, lui et son équipe débarquaient avec une civière.
- Même diagnostique... fit Beckett après l'avoir ausculté. Je l'emmène immédiatement à l'infirmerie, dit t'il en observant le visage couvert de sueur du Major.
Elisabeth suivit l'équipe médicale, morte d'inquiétude.

Quand ils entrèrent dans l'infirmerie, Teyla et Ford, assis tout deux sur une chaise, se levèrent.
- Major ! s'exclama le Lieutenant en le voyant allongé livide.
L'équipe le déposa sur un lit, à côté de celui de McKay.
Carson bouillait intérieurement.
- Je n'ai pas encore analysé ses échantillons de sang ! J'ai fait en priorité ceux de Teyla et de Ford puisqu'ils étaient sensés être atteint les premier ! Et curieusement je n'ai découvert aucune trace du virus dans leur sang.
Il jeta un coup d'oeil sur Sheppard.
- Mais visiblement je le trouverais dans le sang du Major...

Il soupira et se mit au travail. Elisabeth s'installa au chevet de John. Les yeux posés sur son visage rongé par la douleur et l'épuisement, qu'elle retrouvait sur le visage de celui du lit d'à côté.
Que ferait t'elle si le Major venait à disparaître ? Il l'aidait tellement par sa présence à soutenir cette cité... Il y mettait l'humour qu'il fallait, avec sa petite touche polissonne et parfois si gamine. Elle soupira. Le poids qui pesait sur ses épaules lui apparut plus lourd que jamais.

Comment pourrait t'elle annoncer sa mort aux autres ? Jamais elle ne le pourrait... Cela serait trop lui demander...
Elle le regarda une nouvelle fois. Et pour la première fois elle le tutoya en lui glissant doucement :
- N'abandonne pas.. Bas-toi !

Il lui sembla voir les paupières du Major se soulever légèrement, mais peut-être était-ce un effet de son imagination... Elle se tourna ensuite vers Rodney. Si il venait à mourir la cité était perdue... Qui viendrait à avoir de bonnes idées toujours désespérées ? Qui réparerait les Jumper ? Qui comprendrait le fonctionnement de tels ou tels engins ?
Rodney était indispensable... Et surtout, c'était son ami...

*oOo*oOo*oOo*


Assise à sa table, Elisabeth, les yeux dans le vague, attendait... Les mains autour d'une tasse de café qui avait eu tout le temps de refroidir. Elle sursauta au bruit de la voix de Beckett dans son oreille.
- Venez immédiatement à l'infirmerie Elisabeth ! lui disait t'il.
Celle-ci manqua de renverser son café de crainte.
- Ils sont au plus mal ?
Beckett la rassura.
- Leur état est stable... En particulier celui de Rodney... Non c'est autre chose, je pense avoir découvert quelque chose d'intéressant...
- J'arrive !

Effectivement, à peine cinq minutes plus tard, elle faisait irruption dans l'infirmerie.
- Alors docteur ?
Carson, s'avança vers elle.
- Il ne s'agit nullement de découverte médicale, mais cela n'en reste pas moins surprenant et intéressant.
- Venez en droit au fais Carson !
Le docteur Beckett la regarda dans les yeux et lui demanda :
- Quel est le point commun de nos deux malades ?

Le docteur Weir fut désarçonnée.
- Euh... Ce sont des hommes ?
- Non... Si c'était ça Ford serait aussi malade à l'heure qu'il est... Réfléchissez ! La réponse vous paraîtra évidente !
Elisabeth secoua la tête agacée.
- Je ne vois pas... Et il me semble que nous n'avons pas vraiment le temps de jouer aux devinettes !
- Bien... se résigna Beckett.
Il s'approcha du lit de ses deux patients. Puis il regarda à nouveau Elisabeth qui l'avait suivi.
- Ils possèdent tout deux le gène des anciens !

Elisabeth haussa un sourcil.
- Et vous pensez que c'est ça qui...
- Evidemment ! l'interrompit Carson, cela explique tout ! Pourquoi ils sont les seuls à tomber malades ! Cette nourriture devait contenir quelque chose... J'aimerais que vous envoyez une équipe en cherchez un peu que je puisse voir si c'est vraiment ça la cause...
- J'y pensais justement, approuva Weir, j'y vais sur le champs.

Elle quitta l'infirmerie d'un pas pressé, après avoir lancé un dernier regard au Major et au scientifique.

