Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Accueil/Fanfics/ Infiltrations
Informations :
Auteur : lyly
: 22/12/2005
Note : 7
Nombre de votes : 1


Histoire :
1ere partie:
" Chevron 1 enclenché ! "
C'était ainsi chaque jour. C'en était tellement devenu la routine que l'on ne l'entendait même plus, la voix qui égrenait les symboles que verrouillait la porte.
" Chevron 3 enclenché ! "
Dans la salle d'embarquement, SG-1 patientait, armes au poing, en regardant toujours de façon admirative les rouages de cette porte coulisser. Au-dessus d'eux, dans leur dos, le Général O'Neill les observait depuis la salle de contrôle, d'un air à la fois fier et déçu. Depuis qu'il ne partait plus en mission et qu'on l'avait cantonné à toutes les tâches administratives au sein de la base, il se surprenait souvent à rêver en pensant aux moments qu'il avait passés dans le feu de l'action sur d'autres planètes. Il en venait presque à regretter ces moments où il risquait sa vie, mais il prenait cela avec philosophie. De son poste, il pourrait maintenant mieux contrôler les activités de la base, combattre plus directement les ennemis du programme SG qui n'attendaient qu'une erreur de SG-1 pour faire fermer la base et prendre le contrôle de la porte. C'était un autre combat, celui du pouvoir. A cela, il y repensait sans cesse lorsque ses anciens partenaires de bataille s'en allaient en mission. Mais il le savait : un jour il refranchirait la porte, peu importe de quelle façon.
" Chevron 7 verrouillé ! ". Voila maintenant la porte qui s'ouvre dans un bruit que tous maintenant connaissent par cœur. SG-1 se retourne vers O'Neill. Celui-ci, le regard brillant leur donne l'ordre de franchir la porte une nouvelle fois.
O'Neill : Contact radio toutes les heures. Je veux un rapport complet dès que vous avez du nouveau sur ces ruines.
Carter : A vos ordres mon général.
C'est alors que l'équipe s'élança à travers la porte, laissant derrière elle la base du SGC. Arrivé sur la planète, le groupe marche déjà en direction des ruines qui ont été révélées par reconnaissance géographique du terrain. En effet, lors de la première connexion avec cette planète au relief plat et sans arbres, le M.A.L.P. avait repéré ce que Daniel avait jugé être un temple en ruines, ou si ce n'était pas un temple du moins un édifice à proximité de la porte. Un survol du territoire par un drone de reconnaissance avait révélé des ruines sur une large superficie, formant un grand cercle au centre duquel 4 colonnes de pierre noire s'élevaient à une hauteur d'approximativement 2 mètres. Ces rochers dressés semblaient avoir été préservés, ne ressemblaient pas aux autres débris du vestige qui avait du jadis se dresser à cet endroit. Daniel avait alors émis l'hypothèse que les 4 colonnes constituaient probablement un autel qui avait peut être servi pour des rites sacrés, mais seule une visite de la planète qui ne relevait aucune forme de vie pouvait le déterminer avec certitude. C'est dans ce contexte que la mission avait été autorisée.
Arrivés face aux 4 colonnes qui se dressaient au milieu de ce champ de pierres, Daniel eut alors un choc. Et bien que ses coéquipiers n'aient pas eu ses connaissances en architecture et en histoire, ceux-ci ne purent également s'empêcher de prendre un air surpris. En effet, les dolmens qui avaient probablement 1000 ou 2000 ans - c'est ce que Daniel avait pu estimer par le biais de l'observation des ruines - étaient non seulement bien intacts, mais en plus étaient sculptés. Si Daniel et son équipe devaient décrire ce qu'ils observaient, ils auraient probablement parlé de 4 colonnes disposées en carré, mais chacune coupée en son milieu de haut en bas, de telle sorte qu'elles présentaient un côté plat et lisse et un autre côté arrondi. Mais ce n'était pas le plus étrange. Les côtés lisses de ces colonnes se faisaient fasse deux à deux tout en étant peu installées, de telle sorte qu'une personne pouvait en se mettant au centre du carré dont le sol était recouvert de pierres observer sur 360 degrés ces côtés qui étaient par ailleurs recouverts de symboles que Daniel reconnut immédiatement.
Daniel : c'est très étrange. Je n'avais jamais vu cette disposition auparavant. Sur toutes les planètes que nous avons visitées, les vestiges étaient disposés à peu près à la façon de nos anciens temples.
Carter : c'est anormal en effet. Et vous avez vu cette écriture ?
Teal'c : ça ressemble à un dialecte Ancien.
Daniel : c'est parce que ça en est un. C'est incroyable.
Teal'c : pouvez vous traduire ce qui est écrit sur les faces de ces colonnes Daniel Jackson ?
Daniel : je ne sais pas. Pour cela il faut que je me rende au centre de cet autel.
Carter : allez y Daniel.
Daniel prudent s'approcha alors des 4 colonnes. Il prit en premier lieu le temps de les observer, comme il aimait à le faire. C'était son petit plaisir que de le faire durer. Il était comme un enfant devant un cadeau de Noël. Il s'arrêta quelques instants au pied du socle sur lesquelles reposaient ces colonnes. Il contempla les colonnes qui semblaient bien mesurer dans les deux mètres et posa le pied sur le socle. Il continua d'avancer l'arme au poing, comme pour se défendre d'une éventuelle attaque qui pourrait survenir au milieu de ce désert de ruines. Il était maintenant debout sur le socle et se dirigeait au centre de l'autel. Au sol, le socle aussi était à sa grande surprise sculpté. On pouvait y voir une figure : un petit cercle avec autour des branches qui partaient jusqu'au pied des colonnes, comme une étoile ou plutôt un soleil.
Carter : qu'est ce que vous voyez Daniel ?
Daniel : c'est bien de l'Ancien sur ces murs. On dirait que ça raconte une histoire. C'est incroyable, on dirait que cet autel n'a pas du tout souffert du temps, il est comme neuf.
Carter : qu'est ce qui est écrit ?
Daniel : difficile à dire il me faut un peu de temps pour traduire. A première vue ça semble être une sorte de mode d'emploi pour utiliser une machine ou un dispositif.
Teal'c : nous n'avons rien vu qui puisse ressembler à une machine ou un dispositif depuis notre arrivée Daniel Jackson.
Daniel : je sais, mais j'ai tout d'un coup le sentiment que cet autel est plus que ce qu'il semble paraître.
Carter : que voulez-vous dire ?
Daniel : apparemment les Anciens auraient trouvé le moyen de communiquer avec... et là je n'arrive pas encore à traduire, " pour récolter le savoir du passé " quelque chose comme ça.
Carter : qu'est ce que ça peut bien vouloir dire ? Teal'c vous avez une idée ?
Teal'c : je pense que...
Daniel : Sam vite !!!
Une épaisse lumière blanche s'était alors dégagée de l'autel au milieu duquel se trouvait Daniel, enveloppant les 3 personnages qui éblouis furent obligés de se cacher les yeux. Lorsque la lumière blanche se dissipa, Carter et Teal'c purent ouvrir les yeux. Au milieu de l'autel, une sorte de rayon blanc transparent émanait du socle sur lequel se tenait quelques instants plus tôt Daniel et montait comme une tornade vers le ciel. Cette lumière soulevait Daniel du sol qui maintenant se tenait immobile, crispé, ne semblait plus réagir. On aurait dit que la lumière passait à travers son corps.
Carter : il faut faire quelque chose !
Teal'c sortit alors du brassard entourant sa jambe son zat, l'arma et le pointa vers l'autel en direction de Daniel.
Carter : attendez Teal'c, il faut réfléchir un peu. Nous nous sommes déjà retrouvés dans cette situation une fois souvenez vous avec le crâne de cristal. Si nous faisons un tir de zat nous ignorons les conséquences que cela pourrait avoir.
Teal'c : oui mais si nous ne faisons rien Daniel Jackson risque sa vie.
Ne voyant rien à objecter, Teal'c redirigea alors son arme en direction de Daniel, mais avant qu'il ne put appuyer, des bras de lumière s'étendirent du faisceau et enveloppèrent Teal'c. Son arme disparut, comme volatilisé, ainsi que son P-90, et d'autres bras se dégagèrent pour démunir à son tour Sam de toutes ses armes. Ceux-ci furent alors soulevés du sol et propulsés loin de l'autel où lévitait toujours Daniel qui était toujours crispé, sans réaction. Sam perdit connaissance sous l'effet du choc en même temps que Teal'c, dont les dernières images furent Daniel paralysé par le rayon qui disparaissait au ciel.
Radio : Carter, ici O'Neill vous me recevez ? Teal'c ? Daniel ? Qu'est-ce que vous fichez bon sang ?
Carter, allongée par terre ouvrit les yeux. Elle mit un certain temps à se souvenir de ce qui s'était passé et d'où elle était, lorsque ses yeux tombèrent sur Teal'c étendu au sol. Elle regarda alors précipitamment en direction de l'autel d'où il n'émanait plus aucune lumière. Daniel était allongé également sur le sol au centre de l'autel, inconscient. Sam courut vers lui pour lui porter assistance et plutôt que d'aller à son tour sur le socle choisit de traîner Daniel à l'extérieur. Elle prit son pouls, s'aperçut avec soulagement qu'il battait encore.
Radio : Carter au rapport bon sang !
Carter regarda au loin en direction de la porte. Celle-ci était ouverte et elle entendit la voix d'O'Neill lui parvenir dans sa radio.
Carter : mon général, envoyez de toute urgence une équipe médicale, Teal'c et Daniel sont inconscients.

O'Neill se rendit dans l'infirmerie du SGC. Comme il s'y attendait, il y trouva Carter et Teal'c qui s'était remis de sa commotion assis sur une chaise au chevet du lit de Daniel.
O'Neill : eh ! Le docteur vous a dit de rester allongés !
Carter : on ne pouvait pas mon général. Nous essayons de comprendre ce qui s'est passé là bas.
O'Neill : justement ! Que s'est-il passé ? Ca devait être une simple mission de routine, j'avais même pensé à envoyer SG-6 à votre place.
Carter eut alors un haussement de sourcil et prit l'air surprise.
Infirmière : le Dr. Jackson semble être actuellement dans un état proche du coma. Ses signes vitaux sont faibles et il ne répond à aucun stimulus extérieur. Pourtant regardez...
Elle montre alors à l'équipe un moniteur sur lequel se superposent des courbes multicolores en mouvement.
Infirmière : voici son encéphalogramme. Il semble avoir des périodes de forte activité cérébrale et puis un grand vide, comme s'il était proche de la mort. Puis son activité cérébrale s'emballe de nouveau. Il semble qu'il y ait un cycle continuel, je n'avais jamais vu ça avant chez aucun de mes patients.
Carter : c'est impossible voyons personne ne peut avoir un encéphalogramme comme ça.
Infirmière : regardez par vous-même je n'invente rien.
O'Neill (impatient) : est-ce que oui ou non Daniel va s'en sortir ?
Infirmière : pour être franc avec vous mon Général, je n'en sais rien. Mais la bonne nouvelle c'est qu'il semble être dans un état... stable, si on tient compte du fait que ces baisses et hausses de régime sont régulières.



Salle de briefing -
O'Neill (dont l'agacement semble palpable) : mais enfin qu'est ce qui s'est passé sur cette planète ?
Teal'c : nous avons été confrontés à un spectre lumineux de haute intensité qui a atteint le docteur Jackson et a dérobé nos armes.
O'Neill : vous pouvez être un peu plus clair ?
Carter : une lumière mon Général. Elle est passée comme à travers Daniel et l'a soulevé du sol.
O'Neill (perplexe) : une lumière... qui l'a soulevé du sol... Et d'où venait-elle cette lumière ?
Carter : du centre du champ de ruine que l'on a observé. Daniel est monté sur un socle au milieu des 4 colonnes et la lumière est apparue.
O'Neill : et évidemment vous ne savez pas ce qu'était cette lumière je suppose...
Carter : non mon Général. Daniel nous a dit avoir relevé une écriture Ancienne ressemblant à un mode d'emploi sur les colonnes, mais nous ne sommes pas allés vérifier. Teal'c et moi nous aimerions retourner sur cette planète avec une autre équipe SG pour procéder à des tests et découvrir de quoi il est question.
O'Neill : hors de question. Combien de temps pensez-vous être restés inconscient sur cette planète ?
Carter : je ne sais pas, quand je me suis réveillé la porte était ouverte et vous m'appeliez. Je dirais 30 minutes.
O'Neill : Teal'c...
Teal'c : je dirais la même chose O'Neill.
O'Neill : vous êtes restés inconscient près de 5 heures Colonel. Pendant ces 5 heures j'ai essayé de vous appeler en vain, j'ai même cru à une autre piège des Goa'uld.
Carter eut un geste de surprise : mon Colonel nous devons absolument y retourner pour sauver Daniel, c'est sa seule chance.
Teal'c : seul le Docteur Jackson serait en état de nous expliquer ce qui s'est réellement passé sur cette planète car il maîtrise mieux que quiconque le savoir et la technologie des Anciens. Par conséquent nous ne pouvons pas l'aider si nous n'allons pas étudier de plus près ces ruines.
O'Neill : ben et moi alors ? Moi aussi je connais les Anciens.
Carter : je croyais que vous ne vous souveniez de rien mon Général ?
O'Neill (s'impatientant) : je vous signale que j'ai été par deux fois exposé au savoir de ces guignols et la deuxième fois j'ai bien failli y passer. Je pense... que j'aurai peut-être la possibilité de vous aider.
Au fond de lui, O'Neill s'interrogea, se demandant s'il tentait de convaincre Carter ou lui-même. C'était là l'occasion qu'il attendait, le moment qu'il espérait pour refranchir la porte, reprendre enfin sa vie normale au côté de son équipe, et il n'était pas prêt à laisser passer cette occasion... l'occasion pour une fois depuis longtemps de retrouver sa condition de Colonel et de laisser derrière lui celle de Général, de se défaire de ses responsabilités et de retrouver sa porte des étoiles, à laquelle il a consacré les 9 dernières années.
Carter : c'est à vous de décider mon Général. Quand pouvons-nous partir ?
C'était justement ce que O'Neill redoutait. Depuis que le Général Hammond avait quitté son poste au sein du SG-C, c'était à lui de prendre toutes les décisions. Il n'était plus subordonné, et personne ne pouvait plus lui ordonner de partir en mission. Pourtant à cet instant, alors que Carter lui posait cette question, il regrettait cette période. Il n'y avait vraiment personne pour faire le bon ou le mauvais choix à sa place, personne pour lui ordonner de partir. C'était à lui seul de le décider. Ce n'était pas le genre de réaction auquel il s'attendait. Voilà que se présentait à lui l'occasion qu'il espérait depuis plusieurs mois de quitter de nouveau la base, et pourtant il hésitait. En a-t-il vraiment le droit ? Pourra-t-il se glisser de nouveau dans la peau du soldat qui a sauvé le monde tant de fois ? Il l'espérait tout du moins.
O'Neill : nous partons dans une heure.

3eme partie :

Voila le moment tant attendu pour O'Neill. Il se trouvait de nouveau en tenue militaire dans la salle d'embarquement, contemplant la porte dont l'horizon des événements ne semblait plus attendre que son passage. Il fut étonné de constater à quel point la vision de la porte des étoiles pouvait changer selon que l'on était extérieur à l'équipe ou non. Depuis qu'il était Général, il n'avait plus pris le temps de la contempler comme il le faisait maintenant. Il se tourna vers Carter à sa droite, il l'a regarda. Elle-même faisait les dernières vérifications d'usage, retirant le cran de sûreté de son P-90 et vissant sa casquette de Colonel sur la tête. O'Neill se disait au fond de lui qu'elle avait tord de ne pas profiter de ce spectacle qui s'offrait à elle, car chaque mission qui passait la rapprochait de la dernière, et lui-même, promu si brusquement au rang de Général, n'avait pas vu le temps passer et n'avait pas pris conscience que les missions qui ont précédé sa promotion étaient peut-être pour lui les dernières occasions de franchir la porte. Il eut alors une pensée pour Georges Hammond, en s'apercevant qu'il n'avait traversé la porte que 4 ou 5 fois, et à l'époque il n'avait pas observé le contentement qui se lisait sur son visage. Hammond aimait être auprès de ses hommes. O'Neill aussi. Tout en continuant d'observer Carter distraitement, il se promit de profiter un maximum de l'instant qu'il vivait. Carter s'aperçut alors qu'il l'observait.
Carter (surprise) : qu'est-ce qu'il y a ?
O'Neill : je vais rater la finale du Superbowl !
Teal'c qui se trouvait a la droite de Carter pencha alors la tête, levant un sourcil approbateur et esquissant un sourire.
Sergent Hariman : SG-1 vous pouvez y aller.
O'Neill et son équipe s'avancèrent sur la rampe menant à la porte. O'Neill se remémora la première fois qu'il l'avait franchie. Il était à la fois excité et tendu. Il la connaissait bien cette porte, mais cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait plus franchie.
Carter : mon Général ?
O'Neill : oui j'arrive.
Et ils franchirent tous les 3 la porte.

Arrivés sur la planète, ils se rendirent en direction des 4 colonnes qui se dressaient toujours au milieu du champ de ruines.
O'Neill : Carter, allez m'inspecter ça et interdiction de vous mettre au centre de ce truc.
Carter : bien mon Général.
O'Neill : Teal'c et moi nous allons visiter le coin pour voir si on trouve des traces de civilisation que nos détecteurs n'auraient pas repérés. En cas de besoin, faites nous signe sur le canal 3.
Carter : à vos ordres.
Carter se mit alors à analyser méticuleusement les trois colonnes de pierre pendant que O'Neill et Teal'c s'en allaient. Quelques heures plus tard, alors que la nuit tombait sur la planète, ils revinrent.
O'Neill : alors du nouveau ?
Carter (frustrée) : rien du tout mon Général. J'ai beau avoir fait toutes les observations, fait toutes les analyses, je ne trouve rien qui puisse expliquer ce qui est arrivé à Daniel... Et vous de votre côté ?
Teal'c : l'examen du terrain n'a révélé aucune trace de vie animale ou humaine. Cette planète est entièrement déserte.
Carter : comment une telle planète a-t-elle pu être préservée de toute forme de vie ? En dehors de la végétation on ne trouve pas le moindre insecte ou animal.
O'Neill : c'est vous la scientifique non ? Carter... Qu'est-ce que c'est que ça ?
Alors que la nuit se mettait à tomber pendant qu'ils discutaient, O'Neill venait de faire remarquer au Colonel Carter et à Teal'c qu'un étrange rayon lumineux apparaissait au centre des 4 colonnes, à l'endroit même où se trouvait Daniel. Mais le rayon n'était pas aussi éblouissant que le premier. Celui-ci était terne, opaque, comme le faisceau d'un projecteur. Mais il n'y avait aucune source lumineuse.
Carter : c'est étrange, je ne l'avais pas vu pendant qu'il faisait jour. On dirait que ce socle dégage une sorte d'énergie continue.
O'Neill : bon alors qu'est ce qu'on fait ?
Teal'c : je ne crois pas qu'il s'agisse d'une arme.
Carter : Teal'c a raison. Pour l'instant nous n'avons rencontré de la part des Anciens que des technologies défensives. Je ne pense pas qu'ils auraient inventé une arme comme celle-ci, ça doit être autre chose.
O'Neill : Carter je vous rappelle que Daniel est allongé dans un lit d'hôpital au moment où nous parlons.
Carter : je sais mon Colonel.
O'Neill : alors que suggérez-vous ?
Alors que Carter s'apprêtait à répondre, le sol se mit à trembler dans un grondement sourd. Les 3 coéquipiers furent renversés à terre. Le bruit qui se dégageait du sol était tellement fort qu'ils durent crier pour se faire entendre.
O'Neill : qu'est-ce qui se passe Carter ? Un tremblement de terre ?
Carter : j'en sais rien mon Général, mais ça explique pourquoi s'il y avait un ancien temple avant il est maintenant en ruines.
Teal'c (montrant du doigt les 4 colonnes) : regardez O'Neill
Alors que le tremblement de terre clouait SG-1 au sol, le socle au pied des colonnes s'ouvrit, laissant apparaître un trou à la place du soleil qui y était sculpté, le rayon lumineux opaque qui s'élevait vers le ciel était parcouru de boules lumineuses éblouissantes qui s'élevaient rapidement vers le ciel à intervalles réguliers. Les symboles des colonnes quant à eux avaient pris une couleur orangée, lumineuse, et se déplaçaient autour des colonnes à une allure rapide. Carter regarda vers le ciel et à sa grande surprise, elle vit positionné en travers du rayon lumineux un gigantesque vaisseau de forme triangulaire, noir. A l'endroit où le faisceau lumineux l'atteignait, un sas circulaire était ouvert, dans lequel allaient se perdre les boules lumineuses qui sortaient du socle.
Carter (criant et indiquant le vaisseau du doigt) : mon Général !
O'Neill et Teal'c regardèrent vers le vaisseau les yeux ébahis. Celui-ci ne devait pas stationner à plus d'une centaine de mètres au dessus du sol, et contrairement au tremblement de terre qui arrachait au sol un grondement sourd, il ne semblait faire aucun bruit. C'est alors qu'un rayon lumineux, semblable au rayon de téléportation asguard apparut et SG-1 se trouva alors instantanément allongé dans une pièce blanche. Il n'y avait plus aucun bruit, le sol ne tremblait plus. Mais la pièce était tellement blanche que rien ne permettait de distinguer le sol, les murs ou le plafond.
O'Neill : que s'est-il passé ?
Carter (se relevant avec prudence) : je crois qu'on est dans le vaisseau qui nous survolait.
O'Neill : je n'arrive même pas à savoir où mettre les pieds avec toute cette lumière.
C'est alors que non loin d'eux, une porte s'ouvrit, dessinant un rectangle noir dans le fond blanc. Carter, O'Neill et Teal'c se dirigèrent vers cette porte, arme au poing. Lorsqu'ils la franchirent, ils se trouvèrent dans un corridor sombre. Leurs yeux eurent beaucoup de mal à s'habituer à l'obscurité, mais lorsque ce fut fait, ils se mirent à avancer, sur leurs gardes. Certaines portes étaient fermées, barrant l'accès au couloir, d'autres étaient ouvertes, comme si une personne voulait s'assurer qu'ils trouvent leur chemin dans ce dédale. En suivant les couloirs, ils arrivèrent dans une nouvelle pièce circulaire, mais normalement éclairée. Cela ressemblait à une salle de contrôle. On y voyait une baie vitrée, mais il était difficile de distinguer quelque chose à l'extérieur du vaisseau, la nuit était maintenant totalement tombée sur la planète. Mais Carter fit une observation.
Carter : regardez la porte mon colonel.
O'Neill : elle est ouverte mais il n'y a rien.
En effet, la porte des étoiles que l'on pouvait observer de loin demeurait ouverte, sans que rien ne la traverse.
Teal'c : c'est peut être la terre qui demande après nous.
O'Neill (dans sa radio) : SG-C ici SG-1 répondez. SG-C ici SG-1 répondez. Rien à la radio. Soit ce vaisseau brouille les communications, soit ce n'est pas la terre. Du moins je l'espère.
Une voix se fit alors entendre, surgissant de nulle part : " si c'est bien la terre ".
O'Neill : qui est là ?
Voix : vous ne me reconnaissez pas ?
Carter : ce ne serait pas...
Teal'c : la voix du docteur Jackson.
Voix : bravo Teal'c je savais que vous trouveriez.

4eme partie :

O'Neill : expliquez nous Daniel on ne comprend pas.
Un hologramme apparut alors au centre de la pièce où ils se trouvaient. Il s'agissait de l'image de Daniel Jackson.
Hologramme : bonjour...
O'Neill : Daniel voulez-vous oui ou non nous dire ce qui se passe ?
Hologramme : même si je vous l'expliquais je ne sais pas si vous comprendriez.
O'Neill : eh bien essayez toujours.
Hologramme : cet autel que vous avez trouvé sur la planète est en fait une espèce de... bibliothèque.
O'Neill (à Carter et à Teal'c) : ah tiens je ne vous l'avais pas dit sur terre ?
Hologramme : en réalité on en trouve sur plusieurs planètes. Elles servent de lien entre la planète et ce vaisseau. Les boules d'énergie que vous avez vu sortir du socle en présence du vaisseau ce sont des données que le vaisseau " télécharge " depuis la planète.
Carter : à quoi cela sert-il ?
Hologramme : à mieux dominer ces planètes.
O'Neill : Daniel je ne comprend pas un traître mot de ce que vous nous dites.
Hologramme : je vous l'avais dit.
Carter : si moi je crois comprendre. Continuez.
O'Neill lui lança un regard surpris et elle le regarda en panchant brièvement la tête, avec un sourire au coin des lèvres.
Hologramme : il y a un certain temps les planètes comme celle-ci sur lesquelles on trouvait ces autels étaient peuplées. Ces autels ont été construits par une race avancée d'extraterrestres, les Furlings, et pas les Anciens. En réalité, les Furlings à qui appartient ce vaisseau ont tenté de conquérir ces mondes en soumettant le peuple. Chaque année, la porte était bouchée par leurs soins afin qu'elle soit rendue inutilisable, et lorsque l'autel avait collecté assez d'informations sur le peuple y habitant, ces informations étaient transférées à bord du vaisseau pour être étudiées. Pour cela il fallait que plusieurs membres de ce peuple se donnent en sacrifice sur l'autel, pour donner leur savoir. Une fois que ce savoir était analysé, il devait servir à détruire et annihiler les infrastructures et les leaders politiques les plus susceptibles de faire du tord aux Furlings, afin que ce peuple reste sous leur contrôle.
Teal'c : et que se passait-ils s'ils refusaient de se sacrifier ?
Hologramme : un plus grand nombre encore était massacré. Sur certaines planètes refusant le sacrifice, c'est plus de la moitié de la population totale qui a été éradiquée, afin d'éviter tout risque d'insurrection.
O'Neill : et vous voulez nous dire que ces monstres ont conclu une alliance avec les Asguard, les Goa'uld et les Nox ? A quoi servait le contrôle de ces planètes ?
Hologramme : les Goa'uld font bien partie de ce traité. Ils n'en valent pourtant pas mieux. Ces contrôles servaient à terme à monter une armée puissante et entièrement soumise afin de dominer la galaxie. En fait, les Furlings comptaient rester en retrait. Leur stratégie était d'envoyer leurs armées se faire massacrer sur les planètes et ensuite de terminer le travail à coup d'armes technologiquement avancées. Mais peu à peu les peuples dominés ont eu des réactions inattendues. Seule une minorité s'instruisait, se tenait au fait de ce qui se passait en son sein. De ce fait, lorsque les Furlings arrivaient, ils n'obtenaient pas assez d'informations pour pouvoir procéder à leur besogne.
Carter : vous nous parlez d'eux au passé. Que sont-ils devenus ?
Hologramme : les Furlings sont toujours là. Ne vous êtes vous jamais demandés pourquoi en 7 ans d'exploration vous n'en aviez jamais rencontrés ?
Carter : si mais nous étions sûrs que ça arriverait.
Hologramme : les Furlings ont la capacité de prendre l'apparence de n'importe quel individu. Ce ne sont pas des entités matérielles comme vous. Elles peuvent survivre sans corps physique, en demeurant invisibles. Mais sous cet aspect, ils ne contrôlent rien du tout. Ils sont simplement là en tant qu'observateurs. S'ils veulent interagir, ils prennent possession d'un corps.
O'Neill : à la manière des Goa'uld en somme.
Hologramme : pas exactement. Lorsqu'un Furling prend possession d'un corps et le libère, ce n'est pas sans créer des lésions neurologiques irréversibles, conduisant à un état de démence. C'est pour cela que lorsqu'ils prennent possession d'un corps, ce qui est rare, ils y restent longtemps. La prise de possession d'un corps se fait lorsque les Furlings décident de contrôler un peuple. Une fois qu'ils ont récolté suffisamment d'informations, soit ils prennent possession de corps pour procéder à l'extermination, soit ils prennent possession des dirigeants. La deuxième méthode est préférée car se faisant, ils forcent le dirigeant à se sacrifier sur l'autel et ainsi peuvent récupérer leur savoir. Pour les infrastructures, ils se servent de vaisseaux comme ceux-ci dotés de puissants boucliers et d'armes redoutables.
O'Neill : tout ça est très joli mais, et vous dans tout ça ?
Hologramme : votre ami a par naïveté offert son savoir à l'autel. Comme cette planète était sensée être abandonnée, ce vaisseau a été dépêché sur place par les Furlings. Lorsque le faisceau lumineux s'échappant de l'autel pour faire signe qu'un sacrifice a été fait a été localisé, il a tout de suite été décidé de télécharger ces nouvelles connaissances afin de les rapporter aux Furlings. En effet, les planètes disposant d'autels comme ceux-ci ont été désertées. Les Goa'uld n'y sont pas totalement étrangers mais certaines populations ont trouvé le moyen d'échapper aux Furlings, nous ignorons encore comment. Nous avons laissé les autels sur les planètes mais ceux-ci ne sont plus très utiles. Mais les Furlings avaient l'espoir qu'un jour, un nouveau peuple s'offrirait à eux. C'est ce qui est arrivé, c'est aussi la raison de notre présence. Si je vous connais aussi bien et si j'ai pu prendre l'apparence du Docteur Jackson, c'est parce que je me sers de ses connaissances pour cela. Je connais ainsi tout de vous et de votre monde.
Carter : pourquoi la porte reste-t-elle ouverte ?
Hologramme : la porte a été ouverte sur votre monde car les Furlings connaissent votre planète. Lorsque le vaisseau est arrivé sur cette planète aujourd'hui et qu'il a transmis aux Furlings les données préliminaires sur cette planète dont votre présence, les Furlings en ont déduit que l'un de vous avait probablement été victime de l'autel et ont décidé de rapporter les connaissances sur votre monde qui pourraient s'avérer fort utiles. La porte reste ouverte dans l'attente d'un ordre des Furlings, afin que personne ne puisse s'en servir sur la terre. Tant que ce vaisseau la contrôle, elle peut rester ouverte plusieurs heures.
O'Neill : quel genre de connaissances avez-vous eu de Daniel ?
Hologramme : tout. Le code pour ouvrir votre iris est le 2631293. Vous le transmettez à l'aide d'un appareil nommé GDO que le Colonel Carter a actuellement au bras. Votre porte se situe dans une base secrète cachée dans une montagne. Cette base comprend un mécanisme d'autodestruction dont le code d'amorçage est le 81452667 qui permet de faire sauter la tête nucléaire et la montagne avec. Dois-je continuer ?
O'Neill (résigné) : non merci ça ira...
Teal'c : qu'allez-vous faire de nous ?
Hologramme : les Furlings ne m'ont encore donné aucun ordre. Mais il est probable que vous soyez poussés à aller à votre tour sur l'autel. Quant à votre peuple, si les Furlings le décident, des vaisseaux atteindront votre planète en quelques minutes et elle tombera sous leur contrôle.
Carter : nous sommes un peuple pacifique, nous ne vous voulons aucun mal. Laissez-nous partir.
Hologramme : la terre est alliée avec les Anciens contre qui les Furlings étaient en guerre. Vous êtes donc considérés comme des ennemis.
O'Neill : enfin voyons les Anciens ont disparu nous ne sommes pas leurs alliés.
Hologramme : O'Neill vous savez comme moi que les Anciens n'ont pas totalement disparu. Ils se sont élevés, d'autres ont encore une descendance que vous n'avez pas encore rencontrée. Mais j'ai également les souvenirs de l'ascension de Daniel, souvenirs qui pourront se révéler très précieux pour mettre enfin un terme à cette race.
Carter : combien de temps faudra-t-il aux Furlings pour prendre une décision sur nous ?
Hologramme : les données leur auront été transmises dans une trentaine de minutes et la décision sera connue de vous d'ici à une heure terrienne. En attendant je vous suggère de suivre ce corridor en sens inverse, il vous amènera dans vos quartiers provisoires. Quant à moi je dois m'absenter quelques minutes. Ne tentez rien. Avec vos armes vous ne pouvez rien et je continue de vous surveiller.
L'hologramme disparut alors.
O'Neill : on est mal barrés.

5eme partie :

Carter : il faut à tout prix essayer de prévenir la terre du danger.
Teal'c : même si nous les prévenons, il est déjà trop tard pour faire quelque chose.
O'Neill : Teal'c a raison. Il faut essayer de saboter ce vaisseau avant que les informations ne soient transmises aux Furlings.
Carter : mais avec quoi ? On n'a même pas de C4, juste quelques munitions de rechange pour nos armes.
O'Neill : Teal'c essayez de partir en exploration voir si vous ne pouvez pas accéder à d'autres pièces qui pourraient nous intéresser. Carter, regardez ici voir si vous ne pouvez pas contrôler ce vaisseau avec ces commandes.
Carter : bien mon Général.
O'Neill (dans sa radio) : SG-C ici SG-1 à vous ! SG-C ici SG-1 répondez bon sang !
O'Neill se sentait impuissant. Il avait rêvé d'une occasion de quitter de nouveau la terre, et voila que maintenant qu'il en était loin, il n'avait qu'une envie, c'était de la rejoindre. Mais il se sentait impuissant car il ne pouvait rien faire, juste essayer de la contacter. Dans une heure, la terre serait peut-être attaquée par une race d'extraterrestres inconnus et redoutables, et qui plus est par surprise. A côté de ça, les problèmes de Daniel dans son lit d'hôpital semblaient bien peu importants. Mais O'Neill ne pouvait s'empêcher de penser que c'était peut-être mieux s'il était totalement inconscient, car jamais il n'accepterait l'idée que la terre puisse être menacée par sa faute. Il connaissait Daniel et il savait qu'il préfèrerait mourir plutôt que de mettre en danger la terre.
Carter : mon général vous avez vu ça ?
O'Neill l'avait vu. A travers la baie vitrée, ils avaient pu observer une boule lumineuse déchirer l'obscurité de bas en haut, pendant moins d'une seconde.
O'Neill : qu'est ce que c'était ?
Carter : je ne sais pas, peut être un résidu du faisceau lumineux en dessous du vaisseau.
Mais alors qu'elle finissait de parler, une deuxième boule lumineuse passa cette fois-ci de haut en bas.
O'Neill : il se passe quelque chose.
Derrière lui, Teal'c revenait bredouille de son exploration du vaisseau.
Teal'c : je n'ai rien trouvé qui puisse laisser penser que...
Il s'interrompit surpris et haussa un sourcil d'un air interrogateur. Derrière la baie vitrée, une troisième forme lumineuse venait de passer mais cette fois en biais et plus lentement que les autres, au point que l'on pouvait observer une sorte de traînée derrière elle.
Carter : mon Général, vous pensez la même chose que moi ?
O'Neill : les Anciens ?
Teal'c : impossible.
C'est alors que sous leurs pieds, le vaisseau se mit à trembler tandis que derrière la baie vitrée, c'était maintenant plusieurs formes lumineuses qui défilaient. Des Anciens ayant fait l'ascension s'en prenaient au vaisseau.
O'Neill : il faut trouver un moyen de sortir de là Carter !
Derrière eux, la voix de Daniel se fit de nouveau entendre, les faisant sursauter.
Hologramme (colérique) : vous n'irez nulle part. Comment les Anciens ont-ils su que vous étiez ici ? Vous les avez contactés ? Parlez !
O'Neill : si vous avez les connaissances de Daniel vous savez que c'est impossible.
Hologramme : je vous ai dit que la Terre était l'alliée des Anciens grâce aux connaissances que Daniel a rapporté de son ascension. Je ne m'étais donc pas trompé sur votre compte.
Alors qu'il disait cela, une nouvelle secousse plus forte vit s'ébranler le vaisseau, faisant perdre l'équilibre à SG-1.
Hologramme : il nous faut plus de temps !
O'Neill : Carter levez vous et essayez de trouver un moyen de nous faire sortir d'ici.
Hologramme : je vous l'ai dit vous n'irez nulle part.
O'Neill : oh vous la ferme. Teal'c aidez nous si ce vaisseau s'écrase nous serons dedans.
Alors qu'ils disaient cela, une nouvelle secousse redoutable se fit ressentir, projetant Carter contre une paroi du vaisseau. Celui-ci se mit alors à tanguer dangereusement, émettant des sifflements et des bruits de tôle froissée laissant entendre que la coque était en train de rompre.
Hologramme : vous ne vous en tirerez pas. La Terre est déjà infiltrée par les Furlings. Je vous ai dit qu'ils peuvent se faire passer pour n'importe qui. Quand le moment viendra, ils entreront en guerre contre vous et ce n'est pas les Anciens encore présents sur votre planète qui les en empêcheront.
Teal'c eut alors la bonne idée de tirer un coup de zat sur une commande de contrôle. L'hologramme se volatilisa instantanément, lançant un regard rageur à SG-1. Le vaisseau quant à lui se mettait à pencher dangereusement.
O'Neill : Carter ça va ?
Carter qui s'était remise de son choc fit un signe de tête à O'Neill et se remit à chercher sur le tableau de commandes.
Carter : son intention était de nous renvoyer sur la planète. Il doit donc y avoir une possibilité de nous y re-transférer. Si seulement je pouvais trouver la bonne commande.
O'Neill : Carter on perd de l'altitude bon sang.
Au travers de la baie vitrée, ce n'était plus qu'un rideau de formes blanches qui s'afférait autour du vaisseau, quand l'une d'elle parvint à passer à travers la paroi. Elle se mit à flotter au milieu de la salle, entourée par les 3 soldats de SG-1 qui l'observaient les yeux grands ouverts.
Carter : qui êtes vous ?
Pour toute réponse, la forme lumineuse se mit à déployer des traînées de lumière autour de SG-1. Ceux-ci eurent à peine le temps de se couvrir les yeux qu'ils sentaient déjà le froid de la nuit sur leur peau. Lorsqu'ils rouvrirent les yeux, ils se trouvaient debout devant la porte des étoiles, la forme lumineuse devant eux. Un visage apparut alors au milieu de l'aura de lumière et prit la parole, d'une voix calme et détendue.
Ancien : lorsque ce vaisseau s'écrasera, il ne contrôlera plus la porte qui se fermera automatiquement lorsque son énergie résiduelle se sera épuisée car elle est restée ouverte trop longtemps. Partez donc avant.
O'Neill : et Daniel ?
Ancien : lorsque ce vaisseau s'écrasera, les données qu'il contient seront perdues pour les Furlings et retourneront automatiquement à leur source. Elles auront le temps de franchir la porte avant que celle-ci ne se ferme et regagneront automatiquement le corps du Docteur Jackson.
O'Neill : nous nous reverrons ?
Anciens : bien sûr. Partez maintenant.
Et l'Ancien retourna vers le vaisseau. L'équipe de SG-1 lança un dernier regard sur le vaisseau que l'on voyait au loin, autour duquel plusieurs formes lumineuses volaient. Les quelques lumières que l'on pouvait voir à l'intérieur s'éteignirent et le vaisseau commença rapidement à tomber sans bruit, fonçant rapidement vers les 4 colonnes dressées au loin. Il y avait fort à parier que celles-ci seraient détruites dans le crash. Tant mieux se dit O'Neill.
Teal'c : O'Neill il faut y aller. Le souffle de l'explosion risque de nous atteindre.
O'Neill regardant une dernière fois le vaisseau se tourna vers la porte, composa le code d'ouverture de l'iris.
O'Neill (à la radio) : SG-C ici SG-1 nous arrivons.
SG-C (à la radio) : compris SG-1. Contents de vous entendre.
Et ils franchirent la porte.

Dans la salle d'embarquement, c'était le branle bas de combat. Des artilleries étaient disposées tout autour de la porte. Le sergent Siler arriva :
Siler : nous sommes heureux que vous soyez revenus, nous avons un énorme problème avec la porte. Le vortex s'est ouvert et nous ne parvenons plus à le refermer...
Alors qu'il disait ceci, une boule de lumière sortit du vortex à toute allure, traversa la salle d'embarquement et pris le couloir en direction de l'infirmerie. Aussitôt après, la porte se referma.
O'Neill : Daniel... Vous disiez Siler ?
Siler (déboussolé) : R-r-rien mon Général.
O'Neill : bien alors rompez Sergent.
Siler : O-oui mon Général.

Quelques heures plus tard dans la salle de briefing :
Carter : mon général nous ne pouvons pas savoir si le vaisseau a eu le temps de transmettre la moindre donnée récoltée aux Furlings avant d'être détruit.
O'Neill : je sais.
Teal'c : et l'hologramme de Daniel Jackson nous a dit que les Furlings étaient déjà sur terre...
Carter : que pensez-vous qu'il ait voulu dire par " ce n'est pas les quelques Anciens qui sont encore sur terre qui les arrêteront " ?
O'Neill : j'en sais rien. Vous pensez qu'il y a des descendants survivants ?
Carter : c'est possible mais seul le subconscient de Daniel connaît la réponse.
Teal'c : s'il y a des Anciens sur terre il faudra à tout prix les trouver, leur aide pourra nous être précieuse pour vaincre les Furlings.
Carter : oui mais en attendant nous devons nous méfier de tous. N'importe qui dans cette base ou ailleurs peut être manipulé par un Furling.
O'Neill : j'ai pris des précautions dès notre arrivée. J'ai changé les codes de l'iris et de l'autodestruction, mais je ne sais pas si cela suffira. Si l'un d'eux est possédé par un Furling il n'aura pas de mal à se procurer les nouveaux.
Il ne pouvait s'empêcher de regarder un à un ses coéquipiers. Tous se posaient la même question : et si l'un d'eux était un Furling ?
Carter : la question est de savoir comment transmettront-ils leurs informations. Vous pensez qu'il y a des vaisseaux en orbite ?
Daniel monta alors de bonne humeur les marches séparant la salle de contrôle à la salle de briefing.
Daniel : bonjour tout le monde, j'ai raté quelque chose ?
O'Neill : et si on allait dîner ?
Teal'c : bonne idée.
Daniel : dites moi tout allez
O'Neill : vous le saurez si vous êtes sage Daniel patience.
Daniel : donnez moi au moins un indice !

FIN
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong