Accueil Forum Episodes Galerie Liens Contact


Informations :
Auteur : Barbie & Marion
: 30/12/2005
Note : 9
Nombre de votes : 1


Histoire :
Une Mission Périlleuse
Chapitre par Barbie



De leur côté, le sergent Matthew Sheppard et le Docteur Sevin descendaient un à un, avec la plus grande discrétion, les niveaux inférieurs de la cité. La veille, lorsqu'ils s'étaient croisés dans les couloirs, Matt avait accepté sans réfléchir la proposition d'Elsa. Mais maintenant qu'il savait qu'il n'était plus qu'à quelques mètres de ces affreuses bestioles... il commençait à se demander s'il avait pris la bonne décision.
Le docteur Sevin marchait sans parler. Ils arrivèrent à une porte, gardé par deux soldats. Elsa sortit un bade de sa poche, les deux hommes la saluèrent et la laissèrent rentrer. Mais lorsque Matt passa près d'eux, ils le regardèrent de haut. L'un d'eux le stoppa même dans sa progression.
- Je suis désolé monsieur, mais sans autorisation...
- Il est avec moi, expliqua Elsa.
Les deux hommes se turent. Matthew put enfin passer. Il se rapprocha d'Elsa.
- Vous êtes sûrs qu'on a le droit d'être là ?
- Faites-moi confiance Matt...

Elle s'arrêta net. Matt en fit de même. Sous leurs yeux, les deux Wraiths faisant les quatre cents pas, chacun enfermé dans sa propre cellule. Tandis que Matt s'approcha pour les observer, Elsa s'accroupit et ouvrit sa mallette. Celle-ci contenait un nombre impressionnant de seringues et de divers tranquillisant.
- Qu'est-ce que vous comptez faire exactement ? lui demanda-t-il
- Je veux prélever des cellules.
- Mais le docteur Carson n'a pas déjà fait cela ?
- Si... mais je veux des cellules fraîches sergent. Provenant d'individus en parfaite santé. Une fois ceci fait, je n'aurais plus qu'à mettre au point un sérum pouvait passé un travers leur barrière immunitaire. Enfin, quand je dis un sérum... Disons plutôt que cela ressemblera à une mini explosion nucléaire ! C'est plus parlant pour vous non ?
- Et vous comptez vous y prendre comment pour rentrer là-dedans sans vous faire tuer ? ironisa-t-il.
- Mais vous êtes là pour ça mon cher...

Matthew regrettait sérieusement d'être venu tout d'un coup. Cette fille était complètement givrée !
- Je n'entre pas là-dedans, je vous préviens tout de suite...
- Vous n'aurez qu'à me suivre et couvrir mes arrières !
Contre l'un des murs de la pièce reposait une de ces armes Wraiths, qui permettent l'immobilisation de la cible. Elsa s'en empara. Puis, elle le plaça sur son épaule, et fit signe au Sergent d'ouvrir doucement la porte. Matt s'exécuta. À peine eut-il ouvrit la cellule qu'un éclair blanc vint toucher la créature, qui s'effondra sur le sol. Pour être bien certaine qu'elle ne courait aucun danger, Elsa réitéra son geste plusieurs fois, jusqu'à ce que le Wraith s'immobilise totalement sur le sol de sa cellule.

- Venez sergent...
Elle posa l'arme et s'empara de plusieurs seringues. Elle entra dans la cellule, s'installa près de l'affreuse bestiole et commença ses prélèvements. Matthew trouvait tout cela beaucoup trop simple. Quelque chose clochait, il en était persuadé. Il leva les yeux et vit l'autre créature le regarder, le sourire aux lèvres. Instinctivement, Matt caressa du bout des doigts son revolver. Il avait bien son P-90 à la main mais bizarrement, savoir que son équipement personnel était à porté de sa main le rassurait.

De temps en temps, Elsa se retournait vers lui, avant de se remettre au travail. Au bout de quelques minutes, elle avait rempli tous ces flacons. Elle sortit de sa poche un cutter, prit dans son autre main les doigts du Wraith et lui coupa un tissu de peau. Matt vit la créature bouger lors de l'incision.
- Calmez-vous sergent, j'ai presque fini. Vous êtes drôlement nerveux !
Matt croisa de nouveau le regard de l'autre prisonnier.
- Le dîner est servi... semblait-il chuchoter
Matthew regarda Elsa, elle rangea son matériel soigneusement. Le Wraith était toujours allongé sur le sol.
- Vous avez entendu ? demanda Matt
- Entendu quoi ?

Au même moment, le Wraith ouvrit un œil et attrapa le docteur par la gorge. Elle voulut se débattre mais l'emprise de la bête l'empêchait presque de respirer. Matt arma son P-90 mais la créature lâche brusquement Elsa, qui tomba au sol et se précipita sur le sergent. Sans qu'il est eut le temps de comprendre quoique ce soit, le Wratih fit valser son arme, qui lui échappa des mains. Puis, Matt sentit la frappa de la créature contre sa joue. Il se retrouva projeté contre les barreaux de la cellule. Elsa tentait de retrouver sa respiration. Elle essayait de se répéter calmement qu'elle n'allait pas mourir, pas comme ça. Elle regarda autour d'elle... Quelle mauvaise idée d'avoir laissé l'immobilisateur hors de la cellule ! Elle voulut se déplacer mais le Wraith la vit. Alors qu'il allait s'attaquer au sergent, visiblement sonné, il décida de revenir vers la jeune femme.

- Vous n'êtes que de pauvres créatures, vous autres. Vous pensiez réellement parvenir à vos fins ? Nous sommes les plus forts, nous l'avons toujours été...
Alors que la créature brandissait son horrible main au dessus d'Elsa, une détonation retentit. Puis une autre. Et encore une autre. La jeune femme vit le Wraith s'arrêter dans son élan. Lorsque le corps de la créature se laissa tomber sur elle, Elsa vit Matthew, toujours affalé contre la cellule, son revolver à la main. Elle se dégagea rapidement et s'approcha de lui
- Vous l'avez tué ?
- J'aimerai... mais il y a de fortes chances que non malheureusement.
Elle l'aida à sortir de la cellule, malgré son cou qui lui faisait horriblement mal. L'autre Wraith, qui les observait toujours, se mit à ricaner. Matthew le défia du regard. Elsa commençait à l'ausculter quand elle le vit essayer de se relever.
- Non sergent, je vous interdis de bouger.
- La cellule... il faut la refermer...

Elsa acquiesça et se leva. Elle s'apprêtait à fermer la porte quand une nouvelle rafale de détonation se fit entendre. C'était Matt qui venait de vider le reste de son chargeur sur le Wraith, toujours au sol. Il avait profité qu'Elsa le quitte pour se relever. Exaspéré par le comportement de l'autre prisonnier, il voulait véritablement tuer le Wraith. Ses dernières paroles furent d'ailleurs pour le prisonnier restant.
- La prochaine fois, ce sera ton tour mon coco... Et crois-moi, je ne te raterais pas...
Et le sergent Sheppard s'évanouit...

--------------------------------------------------------------------------------

- Il se réveille !
Matthew distingua faiblement une voix autour de lui. Doucement, il ouvrit un œil, puis l'autre. Mais personne n'était près de lui. Il remarqua que la porte de la chambre était restée grande ouverte. Il examina rapidement l'endroit où il était. Apparemment, il avait atterri dans les quartiers hospitaliers d'Atlantis. Son regard se perdit sur les tuyaux qui s'entremêlaient près de lui.
Une douleur vive se fit resentir sur son épaule. Sa tête se mit à tourner. Sa vue devint floue. Le sergent Sheppard ne résista... Il se rendormir quand l'équipe médicale entra dans sa chambre.

--------------------------------------------------------------------------------

Plus loin, dans la salle de contrôle de la cité, le ton était légèrement monté.
- Je ne dis pas qu'il est incompétent, je dis qu'il est immature, irréfléchi et totalement givré !
- Dites plutôt que cela vous arrangerait si c'était le cas...
Elizabeth essayait de soutenir le regard du scientifique, qui ne su quoi répondre.
- Mais je veux bien reconnaître que ce n'était peut-être pas une si bonne idée.
McKay s'assit près d'elle.
- Ah ça ! Pour une mauvaise idée... quel imbécile oui ! Faut être frappé pour vouloir se jeter dans la gueule du loup !
- Rodney...
- Quoi ?
- C'était... c'était mon idée...
Il resta complètement coi.
- Enfin... une idée du docteur Sevin pour être précise. Mais je lui avais donné mon accord.
- Mon Dieu Elizabeth ! Si vous aussi vous êtes touchée maintenant...
Elle lui sourit.
- Qu'est-ce qui a bien pu lui passer par la tête enfin ? Moi qui croyait que c'était une jeune femme intelligente !
- Elle cherchait un moyen de nous sauver Rodney...
- Et le petit Sheppard ? Il voulait sauver le monde lui aussi ?
- Je... je ne voulais pas qu'elle y aille seule. Elle aurait pu se faire attaquer.
- Oui, on voit le résultat !

Exaspérée, Elisabeth se leva.
- Qu'est-ce qui vous gêne à la fin ?
- Ils ont failli se faire tuer !
- Et depuis quand vous faites dans la compassion McKay ? Vous êtes sûr qu'il n'y a pas autre chose ?
Il ne répondit pas. Elle enchaîna :
- Moi je vais vous dire le véritable problème. Vous n'avez pas été prévenu de cette action, et c'est cela qui vous gêne. Qu'on puisse agir sans vous...
- Vous n'y êtes pas du tout...
- Le docteur Sevin est certainement l'une des personnes les plus brillantes qu'il m'ait été donné de rencontrer. Et je lui fais parfaitement confiance. Elle sait se débrouiller sans vous !

McKay ne chercha pas plus loin. Elle pensait qu'il avait un orgueil démesuré ? Très bien, autant le mettre en application.
- Je crois que nous avons fini...
- Où allez-vous ?
- Me terrer, dans mon trou. Seul.
Il se leva, ouvrit la porte du bureau.
- Et j'attendrais que vous veniez me supplier, vous et votre petite protégée, de vous aider à sauvez ces pauvres petits êtres qui peuplent cette galaxie Docteur Weir !

--------------------------------------------------------------------------------

Matthew ouvrit les yeux. Il n'avait plus aucune notion du temps, de l'heure, et encore moins de l'endroit où il se trouvait. La seule chose dont il se souvenait, c'était cette douleur qui lui transperçait l'épaule. Sauf qu'au même moment, il sentit quelque chose de doux effleurer son épaule. Il tourna légèrement la tête et vit Elsa, en train de s'affairer sur sa blessure... enfin, c'est ce qu'il pensa. Qu'il devait être blessé.
- Ce n'est rien. Carson vous a recousu dès que vous êtes arrivé ici. Je ne fais que vous passez une pommade... histoire que cela n'enfle pas trop !
Matthew lui sourit. Elle en fit de même.
- Je suis là depuis longtemps ? demanda-t-il
- A peine sept jours...
- Tant que ça ?
- Vous êtes resté inconscient trois jours. Le reste... vous vous reposiez j'imagine.
- Et vous ?
- Est-ce que je me suis reposée ?
- Non... vous êtes là depuis quand ?
- Quelques heures... avoua-t-elle
Matt soupira. Elle était donc restée le veiller. Il mourait d'envie de lui demande pourquoi mais il préféra s'abstenir. Les doigts de la jeune femme chatouillaient sa peau. Il voulut croiser son regard mais elle se détourna.
- Carson a dit que vous pourriez sortir demain. Mais qu'il faudrait attendre quelques jours avant de retourner sur le terrain...

- Elsa ?
- Oui ?
- Le prélèvement... il vous a servi ?
Le Docteur Sevin reposa son tube de crème, pris ce petit air réfléchi qui la rendait si jolie et répondit :
- Oui, je crois.
- Racontez...
- En fait, c'est assez compliqué...
- J'ai risqué ma vie pour votre... " truc ", alors peut importe si j'ai les bases nécessaires pour comprendre... expliquez-moi clairement.
- Très bien. J'ai passé ces derniers jours sur mon projet. J'ai examiné les cellules prélevées. J'ai tenté toutes sortes d'expériences. Et j'ai fini par trouver quelque chose...
- Quoi donc ?
- L'électricité. À forte dose, les cellules des Wraiths peuvent recevoir une décharge suffisante pour les neutraliser. Une sorte d'électrocution si vous voulez...
- Waouh, quelle belle façon de tuer ces affreuses bestioles ! plaisanta-t-il
- Oui, comme vous dites...
- J'ai donc mis au point un appareil capable de créer un champ électrique assez puissant pour détruire un grand nombre de cellules. Et sans cellules vivantes...
- Plus de Wraiths !
Matt pensait qu'elle aurait dû sauter de joie. Or, c'était long d'être le cas.
- Y'a un problème ?
- Il faut des conditions bien particulières.
- Lesquelles ?
- Et bien... il faut que les cellules soient en activité.
- En activité ? Vous voulez dire que...
- La créature doit se nourrir pour que cela marche, expliqua-t-elle. Sans ça, seulement une infime partie de son système sera touché. Autant dire que cela serait totalement inutile.
- Mince.
- Oui comme vous dites...
- Mais, il n'y a pas un autre moyen.
- J'y travaille. J'ai bien sûr pensé utiliser des cellules humaines, afin d'obliger le Wraith a passer en " mode de nutrition " mais... c'est risqué... pour le porteur de l'arme je veux dire.
- Qu'est-ce que vous allez faire ?
- Travailler. Encore et encore. Jusqu'à ce que je trouve le moyen de minimiser les risques.

Matthew posa sa main sur la sienne.
- Je vous fais confiance. Je sais que vous y arriverez ! Je serais même prêt à vous servir de cobaye si vous avez besoin.
- Sergent...
- Matthew !
- Matt.
- Oui, aussi !
Ils se mirent à rire. La main de Matt quitta celle d'Elsa et vint doucement caresser le visage de la jeune femme. Ils se regardèrent en silence, tentant de découvrir ce que l'autre pensait en cet instant. Matthew se rapprocha d'Elsa mais ce fut elle qui posa ses lèvres sur les siennes. Elle l'embrassa une seconde. Il répondit à son baiser en la faisant basculer avec lui sur le lit...


Confidence Pour Confidence
Chapitre par Marion



Un peu plus tard dans la journée John alla voir son frère à l'infirmerie mais au moment où il allait entrer, la porte s'ouvrit et laissa apparaître Elsa.
- Major ! Comment allez-vous ?
- Euh...bien merci. Je venais voir Matt.
- Vous devriez revenir plus tard. Il vient juste de s'endormir.
- Ah...bon alors je repasserais.
Alors que John allait partir Elsa lui attrapa le bras.
- Major...vous prenez un café avec moi ? demanda-t-elle d'une voix hésitante.
John était très étonné par sa demande. Il n'avait jamais vraiment parlé avec elle sauf pour le travaille alors pourquoi voulait-elle prendre un café avec lui ?
- Oui...avec plaisir.
Elsa lâcha le bras de John et ils partirent tous les deux, en discutant, vers la cafétéria.

Pendant environ un quart d'heure ils discutèrent de tout un tas de choses futiles, mais au bout d'un moment la discussion dévia sur leur vie privée et aussi sur le fait qu'être sur Atlantis n'aidait pas à en avoir une.
- Mais si je vous jure ! J'allais me marier avec un pauvre crétin qui me trompait depuis qu'on s'était rencontré. Je crois que c'est ça qui m'a décidé à venir sur Atlantis.
- Vous n'aviez rien d'autre qui vous retenait sur Terre ?
- Non absolument rien. Mes parents sont décédés il y a quelques années déjà et je n'ai pas de frères et sœurs. Et vous qu'est-ce quoi vous a poussé à partir ?
- L'aventure, le risque, la découverte d'un nouveau monde et puis j'étais indispensable !
Ils rigolèrent quelques instant ensemble puis John repris son sérieux et voyant ça Elsa fit de même. Son regard était devenu triste, elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait.
- Je n'avais personne qui me retenait sur Terre. C'est pour ça que je suis parti ...et je ne le regrette absolument pas, dit-il avec un grand sourire.

Elsa le regarda dans les yeux. Elle avait bien une petite idée de ce qui réconfortait John dans son choix de venir sur Atlantis.
- Je suis sur que Teyla n'y est pas étrangère. Je me trompe ?
John la regarda surpris. Il ne s'attendait pas du tout à ça, mais voir Elsa sourire le rassura.
- Non, répondit-il souriant également, vous avez raison.
- Alors pourquoi vous n'êtes toujours pas avec elle ?
- Comment pouvez vous savoir que je ne suis pas avec elle ?
- J'ai mes sources, dit-elle malicieusement, mais surtout j'ai vu comment vous vous comportiez tous les deux et ce n'est absolument comme deux personnes qui sortent ensemble. Alors pourquoi n'êtes vous pas ensemble ?
John baissa la tête. Si elle avait vu que lui aimait Teyla pourquoi n'avait elle pas vu que ce n'était pas réciproque ?
- Parce qu'elle ne m'aime pas tout simplement, dit-il d'une voix presque inaudible.
- Je n'ai jamais entendu quelque chose d'aussi stupide major Sheppard !
John releva brusquement la tête. Il fixa bêtement Elsa, ne comprenant absolument pas ce qu'elle voulait dire.
- Quoi ? fut tout ce que John trouva à dire, mais le son ressemblait plus à un coassement qu'à un mot.
Elsa éclata de rire devant l'air hébété de John.
- Mais oui ça crève les yeux que Teyla vous aime !
- Je n'en suis pas si sur.
- Moi je vous dit que si. Et de tout manière que risquez-vous à lui demander ? La vie est bien trop courte pour être gâchée.

John ne répondit rien. Il savait au fond de lui qu'Elsa avait entièrement raison mais, il ne savait pas pourquoi, il avait peur. Pourtant il n'avait jamais eu de problème pour aborder les filles, il n'avait jamais était très timide. Alors pourquoi cette fois serait différente ?...parce qu'il l'aimait tout simplement. Il l'aimait comme jamais il n'avait aimé une femme et c'était ça qui lui faisait peur. Si elle, elle ne l'aimait pas alors jamais il ne s'en remettrait. Comme le Major Sheppard restait silencieux, Elsa ajouta :
- Regardez votre frère ! Il a eu beaucoup de chance hier. ...J'ai eu très peur qu'il ne s'en sorte pas.
La dernière phrase d'Elsa fit sortir John de ses pensées.
- Très peur ?
- Bien sur, c'est moi qui l'ai mis en danger en lui demandant de m'accompagner !
- évidemment mais si vous voulez mon avis, vous aussi vous devriez appliquer les conseils que vous donnez.
John regarda Elsa dans les yeux quelques secondes comme pour appuyer ce qu'il venait de dire puis il se leva.
- Bien je vais aller voir mon frère maintenant. Il a assez dormit pour aujourd'hui, dit-il en rigolant.
Puis reprenant un air sérieux il ajouta,
- Merci pour tout Elsa. J'ai été ravie de discuter avec vous.
- Moi de même John.
Après un dernier au revoir, John partit en direction de l'infirmerie tandis qu'Elsa partit dans son laboratoire afin de continuer ses expériences.

--------------------------------------------------------------------------------

Quand John arriva à l'infirmerie son frère dormait toujours. Il s'approcha silencieusement du lit et s'assit sur une chaise qui se trouvait à côté. Quand il avait appris que Matt avait été blessé par un Wraith et que maintenant il était inconscient, il avait eu très peur pour lui. C'est à ce moment là qu'il s'était rendu compte qu'il n'avait jamais montrés à son frère à quel point il l'aimait. Et si par malheur Matt ne s'en était pas sorti, John s'en serait voulu tout sa vie de ne pas s'être réconcilié avec lui mais maintenant qu'il se tenait à côté de son frère, il était très mal à l'aise. Il n'avait jamais très bien su exprimer ses sentiments. Cependant il n'eu pas le temps de s'apitoyer d'avantage sur son sort car Matt ouvrit les yeux. La lumière l'aveuglait mais il réussi tout de même à distinguer une forme à côté de son lit sans arriver à déterminer qui c'était.

- Elsa ? C'est toi ? demanda-t-il d'une voix faible.
- Non frérot ce n'est pas ta très chère Elsa, dit-il avec une légère pointe d'amusement dans la voix.
- Ah Johnny ! C'est toi. Je me demandais justement quand tu viendrais me faire la morale.
- Je ne suis pas venu pour ça, dit-il déçu que son frère ne puisse pas imaginer qu'il vienne juste le voir pour avoir des nouvelles de lui.
- Ah ! ...Alors qu'est ce qui t'amène ? demanda-t-il de façon suspicieuse.
A présent Matt s'était habitué à la lumière, il tourna sa tête vers son frère et le regarda dans les yeux. Il vit tout de suite que quelque chose n'allait pas et regretta aussitôt la manière dont il venait de parler à John.
Cependant il n'en dit rien et attendit que son frère réponde à sa question.
- Eh bien... Tu sais Matt j'ai eu très peur quand j'ai appris que tu était blessé et...j'ai pris conscience qu'il pouvait à tout moment t'arriver quelque chose de fatal et je ne veux pas que la dernière chose que l'on ai faite ensemble ce soit se disputer. Alors... je tenais à m'excuser pour tout ce que j'ai fait ou même que je ferais qui pourrait te blesser.

John avait dit tout ça d'une voix hésitante mais très sincère et Matthew en était très touché. Il connaissait assez son frère pour savoir que ça lui avait demandé un effort considérable pour lui dire tout ça.
- John, tu es mon frère alors même si on se dispute de temps en temps, (John le regarda étonné), bon d'accord à chaque fois qu'on se parle, je te pardonnes toujours parfois plus difficilement et avec plus de temps ...mais toujours.
Les deux frère se souriaient aussi content l'un que l'autre de s'être réconcilié pour de bon. John se leva et serra son frère dans ses bras quelques instants. Une fois rassit sur la chaise à côté du lit de Matt, John regarda son frère malicieusement en souriant.
- Alors, ça avance avec Elsa ?
- Comment ça " ça avance " ? Je l'ai aidé à faire ses prélèvements et ça s'arrête là ! répondit-il en essayant de paraître outré.
- Mais oui c'est ça ! J'ai parlé avec elle tout à l'heure et elle n'avait pas l'air de te considérer comme un simple garde du corps ou alors un garde du corps très rapproché !
Matt fronçait les sourcils, il ne semblait pas particulièrement ravi des insinuations de son frère. Celui-ci, au contraire, était au bord du fou rire et très fière de son coup ! Matt allait répliquer quand l'alarme de la cité se mit en route. Puis quelques secondes plus tard la cité se mit à trembler. Les deux hommes se regardèrent étonnés et l'inquiétude commençait à les envahir. Soudain la voix du Dr Weir s'éleva des hauts parleurs et résonna dans toute la cité.

" Je vous demande toute votre attention. Trois vaisseaux ruche Wraiths viennent d'arriver au dessus de la cité et commence à nous attaquer. Par conséquent toute les activités en cour son suspendues et je demande l'évacuation immédiate de la cité sur le site alpha. Et je veux que les entrés conduisant à la salle de la porte et à la salle de commande soit sécurisé par les militaires. Terminé "
Dès que le message fut terminé John se leva et sortit en trombe de l'infirmerie mais à peine quelques secondes plus tard il réapparu à la porte.
- Matt surtout promets-moi de ne rien faire d'insensé. Le Dr Beckett va s'occuper de toi et te faire passer la porte. Moi je te retrouverais après. C'est d'accord ?
- A vos ordres major ! Répondit-il en rigolant. Mais sous le regard meurtrier de son frère, qui lui ne rigolait pas du tout, il préféra reprendre son sérieux. Je te le promets frérot !
- Bien alors à tout à l'heure !


Les Opposés S'Attirent
Chapitre par Marion



Cette fois John partit pour de bon vers la salle de contrôle. C'était le branle-bas de combat, tout le monde s'activé dans tout les sens et John eu un mal fou à rejoindre, sans se faire écraser, Elisabeth, Teyla et Rodney qui discutaient tous les trois du déroulement de l'évacuation.
- Dr Weir que se passe-t-il ? demanda John aussitôt arrivé.
- Trois vaisseaux ruches sont en orbite au dessus de la cité. Il ont déjà endommagé plusieurs partie de la cité. Nous n'avons pas le temps de trouver un moyen de défense alors je préfère faire évacuer la cité.
- On partira avec le cristal qui permet d'accéder d'ouvrir un vortex vers la Terre au cas où les Wraiths arriveraient à prendre la cité et cela nous permettra aussi de garder une chance de retourner sur Terre, ajouta Rodney à sa manière pessimiste habituel.
- Bien, répondit John. En arrivant j'ai vérifier que toutes les entrées étaient sécurisées et c'est le cas alors je pense que maintenant le mieux serait de faire un tour dans la cité pour vérifier que tous le monde à évacuer.
- Bien alors allez-y avec Teyla, ordonna Elisabeth. Quand nous seront sur que la cité a été entièrement évacuée nous partirons aussi.

Aussitôt Teyla et John partirent patrouiller dans la cité sans pour autant trop s'éloigner de la salle de la porte. Ils ne savaient dans combien de temps les Wraiths décideraient d'envahir la cité. Ils avaient donc intérêt à être prêt de la porte pour ne pas se retrouver coincé. Pendant ce temps les Dr Mckay et Weir s'occupaient de l'évacuation des premières personnes arrivées dans la salle. Il y en avait déjà beaucoup car à l'annonce de l'arrivée des Wraiths personne n'avait traîné. Rodney se dirigeait vers la console pour ouvrir la porte lorsqu'il entendit quelqu'un hurler.
- Alors vous l'ouvrez cette porte où vous attendez que les Wraiths arrivent ?

Il n'eu aucun mal à reconnaître la voix du Dr Kavanagh qui se tenait devant la porte, en tête de tous le reste du personnel. Rodney s'était arrêté dans sa démarche mais le Dr Weir, qui avait tout entendu, lui fit signe d'ouvrir la porte, puis elle s'avança sur le petit balcon qui donnait sur la salle de la porte.
- Dr Kavanagh ! Venez en salle de contrôle immédiatement, dit-elle fermement.
- Il en est HORS DE QUESTION. Dès que la porte s'ouvre je pars sur le site Alpha.
- Et moi je vous conseille de venir parce que si vous allez sur le site Alpha une menace tout autre que les Wraiths mais tout aussi terrifiante vous attend. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ?
La voix d'Elisabeth tremblait sous la colère. Tout le monde s'était figé sur place en entendant Elisabeth crier, et à présent tous les regards étaient braqués sur elle et sur le Dr Kavanagh pour voir sa réaction. Celui-ci fulminait mais n'avait pas envie de se donner en spectacle devant tous ses collègues, ainsi il décida de monter voir le Dr Weir. La porte s'ouvrit à ce moment là ce qui rappela à l'ordre tous les esprits qui pour le moment suivaient l'altercation entre Weir et Kavanagh. Un premier flot de scientifique passa la porte suivi de quelques militaires qui devaient assurer la viabilité du site Alpha.

Pendant ce temps Elisabeth et le Dr Kavanagh étaient entrés dans le bureau de cette dernière.
- Dr Kavanagh, j'apprécierais qu'à l'avenir vous ne discutiez pas mes ordres, cria-t-elle toujours sous la colère de leur précédente altercation.
- Je n'obéirais jamais à une femme aussi inconsciente et bornée que vous, lui cracha-t-il à la figure alors qu'il n'était plus qu'à quelques centimètres d'elle.
- Comment pouvez-vous dire une telle chose ? Je fais ce que je crois le mieux pour le sécurité des hommes et femmes qui sont sous mon commandement alors si vous n'êtes pas content vous n'avez qu'à partir, répliqua-t-elle aussi violemment.
A présent leur visages n'étaient plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Tout deux se défiait du regard quand tout à coup, sans qu'ils rien préméditaient, Weir et Kavanagh comblèrent le peu d'espace qui les séparaient et s'embrassèrent passionnément. La colère que tout deux avait emmagasinait disparu en à peine une seconde pour laissa place à leur désire. Mais au bout de quelques minutes Elisabeth prit conscience de se qu'elle faisait et repoussa brusquement Kavanagh.
- Oh mon dieu ! Qu'est-ce que j'ai fait !
Elisabeth se laissa tomber sur la chaise qui se trouvait le plus prés d'elle.
Un silence pesant s'installa dans la pièce. Aucun des deux n'osait se regardait plus par peur de recommençait que par honte. Cependant au bout de quelques minutes le Dr Kavanagh s'approcha d'Elisabeth et s'agenouilla devant elle.
- Elisabeth, je ne regrette pas ce que j'ai fait. Je vous aime ! cria-t-il
- Mais taisez-vous ! Je n'ai pas envie que tout le monde le sache !
Elle n'en revenait pas. Kavanagh lui dit qu'il l'aime et la première chose qu'elle trouve à dire c'est " taisez-vous ". " Y a vraiment un truc qui cloche chez moi, pensa-t-elle ". Elle croisa le regard de Kavanagh, qui était toujours à genoux devant elle, et sans qu'elle sache pourquoi elle eu de nouveau une irrésistible envie de lui sauter dessus, si bien qu'ils se retrouvèrent en moins de deux secondes tous les deux par terre allongé l'un sur l'autre.

--------------------------------------------------------------------------------

Dix minutes plus tard, le Dr Weir et le Dr Kavanagh ressortirent du bureau. Rodney, qui attendait de voir ressortir Kavanagh à genoux pour rigoler cinq minutes, fut très surpris de les voir rire ensemble. Kavanagh n'avait pas du tout l'air de quelqu'un de traumatisé ni même en colère. Il semblait plutôt heureux compte tenu de l'attaque imminente des Wraiths. Lui et le Dr Weir se dirigèrent vers Rodney qui les regardait bouche bée et les yeux écarquillés depuis qu'ils étaient sortis du bureau.
- Eh bien Rodney ! Vous voulez gober les mouches, lui dit Cavanagh en rigolant alors que lui et Elisabeth arrivaient à sa hauteur.
Aussitôt Rodney referma sa bouche mais ne cessa pas pour autant de les observer. " J'ai raté un épisode, se demanda-il " lorsqu'il entendit Cavanagh dire qu'il partirait en dernier avec le Dr Weir. Cependant il jugea préférable d'éclaircir se mystère plus tard et de se remettre au travail pour évacuer la cité.

--------------------------------------------------------------------------------

Pendant ce temps, le Dr Beckett aidé de quelques infirmière et militaires s'efforçait de faire évacuer les patients et d'emmener le plus d'équipement médical possible. Matthew était, comme il l'avait demandé, le dernier à être évacué. Les infirmières et les soldats portaient les mallettes contenant l'équipement médical tandis que Carson, par mesure de précaution, soutenait Matt pour qu'il marche. Celui-ci avait eu beau protester et dire qu'il se sentait parfaitement capable de marcher tout seul, le Dr Beckett n'avait pas cédé. Cinq minutes plus tard ils atteignirent la salle de la porte. Matt parcouru du regard toute la salle dans l'espoir d'apercevoir Elsa mais il ne la vit nulle part.
- Dr Beckett, pourriez-vous me lâcher que j'aille parler au Dr Weir ?
- Pourquoi voulez vous lui parler ? On va partir dans deux minutes.
- Je vous promets que je suis de retour pour partir.
Finalement Carson le lâcha et Matt se rendit aussi vite que son corps le lui permettait voir le Dr Weir.
- Dr Weir ? Est-ce que vous avez vu le Dr Sevin ? Est-ce qu'elle a déjà passé a porte ?
- Non je ne crois pas. Mais elle ne devr...
Elisabeth n'eu pas le temps de finir sa phrase que Matthew partait déjà en courant en direction du labo d'Elsa.


Dernière Patrouille
Chapitre par Barbie


- Major Sheppard ?
John se retourna et vit le Colonel Castel, entouré de deux de ses hommes.
- Que faites-vous ?
- Nous allons vérifier que tout le monde s'est bien dirigé vers ici Colonel. Je tiens à m'assurer que personne ne restera derrière nous... répondit-il
- Bonne initiative Major ! Je vais vous prêtez quelques hommes pour...
- Inutile de faire courir de risques à vos hommes Colonel.
- Si le major et moi-même avons besoin de votre aide, nous vous le ferons savoir... ajouta Teyla.
- Très bien. Dans ce cas, partageons-nous la tâche. Je vais partir dans l'aile est.
- Et nous prendrons l'aile ouest.
- Bonne chance Major...

--------------------------------------------------------------------------------

Un peu plus bas, dans les couloirs de la cité, Matthew se déplaçait tant bien que mal. Il arriva finalement devant le laboratoire. Mais lorsqu'il y pénétra, il n'y trouva personne.
- Où peut-elle bien être ?
L'alarme continuait de lui hurler dans les oreilles. Et même s'il ne voulait pas l'admettre, il était encore faible. Matt prit appuie sur le mur et respira profondément. Sous ses mains, il sentait la cité vibrée. Dehors, l'attaque devait faire rage. Il avait entendu les Jumpers partir quelques minutes plutôt. Il se demanda si John faisait parti du convoi. Il s'avança jusqu'à la fenêtre et vit deux énormes vaisseaux ruches. Ils tiraient des rafales en direction de la cité. Matthew ne supportait pas d'être là, sans rien faire. Il savait qu'à l'heure actuelle, la plus part des habitants de la cité franchissait la porte des Etoiles. Bientôt, plus personne ne serait là. Et il n'était pas de taille à affronter ça tout seul...

Il se ressaisit et quitta la fenêtre. Au même moment, son bras heurta un objet métallique, en suspension sur la table. Matt se pencha pour le ramasser. Il observa l'objet quelques minutes et s'aperçu qu'il ressemblait étrangement aux armes des Wraiths.
- Je n'ai pas eu le temps de le terminer...
Matthew se retourna et vit Elsa à la porte. Elle s'approcha de lui.
- C'était ça votre projet ? demanda-t-il
Elle acquiesça.
- Mais je n'ai malheureusement pas eu le temps de mener à terme mes recherches.
Ils se regardèrent quelques secondes, sans bouger. Puis, Matt caressa doucement la joue de la jeune femme.
- Ce n'est pas grave Elsa...
- Je sais. Mais j'aurai tellement voulu sauver tout ça...
Matt la serra dans ses bras. Mais Elsa coupa court à leur étreinte.
- Il faut qu'on parte. Maintenant.
Elle se détacha de lui et se dirigea vers la sortie.
- Allons-y Matt ! Le temps presse.
- Attends...
Il s'empara d'une corde et l'attacha à l'arme de manière à pouvoir la porter comme un arc sur son dos. Elsa s'impatienta.
- Qu'est-ce que tu fais ?
- Je sauve ton travail bébé... répondit-il en un sourire.

--------------------------------------------------------------------------------

Dans l'aile ouest de la cité, le Major Sheppard et Teyla passaient au crible les derniers quartiers, susceptibles d'abriter encore des hommes. Mais tout le monde avait visiblement évacué.
- Nous devrions peut-être regagner la porte Major !
John regarda l'Athosienne et lui répondit positivement de la tête. Depuis qu'ils avaient quittés le Colonel, ils ne s'étaient que très peu adressés la parole.
Parce qu'elle avait trop peur d'en dire trop et de trahir ses sentiments.
Parce qu'il craignait de ne plus pouvoir se concentrer sur ce qui les entouraient s'il commençait à penser à elle.

Ils reprirent la direction de la base. Au même moment, une violente secousse fit littéralement trembler la cité. Ceux qui s'apprêtaient à franchir la porte se retenaient comme ils le pouvaient pour ne pas tomber. Elizabeth demanda aux militaires d'accélérer le mouvement. Les Wratihs étaient tout simplement en train de mettre en pièce Atlantis. Pourquoi ? Elle n'avait pas le temps d'y réfléchir. Peut-être les provoquaient-ils ? Mais ils voulaient la porte pour atteindre la Terre. Elle le savait. Alors ils finiraient par arriver. Ils cherchaient à les empêcher de franchir la porte, tout simplement...

Dans leur couloir, John et Teyla s'étaient collés chacun de leur côté au mur. Le temps que la secousse passe. Puis, tout redevint calme.
- Vous allez bien ? demanda John
- Oui Major...
Il quitta son côté pour se rapprocher d'elle.
- J'ai comme l'impression qu'il va falloir courir si on ne veut pas trop tard pour...
Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Une autre secousse ébranla de nouveau Atlantis. Il se retrouva projeté contre la jeune femme. Teyla ferma les yeux. Mais John réussit tout de même à amortir son impact à l'aide de ses bras. Puis, il se rapprocha encore un peu plus d'elle, de manière à la protéger, en faisant barrière de son corps. Ils attendirent plusieurs minutes, que les secousses se calment, mais rien ne changea. La cité tremblait de plus en plus.

On entend des bruits sourds de murs en train de s'écrouler. La cité résistait tant bien que mal à l'attaque mais certains pans étaient plus fragiles que d'autres...
Toujours collés l'un contre l'autre, John releva la tête.
- N'ayez pas peur...
Ils se regardèrent quelques instants dans les yeux. Sans trop savoir pourquoi, John se pencha un peu plus vers elle et déposa ses lèvres sur les siennes. Mais lorsqu'il s'écarta d'elle, il sentit une vive douleur sur la joue : elle venait de le gifler !
- Mais vous êtes folle !
- Je peux vous retournez le compliment Major ? Vous croyez que c'est le moment adéquat pour ça ?
"Quel crétin' pensa-t-il... "Je n'aurais jamais dû écouter Elsa'
Pourtant, il ne regrettait absolument pas son geste. Ce n'était peut-être pas le moment idéale, certes, mais c'est le seul qu'il avait trouvé !
- Vous savez quoi ? Ce n'est effectivement pas le bon moment, je vous l'accorde, mais je refuse de m'excuser !
Il marqua une pause.
- On devrait se remettre en route si on ne veut pas finir là-dessus !

Autour d'eux, la situation continuait d'empirer. Si bien que l'alarme avait totalement stoppée, sans doute les circuits électroniques de la cité étaient-ils endommagés ? John tourna légèrement la tête... La poussière émanait de tous les coins. Les murs s'étaient fissurés. Et pourtant, aucun d'eux ne bougea. Peut-être était-ce à cause de cette vision apocalyptique que malgré son apparente indignation, Teyla n'avait toujours pas repoussé le corps du Major. Les yeux de John croisèrent ceux de la jeune femme. Elle glissa sa main dans ses cheveux en bataille. Sans rien préméditer, elle l'embrassa. Un baiser langoureux et passionné. John y répondit avec la même intensité, tout en laissant sa main remonter le long de la jambe de l'Athosienne, avant de la replier contre sa hanche. Elle se laissa faire. Elle sentait son souffle chaud sur sa gorge, ses lèvres caressant sa peau. Ils étaient enlacés, l'un contre l'autre, ne cherchant plus à comprendre où ils étaient, ni même ce qu'ils faisaient. Plus rien n'avait d'importance. Plus rien...


Le Départ
Chapitre par Barbie


Devant la porte des étoiles, tout le personnel s'activait. Les derniers civils venaient de franchir la porte. Elizabeth les avait regardés traverser le vortex, les larmes aux yeux. Elle ignorait s'ils reviendraient un jour sur Atlantis... McKay s'approcha d'elle.
- C'est bon Elizabeth, nous les avons tous fait franchir la porte.
Elle lui sourit et lui posa la main sur l'épaule.
- Merci Rodney.
- Je pense que vous devriez...
- Oui. C'est ce que je comptais faire.
Elle respira un grand coup et frappa plusieurs fois dans ses mains, demandant l'attention de chacun. Les militaires et scientifiques encore présents sur la base arrêtèrent leur activité pour l'écouter :
- Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs... Je tenais à vous remercier pour tout le travail que vous avez fourni et le courage dont vous avez fait part. Malheureusement, aujourd'hui, nous ne pouvons plus lutter. Vous êtes restés jusqu'au bout. C'est maintenant votre tour... Je ne peux vous promettre que nous pourrons revenir sur Atlantis, mais je l'espère de tout mon cœur. Et je sais que si nous continuons à travailler tous ensemble, main dans la main, tout sera possible. Encore merci. Je vous retrouverais de l'autre côté...

Liz avait les larmes aux yeux. Rodney s'avança de nouveau vers elle et lui tendit un talkie-walkie.
- Dites aux équipes de revenir... le temps presse...
Elle s'apprêtait à le faire quand Carson les rejoignit, affolé.
- Avez-vous vu le sergent Sheppard ?
Rodney prit un air sérieux.
- Attendez... un petit jeunot à l'arrogance aussi développé que la bêtise ? Non, pas depuis un moment !
- Moi si, répliqua Weir. Il est venu me parler tout à l'heure mais j'avoue que depuis...
- A-t-il passé la porte ? demanda Carson.
Ni Elizabeth, ni Rodney ne surent lui répondre.
- Oh mon Dieu, je vais avoir de sérieux problèmes...
- Calmez-vous Beckett, ce petit à malgré tout de la jugeotte. Je suis sûr qu'il va très bien, dit Rodney.
- Le Major m'a demandé de le surveiller. Quand il va savoir que je l'ai perdu de vue...
Son visage se crispa.
- Il va me tuer !
- Alors là, je vous confirme, vous avez un sérieux problème !
Liz tenta de calmer le jeu.
- Rodney, je vous en prie, l'heure n'est pas à la plaisanterie.
Il essaye de se rattraper.
- Mais peut-être qu'il a tout simplement retrouvé son frère. Essayer de joindre Sheppard, je m'occupe de Castel.

Il s'éloigna de Liz, accompagné de Beckett, toujours terrifié. Elle regarda quelque instant son talkie avant de se décider à appuyer sur le bouton de contact.
- Major Sheppard, ici Elizabeth Weir, répondez.
Aucune réponse.
- Major Sheppard, répondez s'il vous plait.
Toujours rien... le docteur Weir commença à s'impatienter.
- Major ?

--------------------------------------------------------------------------------

- C'est Elizabeth, répondez !
La main de Sheppard glissa lentement le long de son corps avant de se poser sur sa radio.
- John ?
Celui-ci ne bougea pas. Il était calme et serein. Il se sentait tout simplement bien. Son front était collé tout contre celui de Teyla, leur souffle d'entremêlaient dans un silence presque parfait. Ils se regardaient sans oser parler. Elle finit par lui sourire, ce qui ravit John.
- Mais où êtes-vous bon sang ? John ! Répondez !
La voix d'Elizabeth résonnait dans l'appareil. Teyla glissa ses doigts sous ceux du Major et attrapa la radio.
- Ici Teyla...
Le docteur Weir fut soulagée qu'on réponde enfin à son appel. Puis, elle enchaîna :
- Où est le Major Sheppard ?
- Pas très loin, rassurez-vous... mais il ne peut malheureusement pas vous répondre...
- M'entend-il au moins ?
Sheppard se mit à rire de la situation dans laquelle il se trouvait. Teyla posa délicatement sa main sur ses lèvres, lui faisant signe de se taire.
- Il vous entendra...
- Très bien, dans ce cas, qu'il sache que vous pouvez revenir à la base, tout le personnel a été évacué. Dans quelques minutes, le reste de l'équipe aura franchi la porte. Ne tardez pas...
- Reçu cinq sur cinq, murmura John en se lovant dans le cou de l'Athosienne.
- C'est entendu ! répondit Teyla
- J'ai autre chose à vous demander... est-ce que le sergent Sheppard est avec vous ?
- Matthew ?

En entendant parler de son frère, John s'écarta de Teyla.
- Oui. Le docteur Beckett est très inquiet, il a perdu sa trace il y a quelques temps maintenant et...
Le major Sheppard s'empara de la radio :
- Où est-il dans ce cas ?
Elizabeth fut ravit d'entendre enfin sa voix.
- Ah John, enfin...
- Est-ce qu'il a passé la porte ? la coupa-t-il
- Je ne sais pas. Et personne ne se souvint l'avoir vu.
John sentait la colère monter en lui.
- Il n'a quand même pas pu disparaître !
- Cela ne sert à rien de vous énerver... il ne peut pas être bien loin. La dernière fois que je l'ai vu, il cherchait le docteur Sevin.
- Je vois...
- Rentrez à la base John. Il va arriver. J'en suis sûre.
- J'aimerai l'être autant que vous Elizabeth. Terminé.
Il passa sa main sur son visage. Qu'est-ce que Matt avait encore pu bien imaginer ? Il lui avait pourtant semblé avoir entendu qu'il ne ferait rien d'irresponsable.
Teyla lui caressa la joue.
- Nous devrions regagner la porte maintenant avant...
Mais elle s'arrêta quand il repoussa sa main et s'éloigna d'elle.
- Il n'est pas question de le laisser derrière moi tu entends ?
- Cela ne sert à rien de t'en prendre à moi. Je n'y suis pour rien !
John respira profondément et tenta de se calmer.
- Oui. Tu... tu as raison, je suis désolé.

Il était sincère, elle le savait. Mais ses yeux le trompaient : il avait peur. Peur qu'il soit arrivé quelque chose à son frère. Elle s'approcha de lui, ramassa sa veste, tombée un peu plus tôt sur le sol, et la passa sur ses épaules.
- Si tu vas le chercher, je t'accompagne, dit-elle.
- Teyla...
- Et je ne reviendrais pas là-dessus, compris ?
Décidément, comment faisait-elle pour toujours avoir le dernier mot sur lui ?
Sans attendre plus longtemps, ils prirent les affaires et commencèrent à se diriger vers le labo d'Elsa.

--------------------------------------------------------------------------------

A peine quelques minutes plus tard, Elizabeth regardait Kavanagh franchir la porte. Il ne voulait pas attendre avec elle. Tant pis ! Elle s'en remettrait. Elle se retourna et vit McKay en train de s'acharner sur un pauvre militaire qui avait eu la mauvaise idée de prendre sur lui la responsabilité de transporter les ordinateurs contenant des fragments de la base de données des Anciens.
- Je veux que vous preniez soin de ceci comme s'il s'agissait de la chose la plus précieuse au monde, criait-il.
- Docteur McKay, je...
- Je ne veux rien savoir sergent...
Il jeta un bref coup d'œil sur son badge
- ... sergent Finn ! Si je retrouve de l'autre côté de cette porte ce serait-ce qu'une tout légère égratignure sur ces disques durs, je vous jure que...
- Je serais dans l'obligation de vous faire enfermer avant que vous ne tuiez ce pauvre jeune homme Rodney !
C'était Elizabeth qui était venue calmée les choses. Enfin, calmez Rodney plutôt !
- Allez-y sergent. C'est à votre tour.
- Merci Madame.
Finn ne se fit pas prier et traversa la porte accompagné d'une autre escorte de militaires.
- Attention... souffla Mckay entre ses dents.
- Vous avez joint le colonel ?
- Affirmatif Docteur. Lui et son équipe sont en route. Et pour Sheppard ?
- Je pense qu'ils reviennent également.
- Vous pensez ?
- Non. Ils reviennent. Enfin, vous connaissez John !
- Vous lui avez dit pour Matthew ?
- Lui dire quoi ?
Rodney se retourna et tomba nez à nez avec Matt. Il reposa sa question :
- Alors Doc', qu'est-ce que vous deviez dire au major ?

Rodney se retourna et tomba nez à nez avec Matt. Il reposa sa question :
- Alors Doc', qu'est-ce que vous deviez dire au major ?
- Moi ? Mais rien, c'est Liz qui... oubliez ça... mais où est-ce que vous étiez ?
Elsa apparut à son tour derrière eux.
- Avec moi Docteur...
- Je voulais m'assurer qu'elle n'avait rien !
Matt et Elsa se sourirent. McKay enchaîna :
- Bon, maintenant qu'on a récupéré le premier spécimen des Sheppard, espérons que le deuxième ne tarde pas !
- John n'est pas là ? demanda Matthew
- Il va arriver, le rassurer Elizabeth. Je vais le prévenir. Passez la porter Matt, dépêchez-vous.
Elle voulut l'aider à traverser mais il la repoussa gentiment.
- Si cela ne vous dérange pas Docteur, je préfèrerais attendre ici.
Il n'y avait pas moyen de discuter. Il avait pris sa décision. Elsa lui prit le bras, comme pour lui montrer qu'elle aussi resterait avec lui. McKay était exaspéré. Elisabeth reprit sa radio pour joindre le Major...

- Major ? Ici Elizabeth. Matthew est avec moi.
Le Major Sheppard s'arrêta sur place.
- Où était-il ?
- Peut-être importe John. Regagnez la base. Maintenant.
- Nous arrivons. Terminé.
John rangea sa radio et regarda Teyla.
- Ils l'ont retrouvé...
Elle s'approcha de lui et le serra dans ses bras. A son tour, il referma ses bras sur elle. Il fourra sa tête dans les cheveux de la jeune femme. Mais bizarrement, il la sentit se crisper.
- Il y a un problème ? J'ai fait quelque chose...
Elle le coupa.
- Je... je voudrais retourner à la porte John. Tout de suite.
Il acquiesça. Elle lui sourit et ils se mirent en route. Mais à peine avait-elle fait quelques pas que Teyla s'arrêta.
- Ils sont là !
- Qui ?
Elle ne répondit pas. Comprenant enfin la situation, le major sortit son détecteur et vit apparaître une armada de points mobiles sur l'écran. Les Wraiths étaient sur leur trace.
- Plus une minute à perdre...
John attrapa le bras de Teyla et se mit à courir en direction de la base. A ce moment-là, une dizaine de Wraiths apparurent au coin du couloir : ils avaient repérés les deux jeunes gens isolés.

--------------------------------------------------------------------------------

Elizabeth fit signe aux derniers scientifiques de franchir la porte, accompagné par le lieutenant Ford, quand soudain, elle entendit la voix de John grésiller dans l'appareil.
- Ici John, Les Wraiths sont là, ils nous suivent. Allez-vous en !
Elle s'empara précipitamment du talkie.
- John ?
Il ne répondit pas. Mathew était à côté d'elle. Liz leva les yeux vers lui.
- Votre frère arrive.

--------------------------------------------------------------------------------

Dans les couloirs, John et Teyla couraient aussi vite qu'ils le pouvaient. Elle réussit tout de même à se retourner quelques secondes, juste le temps d'apercevoir les horribles bestioles qui marchaient sur leurs traces...
Ils ne restaient plus que Rodney, Elizabeth, Elsa et Matthew sur la base. McKay ne tenait plus en place, il priait pour que John et Teyla arrivent le plus rapidement possible, il voulait partir d'ici avant de faire comme... non, mieux valait ne pas penser à quoi il servirait s'il tombait dans les mains des Wraiths !
C'est alors que Teyla arriva, grippant à toute vitesse les marches. John était derrière elle. Ils ne le voyaient pas encore mais ils l'entendaient parfaitement :
- Tirez-vous ! cria-t-il

McKay respira profondément. Il prit le bras de Elizabeth.
- Allons-y...
Et ils traversèrent la porte. Elsa voulut les imiter mais il vit Matthew s'avancer vers Teyla.
L'Athosienne courut jusqu'à lui.
- Vite !
Au même instant, John apparut enfin. Il leur faisait signe de partir. Jusqu'au moment où, dans la précipitation, il rata une marche et tomba au sol...


La Fin D'Un Héros
Chapitre par Barbie


- John !
Matt venait de voir son frère tomber. Teyla également. Elle vit les silhouettes ennemies approcher, puis sentit un bras se poser sur le sien.
- Poussez-vous Teyla !
Elle regarda Matthew, sans comprendre. Elle sortit son arme mais Matt lui cria de lui laisser le champ libre.
- TEYLA !
L'Athosienne se retourna et vit le sergent Sheppard, l'épaule armée d'un engin qui lui était inconnu. Elsa tenta de le retenir.
- Ne fais pas ça Matt...
- C'est mon frère Elsa. Mon frère !
Elle le regarda dans les yeux. Elle savait qu'elle ne pourrait plus rien faire. Et que c'était peut-être la dernière fois qu'elle le verrait. Comme s'il avait lu dans ses pensées, Matthew se pencha vers elle et l'embrassa. Puis, il s'écarta d'elle :
- Je t'aime, murmura-t-il.
Et il se mit à courir en direction de son frère...

--------------------------------------------------------------------------------

De l'autre côté de la porte, Elizabeth s'impatientait.
- Mais que peuvent-ils bien faire ma parole ! Ils devraient déjà être là non ?
Rodney la regarda, sans savoir quoi trop répondre. S'ils ne traversaient pas dans les secondes à venir, il avait bien peur de devoir refermer le vortex, avant que les Wraiths ne le franchir à leur tour...
- Je ne voudrais pas me montrer défaitisme Liz mais cela fait plus de trois minutes maintenant.
- Il faut leur laisser du temps !
Elle regardait la porte avec angoisse.
- Une minute. Je leur laisse une minute avant de refermer la porte.

--------------------------------------------------------------------------------

Sur Atlantis, John essayait de se saisir de son arme mais l'un des Wraiths le frappa et l'arme lui échappa des mains. Les Wraiths semblaient profiter de la situation, ils jubilaient de voir que bientôt, les humains ne seraient plus qu'un mauvais souvenir, ainsi que l'une de leurs plus grandes réserves de nourriture ! Matthew s'était rapproché mais il perdait beaucoup de temps à installer correctement le M-80. Teyla sortit son arme quand l'une des créatures prit John par la gorge, mais Elsa l'empêcha d'approcher.

--------------------------------------------------------------------------------

Sur le site Alpha, Rodney avait les yeux rivés sur sa montre.
- Je vais devoir refermer...
- Quoi ? Vous voulez les abandonner ?
- Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit !
- Mais vous le pensez Rodney ! Vous voulez les sacrifier !
Elle criait de plus en plus fort. Mais McKay ne se laissa pas impressionner.
- Cela me chagrine autant que vous, croyez-moi ! Mais je préfère sacrifier quatre personnes plutôt que de condamner des centaines d'innocents à une mort douloureuse !
Ils se défièrent du regard.
- Je suis désolé Elizabeth mais je dois le faire...
Il la regarda une dernière fois se dirigea vers le DHD. Il sortit ses notes quand il remarqua que le docteur Weir était dangereusement proche de la porte.
- Reculez-vous Elizabeth.
Elle se retourna pour le fixer quelques secondes.
- Je suis désolé, murmura-t-il
Et l'iris de la porte se referma. Liz sentait la colère et le désespoir monter en elle. Elle s'approcha de Rodney, la rage s'était comme emparée d'elle. Elle passa près de Ford et lui déroba son pistolet, qu'elle pointa sur McKay.
- Je veux que vous ouvriez cette porte Rodney, et je le veux IMMEDIATEMENT !

--------------------------------------------------------------------------------

De son côté, Teyla se comprenait pas le comportement du docteur Sevin.
- Laissez-le faire Teyla...
- Mais...
- Je vous en prie.
Lorsqu'elle vit qu'Elsa commençait à pleurer, elle préfèra l'écouter. Même si elle ne supportait pas de voir John ainsi, à la merci de ses affreuses bestioles. Matt arma enfin l'appareil sur son épaule. Il interpella le Wraith qui tenait son frère.
- Hé coco ! Tu veux jouer ?
La bestiole se retourna vers lui. Les autres l'imitèrent. Il lâcha John, qui tomba de nouveau sur le sol. Tous les Wraiths se regardèrent, et à ce moment-là, John aurait parié qu'ils se souriaient. Puis, la horde s'avança vers Matt.
- Alors on va bien s'amuser... souffla-t-il.
Il tira enfin. Un halot de lumière envahit la cité...

--------------------------------------------------------------------------------

- IMMEDIATEMENT J'AI DIT !
Rodney ne lui demanda pas de répéter. Il détestait cette sensation, une arme braquée sur lui. Il repensa à Kolya, il en frissonna de peur. Bien spur, il savait que Liz ne ferait rien mais malgré cela, il se dépêcha de mettre en place le DHD.
- Voilà, dit-il en se relevant.
- Maintenant, entrez l'adresse d'Atlantis.
Il ne se fit pas prier. Les chevrons s'activèrent un à un. Bientôt, l'adresse fut complètement et le vortex se rouvrit. Elizabeth posa son arme à ses peids et se précipita à travers la porte.
- Non mais je rêve !
Mckay abandonna ses travaux pour se rapprocher de la porte. Kavanagh avait lui aussi approché. Les deux hommes se regardèrent, en silence. Kavanagh avait envie de traverser cette porte mais la peur était trop grande. Rodney respira un grand coup et se retourna vers Aiden :
- Ford ?
- Oui Doc' ?
Décidément, Matthew contaminait tout les gens qu'ils côtoyaient avec ses bêtises !
- Vous venez avec moi.
- Quoi ? Vous v
Rechercher dans les fanfics (auteur, titre, mot, ...)


Reunion Stellaire David Hewlett - FR The Scifi World SeriesTele.net
Tous droits réservés © 2010 GateShip-One.net | Equipe | Copyright | Favoris
TinyButStrong