*oOo*oOo*oOo*


Les yeux fixés sur le microscope, Beckett, réglait son appareil avec soin. Il avait enfin l'échantillon de nourriture ramené par le Lieutenant Ford et Teyla qui étaient retournés sur le planète.

Une fois le microscope bien réglé, il colla son oeil contre l'orifice et regarda attentivement pour repérer une quelconque trace du virus. Il marmonna :
- C'est ça...
Et prit avec frénésie des notes sur le calpin posé sur la table. Puis il contacta le Docteur Weir pour lui signaler qu'il y avait du nouveau. Celle-ci arriva bientôt.
- Qu'avez vous découvert ? lui demanda t'elle.
- C'est bien ce qu'ils ont mangé... La nourriture contenait le virus qui les ont rendus malade... Et c'est un virus qui n'est dangereux uniquement pour les anciens et pour ceux qui ont le gène...
- Mais qui auraient intérêt à créer une tel chose ? interrogea Weir stupéfaite.
- Vous connaissez beaucoup de personnes qui en voulaient énormément aux anciens vous ? fit remarquer Beckett en se lavant les mains, moi je ne voit qu'une possibilité !
- Les Wraiths ?
Beckett ne répondit rien mais on voyait qu'il pensait la même chose.
- Les Wraiths uraient crés un virus pour éliminer les anciens et l'auraient dissimulé dans la nourriture d'un des peuples... Ainsi à chaque qu'un ancien venait sur la planète et en mangeait...
-...il était éliminé, purement et simplement, compléta Beckett.
Elisabeth secoua la tête horrifié. Puis, elle regarda les deux hommes allongés.
- Vous arriverez à les sauvez ou pas ? demanda Weir, l'air grave.
- Disons que je devrais arriver à créer un vaccin puisque que j'ai le virus... Mais...
- Mais ?
Beckett soupira.
- Mais j'espère que j'y arriverais à temps...
- Pourquoi dîtes vous ça ? souffla Elisabeth d'une voix légèrement étranglée par l'angoisse qui montait en elle.
Beckett la regarda gravement et lui avoua :
- Je me fais beaucoup de souci pour le Major... Il est plus exposé que McKay qui devrait s'en sortir avec plus de facilité...
- Mais pourquoi ça ?
- Le Major possède le gène des anciens naturellement, depuis sa naissance... Il est en lui... Rodney ne la que depuis quelques mois seulement... Cela fait la différence pour le virus, il attaque le Major avec plus de férocité...

Elisabeth pâlit.
- Il faut que vous le sauviez Carson... Sans lui... Nous sommes perdus...
- J'en suis conscient madame...
- Alors faîtes votre possible ! Au travail...
Carson acquiesça et se mit à la tâche tandis que Elisabeth s'approchait des lits.
En effet, John semblait plus atteint. L'impression qu'il allait les quitter empara Elisabeth, elle s'assit précipitamment à son chevet et lui prit la main fiévreusement.
- Courage, murmura t'elle.

Rodney bougea dans le lit à côté. Il se réveillait de son état comateux. Il regarda autour de lui et vit Elisabeth.
- Docteur Weir, dit t'il faiblement.
Entendant son nom, la jeune femme se retourna.
- Rodney ! Commet vous sentez vous ?
- Pas très bien... Je l'avoue... fit t'il en esquissant un sourire.

Il regarda le lit à côté et demanda :
- C'est... Le Major ?
- Oui... dit t'elle d'une air grave.
- Il a l'air encore plus mal en point que moi... fit remarquer Rodney qui éprouvait des difficultés à parler.
- Le docteur Beckett est en train de vous concocter un vaccin... Ne vous en faîtes pas Rodney, on va vous sortir de là...
Le scientifique acquiesça de la tête, puis avala sa salive.
- La Major a t'il repris connaissance lui aussi ? J'ai l'impression que ça fait des siècles que je suis ainsi...
- Non... John est resté inconscient...
- Je vois...
Les yeux de McKay se refermèrent à nouveau et il replongea dans l'inconscience.

La nuit arriva. Beckett ne chassa pas Elisabeth de l'infirmerie et celle-ci, reconnaissante, resta au chevet de Sheppard. Mais la fatigue eut raison d'elle et elle finit par s'endormir sur la main de John qu'elle tenait.

Quand à celui-ci, il émergeait petit à petit de son état végétatif. Au bout d'un moment il put sentir la présence de quelqu'un à ses côtés. Il essaya de bouger la main mais quelqu'un se tenait dessus, et cette personne, au mouvement se réveilla instantanément.
- Qu'est ce que... murmura très faiblement le Major.
- John !
- Qui est-ce... demanda le Major incapable de reconnaître les voix des personnes l'entourant dans son état.
- Elisabeth.. C'est Elisabeth... Comment vous sentez vous ?
- Je... Je ne sais pas...

Elisabeth hocha la tête inquiète.
- Je ne m'en sortirais pas cette fois... fit t'il d'une voix basse et très douce, n'est ce pas ?
- Ne dîtes pas n'importe quoi !
Ne l'écoutant pas, John continua.
- Quitte à mourir... J'aurais préféré que ce soit dans d'autres circonstances... En protégeant la citée des Wraiths par exemple..., murmura t'il.
- John...
Il sourit faiblement et tourna la tête vers Elisabeth.
- Vous pourrez dire au colonel O'Neill que je n'ai jamais regretté d'être parti... Que je suis fier d'avoir partagé ses découvertes à... à vos côtés...

Son visage se contracta et sa tête bascula sur le côté. Les appareils branchés sur lui s'affolèrent, clignotants et sonnant de tout les côtés.
- John ! Docteur Beckett !!
Carson arriva, le défibrillateur en main. Il fit signe à Elisabeth de s'éloigner. Elle s'exécuta les mains plaquer sur sa bouche et des larmes dans les yeux. Le docteur lui envoya une première impulsion électrique. Sans succès : son coeur ne redémarra pas. Refusant de s'avouer vaincu, il prépara l'appareil pour une deuxième fois. A nouveau sans succès. Il jura. L'appareil fut de nouveau prépara. Le regard du docteur Beckett rencontra celui du docteur Weir, au moment où l'impulsion partait pour la troisième fois.

Et le miracle se produisit : le coeur de John Sheppard repartit. Beckett se recula en surveillant l'écran du regard, les pulsations étaient certes faible mais assez régulières.
Il souffla de soulagement.
- Cette fois ci j'ai bien cru qu'on perdait notre officier le plus haut gradé ! fit t'il.
Elisabeth poussa un petit gémissement étouffé.
- Dépêchez vous docteur... murmura t'elle.
Carson acquiesça, revenant à la réalité. Il alla poser le défibrillateur et se remit à son travail.

Elisabeth se rassit, et remit la main de John dans la sienne. Celle-ci était glacée : il n'était vraiment pas passé loin de la mort...
Et la nuit repris son court. Longue attente...

*oOo*oOo*oOo*


Elisabeth se réveilla le lendemain sur le bras du Major Sheppard. Elle s'était de nouveau endormie... Passant une main dans ses cheveux indisciplinés, elle regarda le visage de John... et eut un cri étranglé.
- Beckett !
Elle passa sa main sur la joue de John. Il était glacé et tellement pâle. Ils l'avaient sauvés... Mais ce n'était que temporaire... Ils ne le ramèneraient pas une seconde fois...

Le docteur, eut un bref coup d'oeil vers Sheppard. De toute façon il ne pouvait rien faire de plus. Il devait réussir à mettre au point rapidement ce vaccin, ou il serait trop tard...
Il ne s'approcha donc pas du lit du major mais continua activement sa recherche.

Elisabeth le regard fixé sur John eut un frisson. Il était en train de mourir... Elle en était sûr !
- Carson... Faîtes vite ! murmura t'elle sourdement.
Juste à ce moment là, le médecin poussa un cri de victoire.
- C'est bon ! Je le tiens enfin !
Elisabeth se tourna vers lui pleine d'espoir.
- Encore une minute, il faut que je prépare de quoi le leur administrer...
- J'espère qu'il sera encore temps... fit Elisabeth l'air grave.
- Moi aussi...

Il arrivait cinq minutes plus tard, une seringue dans chaque main. Il injecta le vaccin aux deux hommes puis se recula vers Elisabeth qui attendait dans un coin de la pièce.
- Il n'y a plus qu'à attendre...
Elisabeth hocha la tête la gorge serrée.
- Je ne me fais pas trop de souci pour Rodney... Le virus à été moins virulent que sur le Major... Bien sûr il y serait resté si nous n'avions pas agis mais comme je vous l"ai expliqué...
- Je sais Carson, je sais... l'interrompit Elisabeth.
Beckett soupira.
- Je sais que vous savez... J'essayais seulement de meubler la conversation...
- Merci pour ce que vous avez fait... Vous devez être épuisé...
- Je n'ai fait que mon devoir... corrigea Beckett.

Elisabeth se mordit la lèvre.
- Et pour John...
- Il n'y a plus qu'à attendre et à espérer... répondit franchement Beckett.
Elisabeth acquiesça le coeur lourd.

*oOo*oOo*oOo*


Comme ils l'avaient prévus, McKay ne tarda pas à aller mieux. Il alternait, les prises de conscience, à des brèves pertes de connaissances. L'état du Major n'évoluait pas...

Un matin, Rodney se réveilla, plus frais qu'il ne l'avait encore jamais été jusqu'à présent. Il était parfaitement conscient de se qui l'entourait en parlait avec une agréable facilité.
- Et bien... Il me semble que vous êtes tiré d'affaire mon ami ! s'enthousiasma Carson. Plus que quelques jours au lit, et vous pourrez sortir de l'infirmerie, frais comme un gardon !
- Je ne pourrais pas sortir dès aujourd'hui ? demanda Rodney.
Beckett ne prit même pas la peine de lui répondre.

McKay tourna alors la tête vers Elisabeth, qui était entre son lit et celui du Major. En voyant son air fatigué et le visage du Major, il perdit son air joyeux.
- Il ne va pas mieux ?
- Non... Pas encore...
- Si il ne s'en sort pas, j'aurais préféré que nos place soient échangées... Nous avons bien plus besoin de lui... que de moi...
- Ne dîtes donc pas de sottises ! se révolta Weir. Nous avons autant besoin de vous que nous avons besoin de lui...
McKay ne répondit pas et se contenta de fixer le plafond d'un air mélancolique.
Quelques instant plus tard, ses yeux se fermaient d'eux même et il plongeait dans un sommeil réparateur.

*oOo*oOo*oOo*


Deux jours après, Carson lui donnait l'autorisation de sortir de l'infirmerie. Plusieurs personnes vinrent le chercher, heureux de le voir rétablie. Et chacun passa voir également le Major, toujours inconscient...

Une fois tout le monde parti, Elisabeth alla se rasseoir à côté du lit de John. Elle regarda son visage avec attention. Il luis emblait que celui-ci avait repris des couleurs depuis quelques jours... Mais elle n'osait réellement le croire... Elle voulait tellement que ce soit vrai qu'elle était capable de s'imaginer tout cela. Et elle était si fatiguée... si fatiguée... Elle posa sa tête sur le drap et sombra dans un sommeil anxieux, où la mort de John lui apparut bien des fois...

Elle sentit une main sur ses cheveux quand elle s'éveilla. Instinctivement elle se raidit. En se redressant elle sentit la main s'ôter de sa tête. Relevant la tête, elle croisa le regard, calme de John Sheppard, assis sur son lit qui la regardait avec un air fatigué mais apaisé.

Elle entrouvrit la bouche de surprise.
- John ?
- Oui ? fit t'il simplement.
- Comment est-ce possible ? Depuis combien de temps ?
- Possible je l'ignore, et je compte sur vous pour me l'apprendre... Pour ce qui est du temps je dirais... un quart d'heure ?
Des larmes de soulagement se mirent à couler des yeux d'Elisabeth sans qu'elle puisse y faire quelque chose.
- Nous avons cru vous perdre... C'est tellement merveilleux ! expliqua t'elle.
Le Major sourit, apaisant.
- Tout va bien... Il faut croire que je n'avais pas envie de vous laisser seuls...

Carson entra à ce moment là. En voyant le major réveillé, il ouvrit la bouche, tout à sa surprise.
- Mon dieu !
- Bonjour Docteur...le salua Sheppard.
Carson, revenant à la réalité s'approcha de son patient et l'ausculta tout en lui posant quelque questions.
- Vous vous sentez bien ?
- Un léger mal de tête... Rien de plus...
- On va arranger ça... promit Carson.
- Je suppose que je vous dois mon salut ? fit John en regardant le médecin d'un air sérieux.
- On peux dire ça... Grâce au vaccin que je vous ai injecté... Mais Elisabeth vous a veuillez jours et nuits...

Le Major se tourna vers le Docteur Weir et dit d'une voix calme.
- Je sais... J'ai senti sa présence...
Son regard se plongea dans celui d'Elisabeth et sembla s'y noyer un moment. Le docteur Beckett les laissa seuls et repartit à son bureau... La vie sur Atlantis continuait...


***

Note de l'auteur : Voilà c'est fini ? Aimé ? Pas aimé ?
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong